Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 9ème sous-section jugeant seule, 26 mars 2007, 290377

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Contentieux des pensions

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 290377
Numéro NOR : CETATEXT000018005800 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2007-03-26;290377 ?

Texte :

Vu le recours, enregistré le 17 février 2006 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présenté par le MINISTRE DE LA DEFENSE ; le MINISTRE DE LA DEFENSE demande au Conseil d'Etat :

1°) d'annuler l'arrêt en date du 14 décembre 2005 par lequel la cour régionale des pensions de Bastia a réformé le jugement du 4 octobre 2004 du tribunal départemental des pensions de la Haute Corse accordant à M. Laurent A une pension militaire d'invalidité pour l'infirmité dénommée séquelles de traumatisme sonore, acouphènes, hypoacousie au taux de 12 %, en tant que cet arrêt accorde à M. A une pension au taux de 2 % pour hypoacousie ;

2°) statuant au fond, rejeter dans cette mesure la demande de pension présentée devant le tribunal départemental des pensions de la Haute-Corse par M. A pour l'infirmité dénommée séquelles de traumatisme sonore ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de la guerre ;

Vu le décret n° 59-327 du 20 février 1959 ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :

- le rapport de M. Benoit Bohnert, Maître des Requêtes,

- les conclusions de M. Stéphane Verclytte, Commissaire du gouvernement ;

Considérant que, par l'arrêt attaqué, la cour régionale des pensions de Bastia, statuant sur la requête du MINISTRE DE LA DEFENSE tendant notamment à l'annulation du jugement du tribunal départemental des pensions de la Haute-Corse en date du 4 octobre 2004 accordant à M. A, officier d'artillerie à la retraite, une pension militaire d'invalidité au taux de 12 % pour séquelles de traumatisme sonore, acouphènes, hypoacousie a annulé ce jugement mais a accordé à l'intéressé une pension d'invalidité au taux de 2 % pour hypoacousie ; que le MINISTRE DE LA DEFENSE demande l'annulation de cet arrêt dans cette seule mesure ;

Considérant qu'aux termes de l'article L. 4 du code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de la guerre : Les pensions sont établies d'après le degré d'invalidité./ Sont prises en considération les infirmités entraînant une invalidité égale ou supérieure à 10 %./ Il est concédé une pension : 1º Au titre des infirmités résultant de blessures, si le degré d'invalidité qu'elles entraînent atteint ou dépasse 10 % ; 2º Au titre d'infirmités résultant de maladies associées à des infirmités résultant de blessures, si le degré total d'invalidité atteint ou dépasse 30 % ; 3º Au titre d'infirmité résultant exclusivement de maladie, si le degré d'invalidité qu'elles entraînent atteint ou dépasse : 30 % en cas d'infirmité unique ; 40 % en cas d'infirmités multiples./ En cas d'aggravation par le fait ou à l'occasion du service d'une infirmité étrangère à celui-ci, cette aggravation seule est prise en considération, dans les conditions définies aux alinéas précédents./ Toutefois, si le pourcentage total de l'infirmité aggravée est égal ou supérieur à 60 %, la pension est établie sur ce pourcentage. ; que ces dispositions font obstacle à ce qu'une infirmité entraînant une invalidité inférieure au taux de 10 % donne lieu à la concession d'une pension ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède qu'en accordant à M. A le bénéficie d'une pension d'invalidité pour hypoacousie au taux de 2 %, la cour régionale des pensions de Bastia a méconnu les dispositions précitées de l'article L. 4 du code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de la guerre et commis une erreur de droit ; que le MINISTRE DE LA DEFENSE est, dès lors, fondé à demander l'annulation, dans cette mesure, de l'arrêt attaqué ;

Considérant qu'il y a lieu, dans les circonstances de l'espèce, de faire application de l'article L. 821-2 du code de justice administrative et de régler l'affaire au fond ;

Considérant, ainsi qu'il a été dit ci-dessus, qu'une infirmité entraînant une invalidité inférieure au taux de 10 % ne peut donner lieu à concession d'une pension ;

D E C I D E :

--------------

Article 1er : L'arrêt de la cour régionale des pensions de Bastia en date du 14 décembre 2005 est annulé en tant qu'il accorde à M. A le bénéfice d'une pension d'invalidité au taux de 2 % pour hypoacousie.

Article 2 : La demande de pension pour hypoacousie présentée par M. A devant le tribunal départemental des pensions de la Haute-Corse est rejetée.

Article 3 : La présente décision sera notifiée au MINISTRE DE LA DEFENSE et à M. Laurent A.


Publications :

Proposition de citation: CE, 26 mars 2007, n° 290377
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Pinault
Rapporteur ?: M. Benoit Bohnert
Rapporteur public ?: M. Verclytte

Origine de la décision

Formation : 9ème sous-section jugeant seule
Date de la décision : 26/03/2007

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.