Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 8ème et 3ème sous-sections réunies, 04 février 2008, 293733

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 293733
Numéro NOR : CETATEXT000018259740 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2008-02-04;293733 ?

Analyses :

CONTRIBUTIONS ET TAXES - IMPÔTS SUR LES REVENUS ET BÉNÉFICES - REVENUS ET BÉNÉFICES IMPOSABLES - RÈGLES PARTICULIÈRES - TRAITEMENTS - SALAIRES ET RENTES VIAGÈRES - PERSONNES ET REVENUS IMPOSABLES - INDEMNITÉ DE FONCTION D'UN ÉLU LOCAL (ART - 204-0 BIS DU CGI) - NOTION D'ÉLU LOCAL - INCLUSION - VICE-PRÉSIDENT D'UN SYNDICAT DE COMMUNE DÉPOURVU DE MANDAT ÉLECTIF DIRECT.

19-04-02-07-01 Les représentants des conseils municipaux dans les comités syndicaux des syndicats de communes peuvent ne pas être des conseillers municipaux mais des habitants de la commune (article L. 5212-7 du code général des collectivités territoriales). Le vice-président d'un syndicat de commune, désigné en cette qualité, doit cependant être regardé comme un élu local au sens de l'article 204-0 bis du code général des impôts et bénéficie comme tel du prélèvement libératoire de l'impôt sur le revenu sur son indemnité de fonction prévu par ces dispositions [RJ1].

Références :


[RJ1] Rappr., sur les élections au bureau d'un comité syndical, relevant des dispositions du code électoral, Section, 1er avril 2005, Commune de Villepinte, n° 262078, p. 132.


Texte :

Vu le recours du MINISTRE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L'INDUSTRIE, enregistré le 24 mai 2006 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat ; le MINISTRE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L'INDUSTRIE demande au Conseil d'Etat :

1°) d'annuler l'arrêt du 30 mars 2006 par lequel la cour administrative d'appel de Bordeaux a rejeté son recours tendant à l'annulation des articles 1 et 2 du jugement du 13 juin 2002 par lequel le tribunal administratif de Bordeaux a accordé à M. A la décharge du complément d'impôt sur le revenu auquel il a été assujetti au titre des années 1997 et 1998 ;

2°) réglant l'affaire au fond, de remettre les impositions litigieuses à la charge de M. A ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code général des impôts ;

Vu le code général des collectivités territoriales ;

Vu la loi n° 92-108 du 3 février 1992 relative aux conditions d'exercice des mandats locaux ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :

- le rapport de M. Jean-Marc Anton, Auditeur,

- les observations de la SCP Peignot, Garreau, avocat de M. A,

- les conclusions de Mme Nathalie Escaut, Commissaire du gouvernement ;

Considérant qu'il résulte des pièces du dossier soumis aux juges du fond que pour les années 1997 et 1998, M. A a fait l'objet d'un redressement qui provient de la réintégration dans les bases de son impôt sur le revenu des indemnités de fonction perçues par lui en qualité de vice-président d'un syndicat de communes, le Syndicat d'études du traitement des ordures ménagères de l'Ouest girondin ; que le MINISTRE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L'INDUSTRIE demande l'annulation de l'arrêt de la cour administrative d'appel de Bordeaux en date du 30 mars 2006, rejetant sa requête tendant à l'annulation des articles 1 et 2 du jugement du tribunal administratif de Bordeaux du 13 juin 2002 accordant à M. A la décharge des impositions en litige, résultant de ces redressements ;

Considérant qu'aux termes de l'article 204-0 bis du code général des impôts : L'indemnité de fonction perçue par l'élu local, définie dans le code général des collectivités territoriales et au titre III modifié de la loi n° 92-108 du 3 février 1992 relative aux conditions d'exercice des mandats locaux, est soumise à une retenue à la source libératoire de l'impôt sur le revenu ; qu'il résulte des dispositions législatives auxquelles renvoie cet article que M. A, élu par le conseil du district Sud-Bassin pour le représenter au comité du syndicat des communes susmentionné et élu en qualité de vice-président par les membres du comité syndical, pouvait bénéficier de ces dispositions ; que, par suite, le MINISTRE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L'INDUSTRIE n'est pas fondé à demander l'annulation de l'arrêt attaqué ;

Considérant que, dans les circonstances de l'espèce, il y a lieu, par application des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative, de mettre à la charge de l'Etat, en remboursement des frais exposés par M. A et non compris dans les dépens, la somme de 4 000 euros ;

D E C I D E :

--------------

Article 1er : Le recours du MINISTRE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L'INDUSTRIE est rejeté.

Article 2 : L'Etat versera à M. A, au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative, la somme de 4 000 euros.

Article 3 : La présente décision sera notifiée au MINISTRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE et à M. Guy A.


Publications :

Proposition de citation: CE, 04 février 2008, n° 293733
Mentionné aux tables du recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Delarue
Rapporteur ?: M. Jean-Marc Anton
Rapporteur public ?: Mme Escaut Nathalie
Avocat(s) : SCP PEIGNOT, GARREAU

Origine de la décision

Formation : 8ème et 3ème sous-sections réunies
Date de la décision : 04/02/2008

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.