Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 5eme et 7eme sous-sections reunies, 21 novembre 2003, 237123

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Contentieux répressif

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 237123
Numéro NOR : CETATEXT000008185886 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2003-11-21;237123 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée le 9 août 2001 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentée pour Mme Jocelyne X et M. Patrick Y, demeurant ... ; Mme X et M. Y demandent au Conseil d'Etat :

1°) d'annuler l'arrêt du 5 juin 2001 par lequel la cour administrative d'appel de Paris a rejeté leur requête tendant à l'annulation du jugement du 9 février 2001 par lequel le tribunal administratif de Cergy-Pontoise avait rejeté leur demande tendant à l'annulation de la décision du 12 mai 2000 par laquelle le maire de la commune d'Herblay a accordé un permis de construire à M. Z en vue de l'édification d'une maison à usage d'habitation ;

2°) statuant au fond, d'annuler le permis de construire délivré par le maire d'Herblay en date du 12 mai 2000 ;

3°) de condamner la commune d'Herblay à leur payer une somme de 15 000 F (2 286,14 euros) sur le fondement de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de l'urbanisme ;

Vu le code de la construction et de l'habitation ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :

- le rapport de M. Lambron, Maître des Requêtes,

- les observations de Me Cossa, avocat de Mme X et de M. Y,

- les conclusions de M. Chauvaux, Commissaire du gouvernement ;

Considérant qu'il ressort des pièces du dossier soumis aux juges du fond que, par un arrêté en date du 12 mai 2000, le maire de la commune d'Herblay (Val-d'Oise) a autorisé M. Z à édifier une construction à usage d'habitation sur un terrain sis avenue du Général Leclerc ; que, par l'arrêt attaqué, la cour administrative d'appel de Paris a rejeté le pourvoi que Mme X et M. Y avaient formé contre le jugement du tribunal administratif de Cergy-Pontoise rejetant leurs conclusions tendant à l'annulation de cet arrêté ;

Considérant qu'aux termes de l'article R. 112-2 du code de l'urbanisme : La surface de plancher hors ouvre brute d'une construction est égale à la somme des surfaces de plancher de chaque niveau de la construction. La surface de plancher hors ouvre nette d'une construction est égale à la surface hors ouvre brute de cette construction après déduction : a) des surfaces de plancher hors ouvre des combles et des sous-sols non aménageables pour l'habitation ou pour des activités à caractère professionnel, artisanal, industriel ou commercial (...) c) ... des parties de bâtiments aménagés en vue du stationnement des véhicules ; qu'en se bornant, pour juger que le sous-sol de la construction autorisée ne pouvait être regardé comme aménageable pour l'habitation ou pour des activités à caractère professionnel, artisanal, industriel ou commercial au sens des dispositions de l'article R. 112-2 du code de l'urbanisme, à relever que ledit sous-sol était entièrement situé au-dessous du sol naturel et dépourvu d'ouverture sur l'extérieur, la cour a insuffisamment motivé son arrêt ; que, par suite, Mme X et M. Y sont fondés à demander l'annulation de l'arrêt attaqué en tant qu'il statue sur la légalité du permis litigieux ;

Considérant que, dans les circonstances de l'espèce, il y a lieu, par application de l'article L. 821-2 du code de justice administrative, de régler l'affaire au fond ;

Considérant, d'une part, qu'il ressort des pièces du dossier que le permis de construire prévoyait que le sous-sol serait destiné à un usage de garage pour voitures automobiles et véhicules à deux roues ; que ce sous-sol ne comportait pas d'autre ouverture sur l'extérieur que la porte devant permettre le passage des véhicules ; que, eu égard à ces spécifications et à la configuration des locaux, et nonobstant la définition que donne l'article R. 111-1 du code de la construction et de l'habitation de la notion de logement ou d'habitation, c'est à bon droit que la surface de ce sous-sol a été déduite lors du calcul de la surface hors ouvre nette, dès lors que sa superficie excédant celle affectée à usage de garage ne pouvait, dans les circonstances de l'espèce, être regardée comme aménageable pour l'habitation ou pour l'une des activités visées à l'article R. 112-2 du code de l'urbanisme ; qu'il en résulte que le coefficient d'occupation des sols est inférieur au coefficient d'occupation des sols maximal autorisé par l'article UG14 du règlement du plan d'occupation des sols en vigueur ;

Considérant, d'autre part, qu'aux termes de l'article UG7 du règlement du plan d'occupation des sols de la commune d'Herblay, dans une bande de 25 mètres de profondeur, mesurée à partir de l'alignement de la voie publique, de la limite d'emprise de la voie privée ou de la marge de recul indiquée au plan : Les constructions ne peuvent être édifiées sur les limites séparatives. A défaut, les marges d'isolement par rapport aux limites s'imposent. Au-delà d'une bande de 25 mètres, mesurée à partir de l'alignement des voies publiques ou de la limite d'emprise des voies privées, les marges d'isolement doivent être respectées. Cas particulier : ... les constructions peuvent être édifiées en limite séparative si la hauteur prise en tout point du mur construit au droit de cette limite séparative n'excède pas 3 mètres... ; qu'il résulte de ces dispositions que, dans une bande de 25 mètres de profondeur mesurée à compter de l'alignement de la voie publique, les constructions peuvent être édifiées en limite séparative sans qu'il y ait d'obligation que la construction autorisée jouxte la totalité des limites séparatives de la parcelle d'assiette, la limite de hauteur de 3 mètres pour les constructions en limite séparative ne s'imposant que pour celles qui sont édifiées au-delà de la bande de 25 mètres ; qu'ainsi le mur pignon de la construction litigieuse, située dans cette bande de 25 mètres, pouvait excéder une hauteur de 3 mètres ;

Considérant que, dès lors, Mme X et M. Y ne sont pas fondés à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a rejeté leur demande tendant à l'annulation du permis de construire dont s'agit ;

Sur l'application des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant que ces dispositions font obstacle à ce que la commune d'Herblay, qui n'est pas dans la présente instance la partie perdante, soit condamnée à verser à Mme X et M. Y la somme qu'ils demandent au titre des frais exposés et non compris dans les dépens ;

D E C I D E :

--------------

Article 1er : L'arrêt du 5 juin 2001 de la cour administrative d'appel de Paris est annulé.

Article 2 : Les conclusions de Mme X et M. Y devant la cour administrative d'appel et le surplus de leurs conclusions devant le Conseil d'Etat sont rejetés.

Article 3 : La présente décision sera notifiée à Mme Jocelyne X, à M. Patrick Y, à M. Z, à la commune d'Herblay et au ministre de l'équipement, des transports, du logement, du tourisme et de la mer.


Publications :

Proposition de citation: CE, 21 novembre 2003, n° 237123
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Delon
Rapporteur ?: M. Frédéric Aladjidi
Rapporteur public ?: M. Chauvaux
Avocat(s) : COSSA

Origine de la décision

Formation : 5eme et 7eme sous-sections reunies
Date de la décision : 21/11/2003

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.