Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 3ème sous-section jugeant seule, 06 janvier 2006, 264368

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 264368
Numéro NOR : CETATEXT000008260314 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2006-01-06;264368 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée le 9 février 2004 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentée par le PREFET DE POLICE ; le PREFET DE POLICE demande au Conseil d'Etat :

1°) d'annuler le jugement du 29 novembre 2003 par lequel le magistrat délégué par le président du tribunal administratif de Paris a annulé sa décision du 27 novembre 2003 ordonnant la reconduite à la frontière de Mlle Svitlana X en tant qu'elle fixe l'Ukraine comme pays de destination de la reconduite ;

2°) de rejeter la demande présentée par Mlle X devant le tribunal administratif de Paris ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales ;

Vu l'ordonnance n° 45-2658 du 2 novembre 1945 modifiée relative aux conditions d'entrée et de séjour des étrangers en France ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :

- le rapport de M. Gilles Bardou, Maître des Requêtes,,

- les conclusions de M. François Séners, Commissaire du gouvernement ;

Considérant que, par un arrêté en date du 27 novembre 2003, le PREFET DE POLICE a décidé que Mlle X serait reconduite à la frontière ; que l'article 2 de cet arrêté fixe l'Ukraine comme pays de destination de cette mesure d'éloignement ; que, si Mlle X fait état de menaces qui pèseraient sur elle en cas de retour dans son pays, au motif qu'elle a témoigné dans une procédure pénale à l'issue de laquelle deux ressortissants ukrainiens ont été condamnés, par un jugement intervenu en juin 2003, pour faits de proxénétisme et que l'une de ces personnes, reconduite en Ukraine, pourrait y exercer contre elle des représailles, elle n'apporte à l'appui de ces allégations aucun élément probant et ne démontre pas qu'elle ne pourrait, en tout état de cause, bénéficier de la protection des autorités de son pays ; que, dès lors, c'est à tort que le magistrat délégué par le président du tribunal administratif de Paris s'est fondé pour annuler l'article 2 de l'arrêté litigieux du PREFET DE POLICE, sur ce que les circonstances dont faisait état Mlle X faisaient obstacle, en application de l'article 3 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales, à sa reconduite à destination du pays dont elle a la nationalité ;

Considérant toutefois qu'il appartient au Conseil d'Etat, saisi par l'effet dévolutif de l'appel de l'ensemble du litige relatif à la décision distincte fixant le pays de destination de la mesure de reconduite, d'examiner l'autre moyen soulevé par Mlle X devant le tribunal administratif ;

Considérant que M. Szollosi, attaché d'administration centrale, qui a signé l'arrêté du 27 novembre 2003, disposait à cet effet d'une délégation de signature du PREFET DE POLICE en vertu d'un arrêté du 2 janvier 2003 publié au bulletin municipal officiel de la Ville de Paris du 7 janvier de la même année ; qu'ainsi, le moyen tiré de ce que cet arrêté aurait été signé par une autorité incompétente manque en fait ; que, par suite, les conclusions présentées par Mlle X

D E C I D E :

--------------

Article 1er : L'article 1er du jugement en date du 29 novembre 2003 du magistrat délégué par le président du tribunal administratif de Paris est annulé.

Article 2 : Les conclusions de Mlle X devant le tribunal administratif de Paris tendant à l'annulation de l'article 2 de l'arrêté du PREFET DE POLICE du 27 novembre 2003 sont rejetées.

Article 3 : La présente décision sera notifiée au PREFET DE POLICE, à Mlle Svitlana X et au ministre d'Etat, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire.


Publications :

Proposition de citation: CE, 06 janvier 2006, n° 264368
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Martin Laprade
Rapporteur public ?: M. Séners

Origine de la décision

Formation : 3ème sous-section jugeant seule
Date de la décision : 06/01/2006

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.