Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 6ème sous-section jugeant seule, 22 juin 2009, 315962

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 315962
Numéro NOR : CETATEXT000020869295 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2009-06-22;315962 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée le 6 mai 2008 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentée pour M. Cyril A, demeurant ... ; M. A demande au Conseil d'Etat :

1°) d'annuler la décision du 6 mars 2008 par laquelle le garde des sceaux, ministre de la justice a rejeté sa demande tendant à l'application de l'article 25-4 de l'ordonnance n° 58-1270 du 22 décembre 1958 portant statut de la magistrature ;

2°) d'enjoindre au garde des sceaux, ministre de la justice de lui notifier, en application des dispositions combinées de l'article 25-4 de l'ordonnance du 22 décembre 1958 et de l'article 2 du décret n° 97-874 du 24 septembre 1997, l'état indiquant la durée des périodes d'activité qui peuvent être prises en compte et le montant de la contribution qui devra être payée pour chaque période rachetée ;

3°) de mettre à la charge de l'Etat, le versement de la somme de 3 000 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu l'ordonnance n° 58-1270 du 22 décembre 1958 ;

Vu la loi organique n° 98-105 du 24 février 1998 ;

Vu la loi organique n° 2001-539 du 25 juin 2001 ;

Vu le décret n° 97-874 du 24 septembre 1997 ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :

- le rapport de M. Bruno Chavanat, Maître des Requêtes,

- les observations de la SCP Peignot, Garreau, avocat de M. A,

- les conclusions de M. Mattias Guyomar, rapporteur public ;

La parole ayant été à nouveau donnée à la SCP Peignot, Garreau, avocat de M. A ;

Considérant qu'aux termes de l'article 25-4 de l'ordonnance du 22 décembre 1958 : Un décret en Conseil d'Etat précise les conditions dans lesquelles les personnes intégrées directement dans la magistrature au titre des articles 22 et 23 peuvent obtenir que soient prises en compte, pour la constitution de leurs droits à pension de retraite de l'Etat ou pour le rachat d'annuités supplémentaires, les années d'activité professionnelle accomplies par elles avant leur nomination comme magistrat. / Cette prise en compte est subordonnée au versement d'une contribution dont ledit décret fixe le montant et les modalités. (...) / Ce décret précise, en outre, les conditions dans lesquelles les avocats, avoués, notaires, huissiers de justice et greffiers des tribunaux de commerce intégrés directement dans la magistrature avant la date d'entrée en vigueur de la loi organique n° 92-189 du 25 février 1992 (...) peuvent bénéficier des dispositions du présent article ; qu'en application des dispositions de cet article 25-4, le décret du 24 septembre 1997 a précisé les modalités de prise en compte des années d'activité professionnelle accomplies par les personnes intégrées dans la magistrature, avant leur nomination en qualité de magistrat ; que l'article 9 de la loi organique du 25 juin 2001 prévoit que les dispositions de l'article 25-4 de l'ordonnance du 22 septembre 1958 sont également applicables aux magistrats recrutés par concours exceptionnels ;

Considérant que M. A , qui a été recruté dans la magistrature par la voie d'un concours exceptionnel a demandé au garde des sceaux, ministre de la justice que lui soit adressé, en application des dispositions citées ci-dessus, un état indiquant les périodes d'activité antérieures à sa nomination susceptibles d'être prises en compte au titre de ses droits à pension ainsi que le montant de la contribution correspondante ; que le ministre a rejeté sa demande par une décision du 6 mars 2008, au motif que le décret d'application de la loi organique du 25 juin 2001 n'avait pas été pris ; que par une lettre en date du 4 février 2009 le garde des sceaux a fait connaître à M. A qu'il avait décidé de faire application du décret du 24 septembre 1997 cité ci-dessus et que celui-ci recevrait ultérieurement des propositions en réponse à sa demande initiale ; qu'il résulte de ce qui précède que la première décision du 6 mars 2008 a produit effet jusqu'au 4 février 2009 puisque, pendant cette période, le ministre s'est abstenu d'examiner la demande du requérant au regard des dispositions du décret du 24 septembre 1997 ; que par suite le garde des sceaux, ministre de la justice, n'est pas fondé à soutenir que les conclusions de la requête, dirigées contre la décision du 6 mars 2008, sont devenues sans objet ;

Considérant que la loi organique du 25 juin 2001 a étendu le champ d'application de l'article 25-4 de l'ordonnance du 22 décembre 1958 ; que les dispositions du décret antérieur du 24 septembre 1997, qui ne sont pas incompatibles avec l'extension réalisée par la loi organique du 25 juin 2001, suffisent à en assurer l'application ; qu'ainsi le garde des sceaux, ministre de la justice, était tenu, en l'absence de décret particulier, de mettre en oeuvre les prescriptions du décret du 24 septembre 1997, qui permettent de rendre applicable la loi organique du 25 juin 2001 tendant à prendre en compte, au titre de leurs droits à pension, les années d'activité professionnelles accomplies, avant leur nomination en qualité de magistrat, par les personnes intégrées à l'issue des recrutements exceptionnels par concours organisés en 1998 et 1999 ; que, par suite, en subordonnant l'application de l'article 25-4 de l'ordonnance du 22 décembre 1958 aux magistrats recrutés par cette voie à l'édiction d'un texte distinct du décret du 24 septembre 1997, alors même que le pouvoir réglementaire s'est abstenu de prévoir des modalités particulières qui seraient justifiées par la situation des magistrats en cause, la garde des sceaux, ministre de la justice, a commis une erreur de droit ; que M. A est fondé, pour ce motif, à demander l'annulation de la décision attaquée ;

Sur les conclusions à fin d'injonction :

Considérant que la présente décision implique nécessairement que soit notifié à M. A un état dans lequel sont indiqués la durée des périodes d'activité qui peuvent être prises en compte pour sa pension de retraite et le montant de la contribution qui devra être payée pour la période rachetée ; qu'il y a dès lors lieu d'enjoindre au garde des sceaux, ministre de la justice de procéder à cette notification dans un délai de deux mois à compter de la notification de la présente décision ;

Sur les conclusions tendant à l'application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

Considérant qu'il y a lieu, dans les circonstances de l'espèce, de faire application de ces dispositions et de mettre à la charge de l'Etat la somme de 2000 euros au titre des frais engagés par M. A et non compris dans les dépens ;

D E C I D E :

--------------

Article 1er : La décision du 6 mars 2008 du garde des sceaux, ministre de la justice est annulée.

Article 2 : Il est enjoint au garde des sceaux, ministre de la justice, de notifier à M. A l'état mentionné à l'article 2 du décret du 24 septembre 1997 dans un délai de deux mois à compter de la notification de la présente décision.

Article 3 : L'Etat versera à M. A une somme de 2 000 euros en application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative.

Article 4 : La présente décision sera notifiée à M. Cyril A et à la garde des sceaux, ministre de la justice.


Publications :

Proposition de citation: CE, 22 juin 2009, n° 315962
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Schrameck
Rapporteur ?: M. Bruno Chavanat
Rapporteur public ?: M. Guyomar Mattias
Avocat(s) : SCP PEIGNOT, GARREAU

Origine de la décision

Formation : 6ème sous-section jugeant seule
Date de la décision : 22/06/2009

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.