Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, Section du contentieux, 27 février 2004, 253003

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 253003
Numéro NOR : CETATEXT000008197132 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2004-02-27;253003 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée le 31 décembre 2002 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentée par le PREFET DES PYRENEES-ORIENTALES ; le PREFET DES PYRENEES-ORIENTALES demande au Conseil d'Etat :

1°) d'annuler le jugement du 29 novembre 2002 par lequel le magistrat délégué par le président du tribunal administratif de Montpellier a annulé son arrêté du 26 novembre 2002 ordonnant la reconduite à la frontière de Mme Kheira X et ses décisions du même jour fixant le pays de destination et plaçant l'intéressée en rétention administrative ;

2°) de rejeter la demande présentée par Mme X devant le tribunal administratif de Montpellier ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales ;

Vu l'ordonnance n° 45-2658 du 2 novembre 1945 modifiée ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :

- le rapport de Mlle Courrèges, Auditeur,

- les conclusions de M. Devys, Commissaire du gouvernement ;

Sur la régularité du jugement attaqué :

Considérant qu'aux termes de l'article R. 776-12 du code de justice administrative : « Jusqu'au moment où l'affaire est appelée, les parties peuvent présenter des conclusions ou observations écrites » ; qu'aux termes de l'article R. 776-13 du même code : « Après le rapport fait par le président du tribunal administratif ou son délégué, les parties peuvent présenter en personne ou par un avocat des observations orales. Elles peuvent également produire des documents à l'appui de leurs conclusions. Si ces documents apportent des éléments nouveaux, le magistrat demande à l'autre partie de les examiner et de lui faire part à l'audience de ses observations » ;

Considérant qu'il résulte de la combinaison de ces dispositions, applicables en première instance en matière de reconduite à la frontière, que si dans le cadre de la procédure orale qui succède à l'instruction contradictoire écrite les parties peuvent produire des documents nouveaux à l'appui de leurs observations orales, l'instruction écrite est normalement close, en application de l'article R. 776-12, au moment où l'affaire est appelée ; que toutefois, lorsque, postérieurement à cette clôture, le juge est saisi d'un mémoire émanant d'une partie qui n'en a pas exposé les éléments dans le cadre de la procédure orale, il lui appartient de faire application dans ce cas particulier des règles générales relatives à toutes les productions postérieures à la clôture de l'instruction ; qu'à ce titre, et conformément au principe selon lequel, devant les juridictions administratives, le juge dirige l'instruction, il lui appartient, dans tous les cas, de prendre connaissance de ce mémoire avant de rendre sa décision, ainsi, au demeurant, que de le viser sans l'analyser ; que s'il a toujours la faculté, dans l'intérêt d'une bonne justice, d'en tenir compte - après l'avoir visé et, cette fois, analysé - il n'est tenu de le faire, à peine d'irrégularité de sa décision, que si ce mémoire contient soit l'exposé d'une circonstance de fait dont la partie qui l'invoque n'était pas en mesure de faire état avant la clôture de l'instruction écrite et que le juge ne pourrait ignorer sans fonder sa décision sur des faits matériellement inexacts, soit d'une circonstance de droit nouvelle ou que le juge devrait relever d'office ; que dans tous les cas où il est amené à tenir compte de ce mémoire, il doit - à l'exception de l'hypothèse particulière dans laquelle il s'agit pour le juge de la reconduite de se fonder sur un moyen qu'il devait relever d'office, - le soumettre au débat contradictoire, soit en suspendant l'audience pour permettre à l'autre partie d'en prendre connaissance et de préparer ses observations, soit en renvoyant l'affaire à une audience ultérieure ;

Considérant qu'en l'espèce, si le PREFET DES PYRENEES-ORIENTALES, qui n'était ni présent ni représenté lors de l'audience au cours de laquelle la demande de Mme X dirigée contre l'arrêté de reconduite à la frontière du 26 novembre 2002 a été examinée, fait valoir qu'il avait transmis en temps utile ses observations en défense par télécopie au greffe du tribunal administratif de Montpellier, il ressort des mentions du jugement attaqué, lesquelles font foi jusqu'à preuve du contraire, que ce mémoire n'est parvenu au tribunal qu'après l'appel de l'affaire ; que si ce mémoire contenait l'exposé de circonstances de fait contestant les allégations de Mme X, il ne ressort pas des pièces du dossier que le préfet n'aurait pas été en mesure d'en faire état avant la clôture de l'instruction écrite qui est résultée de l'appel de l'affaire ; que, eu égard à la brièveté du délai imparti au juge pour statuer en matière de reconduite, le délai laissé au préfet, à qui la requête de Mme X avait été communiquée la veille de l'audience dans l'après-midi, doit être regardé comme suffisant pour lui permettre de présenter ses observations ; que, par suite, le moyen tiré de ce qu'en statuant sans tenir compte des observations écrites du PREFET DES PYRENEES-ORIENTALES, le juge de première instance aurait entaché son jugement d'irrégularité doit être écarté ;

Sur la légalité de la mesure de reconduite à la frontière :

Considérant qu'il ressort des pièces du dossier que Mme X n'est pas dépourvue d'attaches familiales dans son pays d'origine où résident notamment son ex-mari et ses enfants ; qu'elle n'établit ni même n'allègue que sa mère et ses soeurs, qui résident en France, seraient à sa charge ; que, par suite, l'arrêté du PREFET DES PYRENEES-ORIENTALES ordonnant sa reconduite à la frontière, qui relève que l'intéressée est divorcée, a de la famille dans son pays d'origine et n'a pas de charge de famille en France, n'est entaché d'aucune erreur de fait ; que, dès lors, c'est à tort que le magistrat délégué par le président du tribunal administratif s'est fondé sur ce motif pour annuler, par l'article 1er du jugement attaqué, l'arrêté du PREFET DES PYRENEES-ORIENTALES du 26 novembre 2002 en tant qu'il ordonne la reconduite à la frontière de Mme X et fixe le pays de destination ;

Considérant, toutefois, qu'il appartient au Conseil d'Etat, saisi par l'effet dévolutif de l'appel, d'examiner les autres moyens soulevés par Mme X devant le tribunal administratif à l'encontre de la mesure de reconduite et de la décision fixant le pays de destination ;

Considérant, en premier lieu, que l'arrêté, qui comporte l'énoncé des considérations de droit et de fait qui constituent le fondement de la décision de reconduite à la frontière, est suffisamment motivé ;

Considérant, en deuxième lieu, que si, à l'appui de sa demande d'annulation de l'arrêté ordonnant sa reconduite à la frontière, Mme X fait valoir qu'elle est entrée en France en mars 2000 et que sa mère, malade, et ses soeurs y résident, il ressort des circonstances mentionnées plus haut, relatives à sa situation familiale, ainsi que de la durée et des conditions du séjour en France de l'intéressée, qui n'y est entrée qu'à l'âge de 43 ans, que, eu égard aux effets d'une mesure de reconduite à la frontière, l'arrêté attaqué n'a pas porté au droit de Mme X au respect de sa vie familiale une atteinte disproportionnée aux buts en vue desquels il a été pris ; que, par suite, le moyen tiré de ce qu'il méconnaîtrait les stipulations de l'article 8 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales ne peut qu'être écarté ; que l'arrêté attaqué n'est pas davantage entaché d'une erreur manifeste d'appréciation ;

Considérant, enfin, que si, à l'encontre de la décision distincte par laquelle le PREFET DES PYRENEES-ORIENTALES a fixé l'Algérie comme pays de destination de la reconduite, Mme X fait valoir qu'elle courrait des risques en cas de retour dans son pays d'origine, où elle aurait été menacée par des terroristes islamistes en raison de son activité de femme de ménage dans des locaux de la police, elle n'établit pas la réalité des risques invoqués ;

Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que le PREFET DES PYRENEES-ORIENTALES est fondé à soutenir que c'est à tort que, par l'article 1er du jugement attaqué, le magistrat délégué par le président du tribunal administratif de Montpellier a annulé son arrêté du 26 novembre 2002 en tant qu'il ordonne la reconduite à la frontière de l'intéressée et fixe le pays de destination ;

Sur la légalité de la mesure de placement en rétention administrative :

Considérant qu'il résulte de ce qui a été dit ci-dessus que c'est à tort que le magistrat délégué par le président du tribunal administratif de Montpellier s'est fondé sur l'illégalité de la mesure de reconduite prise à l'encontre de Mme X pour annuler, par l'article 2 du jugement attaqué, l'arrêté du 26 novembre 2002 en tant qu'il ordonne le placement en rétention administrative de l'intéressée ;

Considérant, toutefois, qu'il appartient au Conseil d'Etat, saisi par l'effet dévolutif de l'appel, d'examiner les autres moyens soulevés par Mme X devant le tribunal administratif à l'encontre de cette décision ;

Considérant que si l'article 35 bis de l'ordonnance du 2 novembre 1945 permet au préfet, s'il y a nécessité et dans les hypothèses que prévoit cette disposition, de maintenir dans des locaux ne relevant pas de l'administration pénitentiaire, par décision écrite motivée, pendant le temps strictement nécessaire à son départ, l'étranger devant être reconduit à la frontière, l'arrêté attaqué ne mentionne aucune considération de fait de nature à justifier la mesure de placement de Mme X en rétention administrative pour une durée de 48 heures ; que, dès lors, le PREFET DES PYRENEES-ORIENTALES n'est pas fondé à se plaindre de ce que, par l'article 2 du jugement attaqué, le magistrat délégué par le président du tribunal administratif de Montpellier a annulé son arrêté du 26 novembre 2002, en tant qu'il ordonne le placement en rétention administrative de l'intéressée ;

D E C I D E :

--------------

Article 1er : L'article 1er du jugement du 29 novembre 2002 du magistrat délégué par le président du tribunal administratif de Montpellier est annulé.

Article 2 : Les conclusions présentées par Mme X devant le tribunal administratif de Montpellier et dirigées contre l'arrêté du 26 novembre 2002 en tant qu'il ordonne sa reconduite à la frontière à destination de l'Algérie sont rejetées.

Article 3 : Le surplus des conclusions du PREFET DES PYRENEES-ORIENTALES est rejeté.

Article 4 : La présente décision sera notifiée au PREFET DES PYRENEES-ORIENTALES, à Mme Kheira X et au ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales.


Publications :

Proposition de citation: CE, 27 février 2004, n° 253003
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Labetoulle
Rapporteur ?: Mlle Courrèges
Rapporteur public ?: M. Devys

Origine de la décision

Formation : Section du contentieux
Date de la décision : 27/02/2004

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.