Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 2 ss, 06 décembre 2002, 200898

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 200898
Numéro NOR : CETATEXT000008152575 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2002-12-06;200898 ?

Analyses :

ETRANGERS - ENTREE EN FRANCE - VISAS.


Texte :

Vu la décision du 29 décembre 2000 par laquelle le Conseil d'Etat statuant au contentieux a sursis à statuer sur la requête de M. Salman X..., tendant à l'annulation de la décision du consul général de France à Genève en date du 23 septembre 1998 refusant au requérant et à trois membres de sa famille la délivrance de visas de court séjour sur le territoire français, jusqu'à ce que le ministre des affaires étrangères lui communique tous éléments relatifs à l'inscription du requérant et des membres de sa famille au fichier "Système d'information Schengen" ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu la convention d'application de l'Accord de Schengen du 14 juin 1985 relatif à la suppression graduelle des contrôles aux frontières communes, signée le 19 juin 1990 ;
Vu l'ordonnance n° 45-2658 du 2 novembre 1945 modifiée ;
Vu le code de justice administrative ;
Après avoir entendu en séance publique :
- le rapport de Mme de Margerie, Maître des Requêtes-;
- les conclusions de Mme de Silva, Commissaire du gouvernement ;

Considérant que, pour refuser la délivrance de visas de court séjour à M. X... et à trois membres de sa famille, par sa décision du 23 septembre 1998, le consul général de France à Genève s'est fondé sur ce que le requérant et son épouse avaient fait l'objet d'une mesure de signalement aux fins de non-admission au "Système d'information Schengen" en exécution des stipulations de la convention d'application de l'Accord de Schengen du 14 juin 1985, signée le 19 juin 1990 ; que M. X... conteste le bien-fondé de cette décision ;
Considérant que, par une décision du 29 décembre 2000, le Conseil d'Etat statuant au contentieux a sursis à statuer sur la requête jusqu'à ce que le ministre des affaires étrangères lui communique tous éléments relatifs à l'inscription de M. X... et des membres de sa famille au "Système d'information Schengen", notamment l'indication de l'autorité nationale ayant procédé au signalement et de son motif ; que, tout en confirmant que le requérant, sa femme et sa fille avaient fait l'objet d'une mesure de signalement à ce fichier à compter du 12 juillet 1998 de la part des autorités allemandes, le ministre des affaires étrangères a indiqué ne pas connaître les raisons de ce signalement, en se bornant à déclarer que les autorités allemandes ne les lui avaient pas communiquées malgré une demande en ce sens, sans invoquer d'éléments propres à l'espèce qui l'auraient empêché de satisfaire à ce qui lui était ordonné dans la décision du 29 décembre 2000 ; que, par suite, les affirmations de M. X... selon lesquelles la décision du consul général de France à Genève en date du 23 septembre 1998 repose sur une mesure de signalement injustifiée doivent être tenues pour établies ; que, dès lors, M. X... est fondé à demander l'annulation de cette décision ;
Article 1er : La décision du consul général de France à Genève en date du 23 septembre 1998 est annulée.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. Salman X... et au ministre des affaires étrangères.

Références :

Accord 1985-06-14 Schengen


Publications :

Proposition de citation: CE, 06 décembre 2002, n° 200898
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Mme de Margerie
Rapporteur public ?: Mme de Silva

Origine de la décision

Formation : 2 ss
Date de la décision : 06/12/2002

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.