Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 5ème sous-section jugeant seule, 29 avril 2011, 335509

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 335509
Numéro NOR : CETATEXT000023958596 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2011-04-29;335509 ?

Texte :

Vu le pourvoi, enregistré le 13 janvier 2010 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présenté pour M. Dominique A, demeurant au ... ; M. A demande au Conseil d'Etat :

1°) d'annuler le jugement n° 0702774 du 6 novembre 2009 par lequel le tribunal administratif d'Amiens a rejeté sa demande tendant à la condamnation du centre hospitalier d'Hirson à lui verser la somme de 9 721,81 euros en réparation du préjudice que cet établissement lui a causé en recouvrant la somme correspondant au remboursement de l'avantage financier qu'il lui avait indûment accordé ;

2°) réglant l'affaire au fond, de faire droit à sa demande devant le tribunal ;

3°) de mettre à la charge du centre hospitalier d'Hirson la somme de 3 000 euros au titre des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de la santé publique ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :

- le rapport de M. Jean-Yves Rossi, Conseiller d'Etat,

- les observations de Me Foussard, avocat de M. A et de Me Le Prado, avocat du centre hospitalier universitaire d'Hirson,

- les conclusions de M. Jean-Philippe Thiellay, rapporteur public ;

La parole ayant été à nouveau donnée à Me Foussard, avocat de M. A et à Me Le Prado, avocat du centre hospitalier universitaire d'Hirson ;

Considérant qu'il ressort des pièces du dossier soumis aux juges du fond que de 1986 à 2005, le centre hospitalier universitaire d'Hirson a accordé à M. A, praticien hospitalier, un avantage financier irrégulier constitué par la prise en charge de frais accessoires à l'occupation de son logement ; qu'à la suite d'observations émises par la chambre régionale des comptes de Picardie, il a procédé au recouvrement des sommes indûment versées pendant la période du 1er janvier 2002 au 31 décembre 2005 et a adressé le 19 juillet 2006 au praticien un titre de recettes d'un montant de 9 721,81 euros ; qu'il a procédé à l'exécution de ce titre par deux retenues sur ses traitements en août et septembre 2006 ; que M. A se pourvoit en cassation contre le jugement du 6 novembre 2009 par lequel le tribunal administratif d'Amiens a rejeté sa demande tendant à la condamnation du centre hospitalier d'Hirson à lui verser une indemnité en réparation du préjudice résultant pour lui de la faute constituée par les paiements indus ;

Sans qu'il soit besoin d'examiner les autres moyens du pourvoi ;

Considérant qu'en se bornant à relever que le remboursement des sommes indûment versées à M. A n'avait pas été assorti de pénalités et que l'intéressé ne faisait valoir aucune autre conséquence dommageable que le remboursement lui-même, pour en déduire qu'il n'établissait pas avoir subi un quelconque préjudice, le tribunal administratif d'Amiens a commis une erreur de droit ; que M. A est dès lors fondé à demander l'annulation de son jugement ;

Considérant qu'il y a lieu, dans les circonstances de l'espèce, de régler l'affaire au fond en application des dispositions de l'article L. 821-2 du code de justice administrative ;

Considérant qu'aux termes de l'article R. 421-3 du code de justice administrative : ... l'intéressé n'est forclos qu'après un délai de deux mois à compter du jour de la notification d'une décision expresse de rejet : 1° En matière de plein contentieux ... ; qu'il résulte de ces dispositions que, en l'absence d'une décision expresse de rejet de la demande d'indemnité adressée par M. A au centre hospitalier d'Hirson et reçue par celui-ci le 11 octobre 2006, la demande enregistrée au greffe du tribunal administratif le 8 novembre 2007 par laquelle M. A a demandé au tribunal administratif de condamner le centre hospitalier à lui verser une indemnité n'est pas tardive ; qu'elle est par suite recevable ;

Considérant que le centre hospitalier d'Hirson a commis une faute en octroyant à M. A pendant une longue durée un avantage financier indû ; que cette faute a entraîné pour l'intéressé le préjudice d'avoir à reverser la somme totale de 9 721,81 euros alors qu'il croyait, de bonne foi, que l'avantage financier correspondant à cette somme lui était définitivement acquis ; que, dans les circonstances de l'espèce, il sera fait une juste appréciation de ce préjudice en l'évaluant à 5 000 euros, tous intérêts compris ;

Considérant qu'il y a lieu, dans les circonstances de l'espèce, de faire application des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative et de mettre à la charge du centre hospitalier d'Hirson le versement à M. A de la somme de 4 000 euros au titre des frais exposés par lui tant en cassation que devant le tribunal administratif et non compris dans les dépens ; qu'il n'y a pas lieu, dans les circonstances de l'espèce, de faire droit aux conclusions présentées par le centre hospitalier d'Hirson devant le tribunal administratif et tendant à l'application des mêmes dispositions ;

D E C I D E :

--------------

Article 1er : Le jugement du tribunal administratif d'Amiens du 6 novembre 2009 est annulé.

Article 2 : Le centre hospitalier d'Hirson versera à M. A la somme de 5 000 euros.

Article 3 : Le centre hospitalier d'Hirson versera à M. A une somme de 4 000 euros au titre des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative.

Article 4 : Le surplus des conclusions de la demande de M. A est rejeté.

Article 5 : Les conclusions du centre hospitalier d'Hirson tendant à l'application des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative sont rejetées.

Article 6 : La présente décision sera notifiée à M. Dominique A et au centre hospitalier d'Hirson.


Publications :

Proposition de citation: CE, 29 avril 2011, n° 335509
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : Mme Sylvie Hubac
Rapporteur ?: M. Jean-Yves Rossi
Rapporteur public ?: M. Jean-Philippe Thiellay
Avocat(s) : LE PRADO ; FOUSSARD

Origine de la décision

Formation : 5ème sous-section jugeant seule
Date de la décision : 29/04/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.