Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 4eme sous-section jugeant seule, 12 octobre 2005, 275828

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 275828
Numéro NOR : CETATEXT000008235642 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2005-10-12;275828 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée le 24 décembre 2004 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentée par M. Jacques X, demeurant ... ; M. GOSSOT demande au Conseil d'Etat :

1°) d'annuler le jugement du tribunal administratif de Nancy du 30 novembre 2004 le déclarant inéligible en qualité de conseiller général pendant un an à compter de la date à laquelle le jugement sera devenu définitif ;

2°) de renvoyer le dossier devant la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code électoral, modifié notamment par l'ordonnance n° 2003-19 du 8 décembre 2003 ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :

- le rapport de Mme Marie Picard, Maître des Requêtes,

- les conclusions de Mme Anne-Françoise Roul, Commissaire du gouvernement ;

Considérant qu'aux termes de l'article L. 52-12 du code électoral, dans ses dispositions applicables aux élections cantonales de mars 2004 résultant de l'ordonnance du 8 décembre 2003 : Au plus tard avant 18 h, le neuvième mardi suivant le tour de scrutin où l'élection a été acquise, chaque candidat ou candidat tête de liste présent au premier tour, dépose à la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques son compte de campagne et ses annexes... ; qu'aux termes de l'article L. 197 du même code, relatif à l'élection des conseillers généraux : Peut être déclaré inéligible pendant un an, celui qui n'a pas déposé son compte de campagne dans les conditions et le délai prescrit par l'article L. 52-12... ;

Considérant qu'il n'est pas contesté que le délai fixé par l'article L. 52-12 du code électoral expirait, en ce qui concerne le dépôt du compte de campagne de M. X, le 28 mai 2004 à 18 h ;

Considérant que, si le mandataire financier de M. X soutient qu'il a déposé le 24 mai 2004 des envois postaux à Toul et que ceux-ci ont été enregistrés par la Poste dès le lendemain, il ne résulte pas de l'instruction que ces envois comprenaient le pli adressé par M. X à la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques ; qu'en revanche, il résulte de l'instruction que le compte de M. X n'a été reçu, tant à la préfecture de Meurthe-et-Moselle qu'à la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques, que le 2 juin 2004, soit postérieurement au délai prescrit par l'article L. 52-12 du code électoral ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que M. X n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Nancy l'a déclaré inéligible en qualité de conseiller général pendant un an ;

D E C I D E :

--------------

Article 1er : La requête de M. X est rejetée.

Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. Jacques X, à la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques et au ministre d'Etat, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire.


Publications :

Proposition de citation: CE, 12 octobre 2005, n° 275828
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Silicani
Rapporteur ?: Mme Marie Picard
Rapporteur public ?: Mme Roul

Origine de la décision

Formation : 4eme sous-section jugeant seule
Date de la décision : 12/10/2005

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.