Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 18 juin 2010, 340544

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 340544
Numéro NOR : CETATEXT000022413187 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2010-06-18;340544 ?

Texte :

Vu I°), sous le n° 340544, enregistrée au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat le 14 juin 2010, la requête présentée par le SYNDICAT CDMT-POSTES, élisant domicile B.P. 537 à Fort-de-France cedex (97206) ; le SYNDICAT CDMT-POSTES demande au juge des référés du Conseil d'Etat, sur le fondement des dispositions de l'article L. 521-2 du code de justice administrative :

1°) d'annuler l'ordonnance du 4 juin 2010 du juge des référés du tribunal administratif de Fort-de-France, statuant sur le fondement de l'article L. 521-2 du code de justice administrative, en ce qu'elle a rejeté sa demande tendant à ce qu'il soit enjoint à La Poste de la Martinique de lui fournir les moyens de fonctionnement reconnus aux organisations syndicales par la décision du Conseil d'Etat, statuant au contentieux n° 299205 du 15 mai 2009 et l'a condamné à verser la somme de 150 euros à La Poste de la Martinique ;

2°) d'enjoindre à La Poste de la Martinique de lui fournir les moyens de fonctionnement reconnus aux organisations syndicales par l'arrêt du Conseil d'Etat n° 299205 du 15 mai 2009 ;

il soutient que le responsable juridique et réglementaire de la direction de La Poste de la Martinique ne disposait pas d'un mandat pour signer le mémoire en défense en lieu et place du directeur de La Poste de la Martinique ; que sa situation économique est critique ; que le refus de La Poste de la Martinique d'exécuter l'arrêt du Conseil d'Etat du 15 mai 2009 et de lui fournir les moyens de fonctionnement reconnus aux organisations syndicales portent atteinte à la liberté syndicale ;

Vu l'ordonnance attaquée ;

Vu II°), sous le n° 340545, enregistrée au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat le 14 juin 2010, la requête présentée par le SYNDICAT CDMT-POSTES, élisant domicile B.P. 537 à Fort-de-France cedex (97206) ; le SYNDICAT CDMT-POSTES demande au juge des référés du Conseil d'Etat, sur le fondement des dispositions de l'article L. 521-2 du code de justice administrative :

1°) d'annuler l'ordonnance du 4 juin 2010 du juge des référés du tribunal administratif de Fort-de-France, statuant sur le fondement de l'article L. 521-2 du code de justice administrative, en ce qu'elle a rejeté sa demande tendant à ce qu'il soit enjoint à La Poste de la Martinique de lui communiquer la liste complète de tous les agents de La Poste de la Martinique assortie des informations suivantes : nom et prénom, grade, indice, fonction, service d'affectation, ancienneté de service et temps complet ou temps partiel et l'a condamné à verser la somme de 150 euros à La Poste de la Martinique ;

2°) d'enjoindre à La Poste de la Martinique de respecter la loi du 17 juillet 1978 et l'avis favorable de la commission d'accès aux documents administratifs du 11 mars 2010 ;

3°) d'enjoindre à La Poste de la Martinique de lui fournir la liste des fonctionnaires et autres agents de droit public assortie de diverses informations ;

il soutient que le responsable juridique et réglementaire de la direction de La Poste de la Martinique ne disposait pas d'un mandat pour signer le mémoire en défense en lieu et place du directeur de La Poste de la Martinique ; que sa situation économique est critique ; que le refus de La Poste de la Martinique d'exécuter la décision du Conseil d'Etat, statuant au contentieux du 15 mai 2009 et l'avis favorable de la commission d'accès aux documents administratifs du 11 mars 2010 et de lui communiquer les informations demandées portent atteinte à la liberté syndicale ;

Vu l'ordonnance attaquée ;

Vu III°), sous le n° 340546, enregistrée au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat le 14 juin 2010, la requête présentée par le SYNDICAT CDMT-POSTES, élisant domicile B.P. 537 à Fort-de-France cedex (97206) ; le SYNDICAT CDMT-POSTES demande au juge des référés du Conseil d'Etat, sur le fondement des dispositions de l'article L. 521-2 du code de justice administrative :

1°) d'annuler l'ordonnance du 4 juin 2010 du juge des référés du tribunal administratif de Fort-de-France, statuant sur le fondement de l'article L. 521-2 du code de justice administrative, en ce qu'elle a rejeté sa demande tendant à ce qu'il soit enjoint à La Poste de la Martinique de lui communiquer, d'une part, tous les bulletins des ressources humaines de La Poste à venir et ceux diffusés depuis le 12 février 2008 et, d'autre part, tous les bulletins départementaux d'informations postales à venir et ceux diffusés depuis le 12 février 2008 et l'a condamné à verser la somme de 150 euros à La Poste de la Martinique ;

2°) d'enjoindre à La Poste de la Martinique de respecter la loi du 17 juillet 1978 ;

3°) d'enjoindre à La Poste de la Martinique de lui communiquer, d'une part, tous les bulletins des ressources humaines de La Poste à venir et ceux diffusés depuis le 12 février 2008 et, d'autre part, tous les bulletins départementaux d'informations postales à venir et ceux diffusés depuis le 12 février 2008 ;

il soutient que le responsable juridique et réglementaire de la direction de La Poste de la Martinique ne disposait pas d'un mandat pour signer le mémoire en défense en lieu et place du directeur de La Poste de la Martinique ; que sa situation économique est critique ; que le refus de La Poste de la Martinique d'exécuter la décision du Conseil d'Etat, statuant au contentieux du 15 mai 2009 et l'avis de la commission d'accès aux documents administratifs et de lui communiquer les bulletins demandés portent atteinte à la liberté syndicale ;

Vu l'ordonnance attaquée ;

Vu IV°), sous le n° 340547, enregistrée au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat le 14 juin 2010, la requête présentée par le SYNDICAT CDMT-POSTES, élisant domicile B.P. 537 à Fort-de-France cedex (97206) ; le SYNDICAT CDMT-POSTES demande au juge des référés du Conseil d'Etat, sur le fondement des dispositions de l'article L. 521-2 du code de justice administrative :

1°) d'annuler l'ordonnance du 4 juin 2010 du juge des référés du tribunal administratif de Fort-de-France, statuant sur le fondement de l'article L. 521-2 du code de justice administrative, en ce qu'elle a rejeté sa demande tendant à ce qu'il soit enjoint à La Poste de la Martinique de lui communiquer d'une part, tous les résultats, toutes les décisions relatives aux CAP, CTP et CHSCT accompagnés des thèmes, dossiers et rapports correspondants depuis le 12 février 2008 en Martinique jusqu'à ce jour et, d'autre part, toutes les prévisions calendaires relatives aux CAP, CTP et CHSCT accompagnées des thèmes et dossiers correspondants prévues pour l'année 2010 en Martinique et l'a condamné à verser la somme de 150 euros à La Poste de la Martinique ;

2°) d'enjoindre à La Poste de la Martinique de respecter la loi du 17 juillet 1978 ;

3°) d'enjoindre à La Poste de la Martinique de lui communiquer d'une part, tous les résultats, toutes les décisions relatives aux CAP, CTP et CHSCT accompagnés des thèmes, dossiers et rapports correspondants depuis le 12 février 2008 en Martinique jusqu'à ce jour et, d'autre part, toutes les prévisions calendaires relatives aux CAP, CTP et CHSCT accompagnées des thèmes et dossiers correspondants prévues pour l'année 2010 en Martinique ;

il soutient que le responsable juridique et réglementaire de la direction de La Poste de la Martinique ne disposait pas d'un mandat pour signer le mémoire en défense en lieu et place du directeur de La Poste de la Martinique ; que sa situation économique est critique ; que le refus de La Poste de la Martinique d'exécuter la décision du Conseil d'Etat, statuant au contentieux du 15 mai 2009 et l'avis de la commission d'accès aux documents administratifs et de lui communiquer les documents demandés portent atteinte à la liberté syndicale ;

Vu l'ordonnance attaquée ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de justice administrative ;

Considérant que les requêtes visées ci-dessus présentent à juger des questions semblables ; qu'il y a lieu de les joindre pour qu'elles fassent l'objet d'une même ordonnance ;

Considérant qu'au titre de l'article L. 521-2 du code de justice administrative : Saisi d'une demande en ce sens justifiée par l'urgence, le juge des référés peut ordonner toutes mesures nécessaires à la sauvegarde d'une liberté fondamentale à laquelle une personne morale de droit public ou un organisme de droit privé chargé de la gestion d'un service public aurait porté, dans l'exercice d'un de ses pouvoirs, une atteinte grave et manifestement illégale. Le juge des référés se prononce dans un délai de quarante-huit heures. ; qu'en vertu de l'article L. 522-3 du même code, le juge des référés peut, par une ordonnance motivée, rejeter une requête sans instruction ni audience publique lorsqu'il est manifeste, au vu de la demande, qu'elle est mal fondée ; qu'à cet égard, il appartient au juge d'appel de prendre en compte les éléments recueillis par le juge de premier degré dans le cadre de la procédure écrite et orale qu'il a diligentée ;

Considérant que le juge des référés du tribunal administratif de Fort-de-France a constaté à bon droit que les agissements reprochés par le syndicat requérant à l'administration de La Poste ne laissaient apparaître ni une situation d'urgence caractérisée ni une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté syndicale ; qu'il était fondé à en déduire que les requêtes dont il était saisi sur le fondement de l'article L. 521-2 du code de justice administrative ne pouvaient qu'être rejetées ; qu'il a pu, en conséquence, mettre dans chacune des requêtes 150 euros à la charge du syndicat requérant en application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède qu'il est manifeste, alors que les ordonnances attaquées ne sont entachées ni d'irrégularité de la procédure ni d'erreur quant à l'appréciation des pouvoirs du juge des référés, que les appels ne peuvent être accueillis ;

O R D O N N E :

------------------

Article 1er : Les requêtes du SYNDICAT CDMT-POSTES sont rejetées.

Article 2 : La présente ordonnance sera notifiée au SYNDICAT CDMT-POSTES.

Copie en sera adressée pour information à La Poste de la Martinique.


Publications :

Proposition de citation: CE, 18 juin 2010, n° 340544
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Origine de la décision

Date de la décision : 18/06/2010

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.