Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 3eme sous-section jugeant seule, 28 juillet 2004, 255402

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 255402
Numéro NOR : CETATEXT000008190234 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2004-07-28;255402 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée le 25 mars 2003 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentée par le PREFET DE POLICE ; le PREFET DE POLICE demande au Conseil d'Etat :

1°) d'annuler le jugement du 7 février 2003 par lequel le magistrat délégué par le président du tribunal administratif de Paris a annulé son arrêté du 2 août 2002 décidant la reconduite à la frontière de M. Uddin X en tant qu'il fixe le Bangladesh comme pays à destination duquel celui-ci doit être reconduit ;

2°) de rejeter les conclusions de la demande de M. X devant le tribunal administratif tendant à l'annulation de ladite décision ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu la convention de Genève du 28 juillet 1951 ;

Vu la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales ;

Vu la loi n° 52-893 du 25 juillet 1952 modifiée ;

Vu l'ordonnance n° 45-2658 du 2 novembre 1945 modifiée relative aux conditions d'entrée et de séjour des étrangers en France ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :

- le rapport de M. Stéphane Verclytte, Maître des Requêtes,

- les conclusions de M. François Séners, Commissaire du gouvernement ;

Considérant que, par le jugement attaqué, le magistrat délégué par le président du tribunal administratif de Paris a rejeté les conclusions de M. X dirigées contre l'arrêté du 2 août 2002 en tant qu'il ordonnait sa reconduite à la frontière, mais a annulé la décision distincte désignant, dans les termes où elle est rédigée, le Bangladesh comme pays de destination de la reconduite ; que le PREFET DE POLICE demande l'annulation de ce jugement en tant qu'il a accueilli les conclusions de M. X relatives au pays de destination de la reconduite ; que, par voie du recours incident, M. X en demande l'annulation en tant qu'il a rejeté ses conclusions contre la mesure de reconduite ;

Sur l'appel incident de M. X tendant à l'annulation de l'arrêté du 2 août 2002 ordonnant sa reconduite à la frontière :

Sans qu'il soit besoin d'examiner l'autre moyen de la requête ;

Considérant qu'aux termes de l'article 10 de la loi du 25 juillet 1952 modifiée : .... l'admission en France d'un demandeur d'asile ne peut être refusée que si : ... 4° La demande d'asile repose sur une fraude délibérée ou constitue un recours abusif aux procédures d'asile ou n'est présentée qu'en vue de faire échec à une mesure d'éloignement prononcée ou imminente ; qu'en vertu de l'article 12 de la même loi, l'étranger présent sur le territoire français dont la demande d'asile entre dans l'un des cas visés aux 2° à 4° de l'article 10 bénéficie du droit à se maintenir en France jusqu'à la notification de la décision de l'office français de protection des réfugiés et apatrides, lorsqu'il s'agit d'une décision de rejet ;

Considérant qu'il ressort des pièces du dossier que M. X, entré en France en 2000, a vu sa demande de reconnaissance de la qualité de réfugié rejetée par une décision de l'office français de protection des réfugiés et apatrides du 5 janvier 2001, confirmée par une décision de la commission des recours des réfugiés du 18 mai 2001 ; que l'intéressé a demandé le réexamen de sa demande, sur laquelle l'office français de protection des réfugiés et apatrides a pris une nouvelle décision de rejet le 26 octobre 2001 ; que cette dernière décision, notifiée au plus tard le 12 août 2002 du fait d'un déménagement de M. X, a été déférée par lui devant la commission des recours des réfugiés par un recours enregistré le 23 octobre 2002 ;

Considérant qu'à l'appui de sa demande de réexamen, l'intéressé produisait la traduction d'un jugement de condamnation à sept ans de réclusion et à une amende, pris à son encontre le 26 juin 2001 par le tribunal exceptionnel de Sylhet pour agissements contre l'Etat ; qu'ainsi, en dépit de l'arrivée au pouvoir au Bangladesh du parti dans lequel M. X avait milité, la nouvelle demande d'asile présentée par celui-ci ne relevait pas des exceptions visées au 4° de l'article 10 précité de la loi du 25 juillet 1952 et que l'intéressé tenait des dispositions rappelées ci-dessus un droit à se maintenir sur le territoire français jusqu'à ce que la commission de recours des réfugiés ait statué sur son recours contre la décision de l'OFPRA en date du 26 octobre 2001 ; que dans ces conditions, le PREFET DE POLICE ne pouvait légalement décider, par l'arrêté litigieux du 2 août 2002, qu'il serait reconduit à la frontière ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que M. X est fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le magistrat délégué par le président du tribunal administratif de Paris a rejeté ses conclusions tendant à l'annulation de l'arrêté du 2 août 2002 par lequel le PREFET DE POLICE a décidé sa reconduite à la frontière ;

Sur l'appel principal du PREFET DE POLICE :

Considérant que, par suite de l'annulation de l'arrêté ordonnant la reconduite à la frontière de M. X, la requête du PREFET DE POLICE tendant à l'annulation du jugement du tribunal administratif de Paris en date du 7 février 2003, annulant ce même arrêté seulement en tant qu'il fixe le Bangladesh comme pays de destination de la reconduite de M. X, est devenue sans objet ;

Sur les conclusions de M. X tendant à l'application des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant qu'il y a lieu, dans les circonstances de l'espèce, de faire application de ces dispositions et de mettre à la charge de l'EtatX une somme de 1 500 euros au titre des frais exposés par M. X et non compris dans les dépens ;

D E C I D E :

--------------

Article 1er : Le jugement du tribunal administratif de Paris du 7 février 2003 est annulé en tant qu'il a rejeté les conclusions de M. X tendant à l'annulation de l'arrêté du PREFET DE POLICE du 2 août 2002 ordonnant sa reconduite à la frontière.

Article 2 : L'arrêté du PREFET DE POLICE du 2 août 2002 ordonnant la reconduite à la frontière de M. X est annulé.

Article 3 : Il n'y a pas lieu de statuer sur les conclusions de la requête du PREFET DE POLICE relatives à la décision fixant le pays de destination de la reconduite de M. X.

Article 4 : L'Etat versera à M. X la somme de 1 500 euros en application des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative.

Article 5 : La présente décision sera notifiée au PREFET DE POLICE, à M. Uddin X et au ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales.


Publications :

Proposition de citation: CE, 28 juillet 2004, n° 255402
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Martin Laprade
Rapporteur ?: M. Stéphane Verclytte
Rapporteur public ?: M. Séners

Origine de la décision

Formation : 3eme sous-section jugeant seule
Date de la décision : 28/07/2004

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.