Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 5ème et 4ème sous-sections réunies, 19 décembre 2008, 314222

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 314222
Numéro NOR : CETATEXT000019989669 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2008-12-19;314222 ?

Texte :

Vu 1°) sous le n° 314222, le pourvoi sommaire et le mémoire complémentaire, enregistrés le 14 avril 2008 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentés pour M. Jacques A, demeurant ... ; M. A demande au Conseil d'Etat :

1°) d'annuler la décision du 17 janvier 2008 par laquelle la chambre disciplinaire nationale du Conseil national de l'ordre des chirurgiens-dentistes, après avoir annulé la décision du 2 mai 2007 du conseil régional de l'ordre de Picardie, lui a infligé la sanction de l'avertissement ;

2°) réglant l'affaire au fond, de rejeter la plainte formée à son encontre par le Dr B ;

Vu 2°) sous le n° 315104, le pourvoi, enregistré le 14 avril 2008 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présenté pour M. Jacques A, demeurant ... ; M. A demande au Conseil d'Etat de prononcer le sursis à exécution, sur le fondement de l'article R. 821-5 du code de justice administrative, de la décision du 17 janvier 2008 par laquelle la chambre disciplinaire nationale du Conseil national de l'ordre des chirurgiens-dentistes, après avoir annulé la décision du 2 mai 2007 du conseil régional de l'ordre de Picardie, lui a infligé la sanction de l'avertissement ;

....................................................................................

Vu les autres pièces des dossiers ;

Vu le code de la santé publique ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :

- le rapport de M. Xavier de Lesquen, Maître des Requêtes,

- les observations de la SCP Célice, Blancpain, Soltner, avocat de M. A,

- les conclusions de M. Jean-Philippe Thiellay, Commissaire du gouvernement ;

Considérant que les pourvois susvisés de M. A sont relatifs à la même décision de la chambre disciplinaire nationale du Conseil national de l'ordre des chirurgiens-dentistes et présentent à juger des questions semblables ; qu'il y a lieu de les joindre pour statuer par une seule décision ;

Sur les conclusions tendant à l'annulation de la décision attaquée :

Considérant qu'aux termes de l'article R. 4127-232 du code de la santé publique: « Hors le cas d'urgence et celui où il manquerait à ses devoirs d'humanité, le chirurgien-dentiste a toujours le droit de refuser ses soins pour des raisons personnelles ou professionnelles, à condition : / 1° De ne jamais nuire de ce fait à son patient ; / 2° De s'assurer de la continuité des soins et de fournir à cet effet tous renseignements utiles » ; qu'aux termes de l'article R. 4127-259 du même code : « Les chirurgiens-dentistes doivent entretenir entre eux des rapports de bonne confraternité » ;

Considérant qu'il ressort des pièces soumises aux juges du fond que M. A, chirurgien-dentiste à Vannes sollicité par Mme D, insatisfaite des soins que lui avait prodigués son chirurgien-dentiste traitant, M. B, à l'encontre duquel elle avait formé une plainte le 19 juin 2003 auprès du conseil départemental de l'ordre des chirurgiens-dentistes du Morbihan, l'a examinée le 12 juillet 2003 et lui a remis un certificat dans lequel il porte une appréciation technique sur la solution thérapeutique proposée par le Dr B et suggère une solution alternative ; que le 16 septembre 2003, il a informé M. B que Mme D lui avait indiqué qu'elle ne désirait plus se faire soigner par lui et qu'elle lui avait demandé de procéder aux soins nécessaires ;

Considérant qu'après avoir relevé que Mme D avait été mise en relation avec M. A par l'intermédiaire du président du conseil départemental de l'ordre des chirurgiens-dentistes du Morbihan, que ce dernier avait ainsi entendu diriger la patiente vers un chirurgien-dentiste en mesure de réaliser les soins compatibles avec l'instance contentieuse en cours et enfin que la plainte déposée à l'encontre de M. B avait été transmise le 11 septembre 2003 au conseil régional de l'ordre des chirurgiens-dentistes de Bretagne dont M. A était le président, la chambre disciplinaire du Conseil national de l'ordre des chirurgiens-dentistes en a déduit qu'en décidant, le 16 septembre 2003, d'accepter de succéder à M. B en qualité de chirurgien-dentiste traitant de Mme D, M. A avait manqué, vis-à-vis de ce dernier, au devoir de confraternité prévu par l'article R. 4127-259 du code de la santé publique ; qu'en donnant cette qualification aux faits ainsi relevés par elle, alors qu'il ressortait des pièces du dossier que M. A avait par ailleurs informé M. B en temps utile de l'intention de la patiente de changer de chirurgien-dentiste, la chambre disciplinaire leur a donné une qualification juridique erronée ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que M. A est fondé à demander l'annulation de la décision du 17 janvier 2008 par laquelle la chambre disciplinaire du Conseil national de l'ordre des chirurgiens-dentistes lui a infligé la sanction de l'avertissement ;

Sur les conclusions tendant au sursis à exécution de la décision :

Considérant que, par la présente décision, il est statué sur les conclusions tendant à l'annulation de la décision attaquée ; qu'il n'y a par suite plus lieu de statuer sur les conclusions tendant au sursis à exécution de cette décision ;

D E C I D E :

--------------

Article 1er : La décision de la chambre disciplinaire nationale du Conseil national de l'ordre des chirurgiens-dentistes du 17 janvier 2008 est annulée.

Article 2 : L'affaire est renvoyée devant le Conseil national de l'ordre des chirurgiens-dentistes.

Article 3 : Il n'y a pas lieu de statuer sur le pourvoi présenté par M. A sous le n° 315104.

Article 4 : La présente décision sera notifiée à M. Jacques A, au Conseil national de l'ordre des chirurgiens-dentistes, à M. Stéphane B et au conseil départemental de l'ordre du Morbihan.

Copie pour information en sera adressée à la ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative.


Publications :

Proposition de citation: CE, 19 décembre 2008, n° 314222
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Daël
Rapporteur ?: M. Xavier de Lesquen
Rapporteur public ?: M. Thiellay Jean-Philippe
Avocat(s) : SCP CELICE, BLANCPAIN, SOLTNER

Origine de la décision

Formation : 5ème et 4ème sous-sections réunies
Date de la décision : 19/12/2008

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.