Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 3ème sous-section jugeant seule, 23 juillet 2010, 333730

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Action en astreinte

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 333730
Numéro NOR : CETATEXT000022513053 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2010-07-23;333730 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée le 10 novembre 2009, présentée par le DEPARTEMENT DU NORD, représentée par le président du conseil général ; le DEPARTEMENT DU NORD demande au Conseil d'Etat de condamner l'Etat à une astreinte de 500 euros par jour de retard, en vue d'assurer l'exécution de la décision du 29 août 2008 par laquelle le Conseil d'Etat, statuant au contentieux, a :

- d'une part, annulé, à compter du 1er janvier 2009, sous réserve des actions contentieuses engagées à la date de sa décision contre les actes pris sur leur fondement, les deux arrêtés du ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche en date du 30 janvier 2006 fixant, respectivement, le nombre d'emplois et de fractions d'emplois affectés aux services ou parties de services transférés par l'Etat au département et participant aux missions d'accueil, de restauration, d'hébergement et d'entretien général et technique dans les établissements dont il a la charge et le nombre d'emplois et de fractions d'emplois affectés aux services ou parties de services transférés par l'Etat au département et participant aux missions de recrutement et de gestion des personnels techniciens, ouvriers et de service exerçant dans les établissements dont il a la charge ;

- d'autre part, enjoint au ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche de prendre l'ensemble des mesures nécessaires pour que soient légalement mises en oeuvre les dispositions du VII de l'article 104 de la loi du 13 août 2004 en ce qui concerne le DEPARTEMENT DU NORD, dans un délai de six mois à compter de la notification de la décision ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :

- le rapport de M. Romain Victor, chargé des fonctions de Maître des Requêtes,

- les conclusions de M. Edouard Geffray, rapporteur public ;

Considérant que le Conseil d'Etat, statuant au contentieux, a, par un arrêt du 29 août 2008, annulé les deux arrêtés du 30 janvier 2006 du ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche déterminant, en application du décret du 26 décembre 2005 fixant les modalités du transfert définitif aux départements et aux régions de services ou de parties de services du ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieure et de la recherche, d'une part, le nombre d'emplois et de fractions d'emplois affectés aux services ou parties de services transférés par l'Etat au département du Nord et participant aux missions d'accueil, de restauration, d'hébergement et d'entretien général et technique dans les établissements dont il a la charge et, d'autre part, le nombre d'emplois et de fractions d'emplois affectés aux services ou parties de services transférés par l'Etat au même département et participant aux missions de recrutement et de gestion des personnels techniciens, ouvriers et de service exerçant dans les établissements dont il a la charge, par voie de conséquence de l'annulation du décret précité du 26 décembre 2005, qu'il avait décidée par un arrêt du 16 mai 2008 pour méconnaissance de la règle de procédure prévue par l'article 3 du décret du 24 mai 2005 portant création des commissions tripartites locales ;

Considérant, en premier lieu, qu'en fixant au 1er janvier 2009, comme il l'avait fait pour le décret du 26 décembre 2005, la date d'effet de l'annulation des deux arrêtés mentionnés ci-dessus, sous réserve des actions contentieuses engagées à la date de sa décision contre les actes pris sur leur fondement, le Conseil d'Etat a entendu prévenir l'insécurité juridique qui aurait pu, en raison de cette annulation, affecter la situation individuelle des agents concernés par le transfert de leur emploi et remettre en cause le versement par l'Etat de la compensation financière due au DEPARTEMENT DU NORD ; que, pour déroger ainsi, à titre exceptionnel, au principe de l'effet rétroactif des annulations contentieuses, le Conseil d'Etat a implicitement mais nécessairement jugé qu'aucun des moyens d'annulation soulevés par le DEPARTEMENT DU NORD à l'appui de ses requêtes contre les arrêtés n'était susceptible d'être accueilli ; que, dès lors, pour satisfaire à l'injonction de prendre l'ensemble des mesures nécessaires pour que soient légalement mises en oeuvre les dispositions du VII de l'article 104 de la loi du 13 août 2004 , l'Etat devait seulement achever de prendre les mesures administratives et financières nécessaires au transfert effectif des personnels et au versement au DEPARTEMENT DU NORD de la compensation financière à laquelle il avait droit, et non reprendre un décret et des arrêtés ayant le même objet que ceux qui avaient été annulés ;

Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que la décision du Conseil d'Etat du 29 août 2008 doit être regardée, au cas d'espèce, comme ayant été entièrement exécutée par le ministre chargé de l'éducation ; qu'il n'y a donc pas lieu de prononcer l'astreinte sollicitée ;

D E C I D E :

--------------

Article 1er : La requête du DEPARTEMENT DU NORD est rejetée.

Article 2 : La présente décision sera notifiée au DEPARTEMENT DU NORD et au ministre de l'éducation nationale, porte-parole du Gouvernement.


Publications :

Proposition de citation: CE, 23 juillet 2010, n° 333730
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Ménéménis
Rapporteur ?: M. Romain Victor
Rapporteur public ?: M. Geffray Edouard

Origine de la décision

Formation : 3ème sous-section jugeant seule
Date de la décision : 23/07/2010

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.