Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 8eme sous-section jugeant seule, 29 décembre 2004, 262578

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 262578
Numéro NOR : CETATEXT000008179229 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2004-12-29;262578 ?

Texte :

Vu l'ordonnance du tribunal administratif de Châlons-en-Champagne du 17 novembre 2003, enregistrée le 10 décembre 2003 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, par laquelle le président du tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a transmis au Conseil d'Etat, en application des articles R. 351-2 et R. 311-1 du code de justice administrative, la demande présentée à ce tribunal par Mme X ;

Vu la requête, enregistrée le 18 décembre 2003 au greffe du tribunal administratif de Châlons-en-Champagne, présentée par Mme Martine X, demeurant ... ; Mme X demande au Conseil d'Etat :

1°) d'annuler la décision du 14 novembre 2002 du ministre de l'agriculture refusant son admissibilité à l'examen professionnel de secrétaire administratif de classe exceptionnelle des services déconcentrés du ministère de l'agriculture ;

2°) d'ordonner que lui soient communiqués les critères retenus pour sa notation à l'épreuve de note administrative ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :

- le rapport de M. Pierre-François Mourier, Maître des Requêtes,

- les conclusions de M. Laurent Olléon, Commissaire du gouvernement ;

Considérant que pour demander l'annulation de la décision du 14 novembre 2002 l'informant de son non-admissibilité à l'examen de secrétaire administratif des services déconcentrés de classe exceptionnelle du ministère de l'agriculture, Mme X fait valoir que, seule la note obtenue étant mentionnée sur sa copie à défaut de toute autre annotation, elle n'a pas été mise à même d'avoir communication des critères d'appréciation retenus par le jury ni ne peut être assurée que sa copie a réellement été lue et jugée ;

Considérant qu'aucune disposition législative ou réglementaire ni aucun principe n'obligent un jury à motiver ses délibérations, ni à communiquer aux candidats les critères de correction dont il aurait fait usage pour noter les épreuves ; qu'ainsi la circonstance qu'aucune appréciation ne soit portée sur la copie elle-même n'établit pas qu'elle n'aurait pas été effectivement lue et corrigée ; que, dès lors, les moyens invoqués par la requérante ne peuvent qu'être écartés ;

D E C I D E :

--------------

Article 1er : La requête de Mme X est rejetée.

Article 2 : La présente décision sera notifiée à Mme Martine X et au ministre de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche et de la ruralité.


Publications :

Proposition de citation: CE, 29 décembre 2004, n° 262578
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Le Roy
Rapporteur ?: M. Pierre-François Mourier
Rapporteur public ?: M. Olléon

Origine de la décision

Formation : 8eme sous-section jugeant seule
Date de la décision : 29/12/2004

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.