Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 7ème et 2ème sous-sections réunies, 14 mai 2008, 280370

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 280370
Numéro NOR : CETATEXT000018802759 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2008-05-14;280370 ?

Analyses :

COLLECTIVITÉS TERRITORIALES - DISPOSITIONS GÉNÉRALES - BIENS DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES - ACQUISITION DE BIENS IMMOBILIERS AU MOYEN DE CONTRATS DE VENTE EN L'ÉTAT FUTUR D'ACHÈVEMENT - CONTRÔLE DU JUGE DE CASSATION - A) CONTRÔLE DE L'ERREUR DE DROIT - CRITÈRES DÉTERMINANT LA POSSIBILITÉ POUR UNE COLLECTIVITÉ PUBLIQUE D'ACQUÉRIR UN BIEN IMMOBILIER EN RECOURANT À CE TYPE DE CONTRATS - B) APPRÉCIATION SOUVERAINE DES JUGES DU FOND - APPLICATION DES CRITÈRES DONT DÉPEND LA LICÉITÉ DU RECOURS À CES CONTRATS.

135-01-03 a) Le juge de cassation exerce un contrôle de l'erreur de droit sur les critères dont dépend la possibilité ou l'impossibilité pour les collectivités publiques de procéder à l'acquisition de biens immobiliers au moyen de contrats de vente en l'état futur d'achèvement.,,b) En l'absence d'erreur de droit sur les critères applicables, c'est souverainement que les juges du fond apprécient, sous réserve de dénaturation, si l'opération d'acquisition répond, par ses caractéristiques de fait, aux critères qui font obstacle en droit au recours par les collectivités publiques à la vente en l'état futur d'achèvement.

PROCÉDURE - VOIES DE RECOURS - CASSATION - CONTRÔLE DU JUGE DE CASSATION - RÉGULARITÉ INTERNE - A) ERREUR DE DROIT - CRITÈRES DÉTERMINANT LA POSSIBILITÉ POUR UNE COLLECTIVITÉ PUBLIQUE D'ACQUÉRIR UN BIEN IMMOBILIER EN RECOURANT À LA VENTE EN L'ÉTAT FUTUR D'ACHÈVEMENT - B) APPRÉCIATION SOUVERAINE DES JUGES DU FOND - APPLICATION DES CRITÈRES DONT DÉPEND LA LICÉITÉ DU RECOURS À LA VENTE EN L'ÉTAT FUTUR D'ACHÈVEMENT.

54-08-02-02-01 a) Le juge de cassation exerce un contrôle de l'erreur de droit sur les critères dont dépend la possibilité ou l'impossibilité pour les collectivités publiques de procéder à l'acquisition de biens immobiliers au moyen de contrats de vente en l'état futur d'achèvement.,,b) En l'absence d'erreur de droit sur les critères applicables, c'est souverainement que les juges du fond apprécient, sous réserve de dénaturation, si l'opération d'acquisition répond, par ses caractéristiques de fait, aux critères qui font obstacle en droit au recours par les collectivités publiques à la vente en l'état futur d'achèvement.


Texte :

Vu la requête sommaire et le mémoire complémentaire, enregistrés les 10 mai 2005 et 9 septembre 2005 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentés pour la COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MILLAU-GRANDS CAUSSES, dont le siège est Hôtel de la Communauté 1, Place du Beffroi BP 432 à Millau Cedex (12104) ; la COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MILLAU-GRANDS CAUSSES demande au Conseil d'Etat :

1°) d'annuler l'arrêt du 1er mars 2005 par lequel la cour administrative d'appel de Bordeaux a annulé, d'une part, le jugement du 20 décembre 2000 du tribunal administratif de Toulouse rejetant la demande de MM. A et C tendant à l'annulation de la délibération en date du 27 juin 1996 du district de Millau et, d'autre part, cette dernière délibération ;

2°) réglant l'affaire au fond, de rejeter l'appel de MM. C et A ;

3°) de mettre la somme de 4 000 euros à la charge de MM. C et A en application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code civil ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :

- le rapport de Mme Agnès Fontana, chargée des fonctions de Maître des Requêtes,

- les observations de la SCP Defrenois, Levis, avocat de la SOCIÉTÉ COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MILLAU-GRANDS CAUSSES,

- les conclusions de M. Nicolas Boulouis, Commissaire du gouvernement ;

Considérant qu'il ressort des pièces du dossier soumis aux juges du fond que le district de MILLAU, aux droits duquel vient la COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MILLAU-GRANDS CAUSSES, a souhaité acquérir des locaux pour y établir son siège ; qu'une délibération du conseil du district du 15 mars 1994 a approuvé le principe de l'acquisition de locaux, en l'état futur d'achèvement, auprès de la société Semea, chargée de commercialiser les espaces compris dans le périmètre de l'opération d'aménagement concerté coeur de ville , conduite par la commune de MILLAU ; qu'une promesse de vente est intervenue le 26 décembre 1994, l'acte étant signé le 15 février 1995 ; qu'une délibération du conseil du district du 19 octobre 1995 a décidé d'une modification de la teneur du projet ; que le contenu de cette modification a été approuvé par une délibération du 27 juin 1996, qui crée également une commission chargée d'examiner le projet d'acte modificatif et autorise le président du district à signer le nouvel acte ;

Considérant que MM. A et C ont attaqué cette délibération par une requête enregistrée le 26 août 1996 au tribunal administratif de Toulouse ; que le tribunal administratif a rendu deux jugements, le premier, en date du 28 septembre 2000, reconnaissant la qualité du président du district pour agir en justice, et écartant la fin de non-recevoir opposée par la collectivité publique, le second, en date du 20 décembre 2000, rejetant la demande ; que, sur appel de MM. A et C, la cour administrative d'appel de Bordeaux, a, par l'arrêt attaqué du 1er mars 2005, annulé le jugement du tribunal administratif de Toulouse du 20 décembre 2000, ainsi que la délibération attaquée ; que la COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MILLAU-GRANDS CAUSSES se pourvoit régulièrement en cassation contre cet arrêt ;

Sur l'insuffisance de motivation :

Considérant que la COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MILLAU-GRANDS CAUSSES avait opposé en défense, devant le tribunal administratif, une fin de non-recevoir tirée du caractère tardif du recours en soutenant que la délibération du 27 juin 1996 n'aurait qu'un caractère confirmatif ; que le juge d'appel, auquel est déféré un jugement ayant rejeté au fond des conclusions sans que le juge de première instance ait eu besoin de statuer sur les fins de non-recevoir opposées devant lui, ne peut faire droit à ces conclusions qu'après avoir expressément écarté lesdites fins de non-recevoir, alors même que le défendeur, sans pour autant les abandonner, ne les aurait pas reprises en appel ; que, toutefois, le tribunal administratif de Toulouse avait écarté expressément cette fin de non-recevoir dans son jugement avant dire droit du 28 septembre 2000, devenu définitif faute d'avoir été attaqué ; que dès lors, en s'abstenant d'y répondre, la cour administrative d'appel n'a pas entaché son arrêt d'une insuffisance de motivation ;

Sur l'erreur de droit :

Considérant que si aucune disposition législative n'interdit aux collectivités publiques de procéder à l'acquisition de biens immobiliers au moyen de contrats de vente en l'état futur d'achèvement, elles ne sauraient recourir à de tels contrats lorsque l'objet de l'opération consiste en la construction même d'un immeuble pour le compte de la collectivité publique, lorsque l'immeuble est entièrement destiné à devenir sa propriété et lorsqu'il a été conçu en fonction des besoins propres de la personne publique ;

Considérant que pour juger illégal le recours à la vente en l'état futur d'achèvement, la cour administrative d'appel a énoncé que l'immeuble était dans son ensemble destiné à devenir la propriété du district et que les travaux décidés par la délibération attaquée étaient conçus pour les besoins propres de celui-ci ; qu'ainsi la communauté de communes n'est pas fondée à soutenir que la cour aurait commis une erreur de droit faute d'avoir fait application de l'ensemble des critères dont dépend l'illicéité du recours, par les collectivités publiques à la vente en l'état futur d'achèvement ;

Sur les moyens tirés de l'erreur de qualification juridique des faits et de la dénaturation des pièces du dossier :

Considérant que la cour administrative d'appel de Bordeaux a souverainement apprécié les faits, sans dénaturer les pièces du dossier qui lui était soumis, en jugeant que l'opération en cause devait être regardée comme la construction même d'un immeuble, quand bien même une partie de l'ensemble immobilier à acquérir devait résulter de la rénovation ou de la reconstruction d'immeubles existants, que cet ensemble, individualisé par rapport aux constructions voisines, était destiné à être occupé en totalité par les services du district et devenir entièrement sa propriété , et qu'il avait été conçu en fonction des besoins de ce dernier ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que la COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MILLAU-GRANDS CAUSSES n'est pas fondée à demander l'annulation de l'arrêt du 1er mars 2005 de la cour administrative d'appel de Bordeaux ;

Sur la demande tendant à l'application des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant que les dispositions susmentionnées font obstacle à ce que la somme de 4 000 euros soit mise à la charge de MM. A et C, qui ne sont pas, dans la présente affaire, la partie perdante ;

D E C I D E :

--------------

Article 1er : La requête de la COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MILLAU-GRANDS CAUSSES est rejetée.

Article 2 : La présente décision sera notifiée à la COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MILLAU-GRANDS CAUSSES, à Monsieur André A, à Monsieur Jean-Louis C et à la société Semea.

Une copie sera transmise pour information au préfet de l'Aveyron.


Publications :

Proposition de citation: CE, 14 mai 2008, n° 280370
Mentionné aux tables du recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Daël
Rapporteur ?: Mme Agnès Fontana
Rapporteur public ?: M. Boulouis Nicolas
Avocat(s) : SCP DEFRENOIS, LEVIS

Origine de la décision

Formation : 7ème et 2ème sous-sections réunies
Date de la décision : 14/05/2008

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.