Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 5ème sous-section jugeant seule, 30 avril 2012, 346876

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 346876
Numéro NOR : CETATEXT000025767927 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2012-04-30;346876 ?

Texte :

Vu le pourvoi sommaire et le mémoire complémentaire, enregistrés les 21 février et 23 mai 2011 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentés pour Mlle Isabelle A, demeurant au 18 bis, Faubourg de Villiers à Charly sur Marne (02310) et M. Olivier A, demeurant au 1, rue René Audierne à Brive-la-Gaillarde (19100) ; Mlle A et M. A demandent au Conseil d'Etat :

1°) d'annuler l'arrêt n° 10BX00079-10BX00137 du 23 décembre 2010 par lequel la cour administrative d'appel de Bordeaux a rejeté leur requête tendant à la réformation du jugement n° 0700421-0700682 du 1er octobre 2009 par lequel le tribunal administratif de Saint-Denis-de-la-Réunion, d'une part, n'a que partiellement fait droit à leurs conclusions tendant à la condamnation du centre hospitalier départemental Félix Guyon à réparer les préjudices résultant pour Mlle Dejardin de l'accident subi le 3 avril 2002 à Cilaos en limitant à 7 000 euros la somme qu'il a condamné cet établissement à lui verser et, d'autre part, a rejeté leurs conclusions indemnitaires dirigées contre l'Etat et l'Office national des forêts ;

2°) réglant l'affaire au fond, de faire droit à leur requête d'appel ;

3°) de mettre à la charge solidaire de l'Etat, de l'Office national des forêts et du centre hospitalier départemental Félix Guyon la somme de 4 000 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code général des collectivités territoriales ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :

- le rapport de M. Frédéric Desportes, chargé des fonctions de Maître des Requêtes,

- les observations de la SCP Rocheteau, Uzan-Sarano, avocat des consorts A,

- les conclusions de M. Jean-Philippe Thiellay, rapporteur public ;

La parole ayant été à nouveau donnée à la SCP Rocheteau, Uzan-Sarano, avocat des consorts A ;

Considérant qu'aux termes de l'article L. 822-1 du code de justice administrative : " Le pourvoi en cassation devant le Conseil d'Etat fait l'objet d'une procédure préalable d'admission. L'admission est refusée par décision juridictionnelle si le pourvoi est irrecevable ou n'est fondé sur aucun moyen sérieux " ;

Considérant que pour demander l'annulation de l'arrêt de la cour administrative d'appel de Bordeaux qu'ils attaquent, Mlle A et M. A soutiennent que la cour ne s'est pas expliquée des raisons pour lesquelles elle a jugé qu'aucune obligation d'information et de signalisation sur les dangers du site où s'est produit l'accident n'incombait à l'Office national des forêts, ni n'a précisé si elle écartait par là leur moyen tiré du défaut d'entretien normal du domaine de cet établissement ou celui tiré de sa carence dans l'exercice de ses pouvoirs de police ; qu'elle n'a pas répondu à leur moyen tiré de la carence du préfet à s'assurer de l'exécution de son arrêté interdisant la circulation sur tous les sentiers de la commune de Cilaos ; qu'elle a dénaturé et inexactement qualifié les faits de l'espèce en retenant que la configuration du site où s'est produit l'accident permettait à l'évidence aux promeneurs de mesurer les risques auxquels ils s'exposaient et que ce site ne pouvait être regardé comme un chemin ouvert à la circulation du public ; qu'elle a insuffisamment motivé son arrêt en n'exposant pas en quoi le comportement des victimes aurait été constitutif d'une imprudence fautive, ainsi que commis une erreur de droit et de qualification juridique en retenant implicitement l'existence d'une telle imprudence ; qu'eu égard à la forte fréquentation du site et aux dangers graves qu'y couraient les promeneurs, que le préfet ne pouvait ignorer, la cour a inexactement qualifié les faits de l'espèce en ne jugeant pas que sa carence à se substituer au maire pour prévenir ces dangers était constitutive d'une faute lourde ; qu'elle a également commis une erreur de qualification juridique, ainsi qu'une erreur de droit, en ne jugeant pas la responsabilité de l'Etat engagée, sur le terrain de la faute simple, à raison de la carence du préfet à s'assurer de l'exécution de son arrêté interdisant la circulation ; qu'elle a commis une erreur de droit et de qualification juridique en ne mettant à la charge de l'Office national des forêts aucune obligation de signaler le risque couru par les promeneurs, dont il connaissait l'existence, en gagnant le site de l'accident depuis le sentier qu'il a aménagé ; qu'elle a inexactement qualifié les faits de l'espèce en déniant en tout état de cause au manquement de l'office à cette obligation et à la faute commise en enlevant la signalétique installée en application de l'arrêté préfectoral interdisant la circulation tout lien direct avec l'accident, alors que ces carences en constituent la cause déterminante et qu'à supposer que les victimes aient commis une imprudence, celle-ci ne saurait exonérer entièrement l'établissement de sa responsabilité ; qu'elle a dénaturé et inexactement qualifié les faits de l'espèce en retenant que l'état de santé de Mlle A n'avait pas été aggravé par la carence des secours sur le lieu de l'accident et au cours de son évacuation ;

Considérant qu'eu égard aux moyens soulevés, il y a lieu d'admettre les conclusions du pourvoi qui sont dirigées contre l'arrêt attaqué en tant qu'il s'est prononcé sur les demandes présentées à l'encontre de l'Etat et de l'Office national des forêts ; qu'en revanche, s'agissant des conclusions dirigées contre l'arrêt attaqué en tant qu'il s'est prononcé sur les demandes présentées à l'encontre du centre hospitalier départemental Félix Guyon, aucun des moyens soulevés n'est de nature à permettre l'admission des conclusions ;

D E C I D E :

--------------

Article 1er : Les conclusions du pourvoi de Mlle A et M. A qui sont dirigées contre l'arrêt de la cour administrative d'appel de Bordeaux du 23 décembre 2010 en tant qu'il s'est prononcé sur leurs demandes présentées à l'encontre de l'Etat et de l'Office national des forêts sont admises.

Article 2 : Le surplus des conclusions du pourvoi de Mlle A et M. A n'est pas admis.

Article 3 : La présente décision sera notifiée à Mlle Isabelle A et M. Olivier A.

Copie en sera adressée pour information à l'Office national des forêts, au centre hospitalier départemental Félix Guyon, à la caisse primaire d'assurance maladie de l'Oise, à la Mutuelle générale de l'éducation nationale, au ministre de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration et au ministre de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire.


Publications :

Proposition de citation: CE, 30 avril 2012, n° 346876
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : Mme Sylvie Hubac
Rapporteur ?: M. Frédéric Desportes
Rapporteur public ?: M. Jean-Philippe Thiellay
Avocat(s) : SCP ROCHETEAU, UZAN-SARANO ; LE PRADO ; SCP DELVOLVE, DELVOLVE

Origine de la décision

Formation : 5ème sous-section jugeant seule
Date de la décision : 30/04/2012

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.