Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 3eme et 8eme sous-sections reunies, 09 avril 2004, 237937

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 237937
Numéro NOR : CETATEXT000008175832 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2004-04-09;237937 ?

Texte :

Vu la requête sommaire et le mémoire complémentaire, enregistrés les 5 septembre 2001 et 4 janvier 2002 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentés pour M. Francis X, demeurant ... ; M. X demande au Conseil d'Etat :

1°) d'annuler l'arrêt du 27 juin 2001 par lequel la cour administrative d'appel de Douai, à la demande du district de Saint-Quentin a, en premier lieu, annulé le jugement du 20 février 1998 par lequel le tribunal administratif d'Amiens a annulé l'arrêté du 1er avril 1991 du président du district de Saint-Quentin suspendant le versement de l'indemnité de fonctions attribuée à M. X ainsi que la décision implicite rejetant la demande présentée le 19 décembre 1991 par celui-ci tendant au rétablissement de cette indemnité, en deuxième lieu, annulé le jugement du 26 septembre 2000 par lequel le tribunal administratif d'Amiens a annulé la décision du 9 octobre 1998 du président du district de Saint-Quentin refusant à M. X le versement d'une indemnité au-delà du 20 avril 1992 et condamné la communauté d'agglomération de Saint-Quentin, venant aux droits du district de Saint-Quentin, à lui verser une somme de 179 622,02 F assortie des intérêts légaux capitalisés, en troisième lieu, rejeté les demandes présentées par M. X devant le tribunal administratif d'Amiens et, en quatrième et dernier lieu, rejeté les conclusions de M. X tendant à ce que la cour prenne des mesures d'exécution en vue du paiement intégral de l'indemnité allouée au requérant par le jugement du 26 septembre 2000 ;

2°) statuant comme le juge du fond, de rejeter les appels formés par la communauté d'agglomération de Saint-Quentin à l'encontre des jugements des 20 février 1998 et 26 septembre 2000 du tribunal administratif d'Amiens ;

3°) d'enjoindre à la communauté d'agglomération de Saint-Quentin, sous astreinte de 1 000 F (152,45 euros) par jour de retard, de verser, dans un délai d'un mois suivant la notification de la décision, l'indemnité décidée par le tribunal administratif, soit 179 622,02 F (27 383,20 euros) avec capitalisation à compter du 9 octobre 1998 ;

4°) de mettre à la charge de la communauté d'agglomération de Saint-Quentin une somme de 3 500 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le décret n° 88-145 du 15 février 1988 ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :

- le rapport de M. Crépey, Auditeur,

- les observations de la SCP Masse-Dessen, Thouvenin, avocat de M. Francis X et de la SCP Lyon-Caen, Fabiani, Thiriez, avocat de la communauté d'agglomération de Saint-Quentin,

- les conclusions de M. Séners, Commissaire du gouvernement ;

Sans qu'il soit besoin d'examiner les autres moyens de la requête ;

Considérant qu'aux termes de l'article 37 du décret du 15 février 1988 relatif aux agents non titulaires de la fonction publique territoriale : Le pouvoir disciplinaire appartient à l'autorité territoriale ayant le pouvoir de procéder au recrutement. L'agent non titulaire a droit à la communication de l'intégralité de son dossier individuel et de tous les documents annexes et à l'assistance de défenseurs de son choix. L'autorité territoriale doit informer l'intéressé de son droit à communication du dossier ; que ces dispositions s'appliquent aux agents non titulaires qu'un établissement public de coopération intercommunale recrute pour occuper un emploi permanent à temps partiel, quand bien même les intéressés seraient par ailleurs employés à titre principal par une commune en qualité d'agent titulaire ;

Considérant qu'il résulte des constatations de l'arrêt attaqué que M. X, par ailleurs directeur des sports de la commune de Saint-Quentin (Aisne), a été chargé en novembre 1986 par le président du district de Saint-Quentin de la gestion administrative des complexes sportifs évolutifs couverts (C.O.S.E.C.) relevant de l'institution intercommunale, moyennant une indemnité mensuelle forfaitaire dite indemnité de district , fixée conformément à une délibération du conseil de district visant le décret du 29 octobre 1936 relatif aux cumuls de rémunérations et de fonctions ; que la cour administrative de Douai a commis une erreur de droit en jugeant que sa qualité d'agent titulaire de la commune faisait obstacle à ce que M. X relevât du pouvoir hiérarchique du président du district ; que M. X est, par suite fondé, à demander l'annulation de l'arrêt attaqué ;

Considérant qu'en application de l'article L. 821-2 du code de justice administrative, il y a lieu de régler l'affaire au fond ;

Sur la légalité des décisions du 1er avril 1991 et du 20 avril 1992 :

Considérant qu'il ressort des pièces du dossier que, chargé de la rédaction d'un rapport sur le dispositif de gardiennage des gymnases, M. X a rendu un travail nettement insuffisant avant d'indiquer à son employeur en termes vifs, en réponse aux observations qui lui ont alors été faites, qu'il n'accordait aucune importance à ses fonctions au sein du district ; que c'est pour sanctionner ce comportement désinvolte que le président du district a, d'abord à titre provisoire par son arrêté du 1er avril 1991, puis à titre définitif par sa décision implicite du 20 avril 1992, mis fin au contrat de collaboration de M. X au district ; que le caractère disciplinaire de ces mesures imposait, en vertu des dispositions précitées du décret du 15 février 1988, qu'elles fussent précédées d'une invitation adressée à l'agent de prendre connaissance de son dossier ; qu'en l'absence de cette formalité, c'est à bon droit que le tribunal administratif d'Amiens a annulé les décisions contestées par son jugement du 20 février 1998 ;

Sur la demande d'indemnité :

Considérant qu'il résulte de l'instruction qu'eu égard à la faute commise par M. X dans l'exercice de ses activités accessoires au service du district, la décision de mettre fin à ces fonctions était justifiée ; que, dans ces conditions, la faute commise par la commune en n'invitant pas M. X à prendre connaissance de son dossier ne peut être regardée comme ayant causé à l'intéressé un préjudice indemnisable ; que la communauté d'agglomération de Saint-Quentin, venue aux droits du district, est donc fondée à soutenir que c'est à tort que, par un second jugement en date du 26 septembre 2000, le tribunal administratif d'Amiens l'a condamnée à payer à M. X une somme représentant, pour la période du 1er avril 1991 au 9 octobre 1998, le montant de l' indemnité de district qu'il percevait antérieurement ;

Sur les conclusions tendant à l'application des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant que, dans les circonstances de l'espèce, il n'y a lieu ni de mettre à la charge de la communauté d'agglomération de Saint-Quentin la somme que M. X demande au titre des frais exposés par lui et non compris dans les dépens ni de mettre à la charge de M. X la somme que la communauté d'agglomération de Saint-Quentin demande au même titre ;

D E C I D E :

--------------

Article 1er : L'arrêt de la cour administrative de Douai en date du 27 juin 2001 est annulé.

Article 2 : Les conclusions présentées par la communauté d'agglomération de Saint-Quentin devant la cour administrative d'appel de Douai et dirigées contre le jugement du tribunal administratif d'Amiens en date du 20 février 1998 sont rejetées.

Article 3 : Le jugement du tribunal administratif d'Amiens en date du 26 septembre 2000 est annulé.

Article 4 : Les conclusions à fin d'indemnisation présentées par M. X devant le tribunal administratif d'Amiens et ses conclusions à fin d'injonction présentées devant la cour administrative d'appel de Douai sont rejetées.

Article 5 : Le surplus des conclusions présentées en appel et en cassation par la communauté d'agglomération de Saint-Quentin et par M. X est rejeté.

Article 6 : La présente décision sera notifiée à M. Francis X, à la communauté d'agglomération de Saint-Quentin et au ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales.


Publications :

Proposition de citation: CE, 09 avril 2004, n° 237937
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Lasserre
Rapporteur ?: M. Edouard Crépey
Rapporteur public ?: M. Séners
Avocat(s) : SCP MASSE-DESSEN, THOUVENIN

Origine de la décision

Formation : 3eme et 8eme sous-sections reunies
Date de la décision : 09/04/2004

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.