Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 6ème sous-section jugeant seule, 13 mai 2009, 306580

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 306580
Numéro NOR : CETATEXT000020868814 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2009-05-13;306580 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée le 18 juin 2007 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentée par Mlle Fatima B, demeurant ... ; Mlle B demande au Conseil d'Etat :

1°) d'annuler la décision du 6 mars 2008 de la commission du recours contre les décisions de refus de visa d'entrée en France rejetant son recours du 23 mai 2007 contre la décision du 3 avril 2007 par laquelle le consul général de France à Alger a refusé de lui délivrer un visa de court séjour en France ;

2°) d'enjoindre au ministre de l'immigration, de l'intégration, de l'identité nationale et du développement solidaire de lui délivrer le visa sollicité ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales ;

Vu le règlement européen du Parlement et du Conseil n° 562/2006 du 15 mars 2006 ;

Vu le code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile ;

Vu la loi n° 79-587 du 11 juillet 1979 ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :

- le rapport de M. Hugues Ghenassia de Ferran, chargé des fonctions d'Auditeur,

- les conclusions de M. Mattias Guyomar, rapporteur public ;

Considérant que la requête de Mlle B doit être regardée comme dirigée contre la décision du 6 mars 2008 par laquelle la commission de recours contre les décisions de refus de visa d'entrée en France a rejeté son recours tendant au réexamen de la décision du consul général de France à Alger refusant de lui délivrer un visa d'entrée et de court séjour ; que la décision de la commission s'étant substituée aux décisions administratives antérieures, le moyen tiré par la requérante de ce que le refus qui lui a été opposé par le consul n'a pas été motivé ne peut qu'être écarté comme inopérant ; qu'il ressort du dossier que la décision attaquée s'est fondée notamment sur le défaut de ressources de Mlle B ;

Considérant qu'il ressort également des pièces du dossier que la requérante, qui est née en 1970 et est célibataire, a fait l'objet d'une procédure de recueil légal dit de kafala, par M. et Mme Abdelkader A, de nationalité française et installés en Algérie ; qu'elle a sollicité un visa de court séjour, principalement pour accompagner en France M. A lequel est non voyant, et devait y recevoir des soins médicaux ; que ce dernier a affirmé être en mesure de prendre en charge Mlle B durant son séjour, mais sans en apporter de justification ; que si figure au dossier une attestation d'accueil établie par M Mohamed Riadh A, ce document n'est accompagné d'aucune précision sur les ressources de l'intéressé ; que Mlle B ne justifie d'aucune activité professionnelle et d'aucune ressource propre et a seulement produit un extrait de compte bancaire à son nom, faisant état à la date du 1er février 2007 d'un solde positif de 1050 euros ; que dans ces conditions, la commission de recours a pu à bon droit estimer que Mlle B ne justifiait pas de ressources suffisantes pour assurer le financement de son séjour ;

Considérant par ailleurs que si Mlle B a également fait valoir à l'appui de sa demande son désir de rendre visite aux membres de sa famille qui seraient installés en France, elle n'a apporté sur ce point non plus aucune précision ; qu'il ressort au contraire du dossier, ainsi qu'il a été dit ci-dessus, que M. et Mme A, qui l'ont recueillie, résident en Algérie ; qu'elle accompagnerait son père qui serait provisoirement accueilli par sa famille en France pendant la durée de son séjour ; que par suite la requérante n'est pas fondée à soutenir que la décision attaquée porterait une atteinte excessive à son droit au respect de sa vie familiale ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que la requérante n'est pas fondée à demander l'annulation de la décision de la commission de recours contre les décisions de refus de visa d'entrée en France du 6 mars 2008 ; que les conclusions aux fins d'injonction présentées par la requérante doivent être rejetées par voie de conséquence ;

D E C I D E :

--------------

Article 1er : La requête de Mlle B est rejetée.

Article 2 : La présente décision sera notifiée à Mlle B et au ministre de l'immigration, de l'intégration, de l'identité nationale et du développement solidaire.


Publications :

Proposition de citation: CE, 13 mai 2009, n° 306580
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Schrameck
Rapporteur ?: M. Hugues Ghenassia de Ferran
Rapporteur public ?: M. Guyomar Mattias

Origine de la décision

Formation : 6ème sous-section jugeant seule
Date de la décision : 13/05/2009

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.