Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 17 décembre 1991, 90BX00126

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux fiscal

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 90BX00126
Numéro NOR : CETATEXT000007473566 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;1991-12-17;90bx00126 ?

Analyses :

CONTRIBUTIONS ET TAXES - TAXES SUR LE CHIFFRE D'AFFAIRES ET ASSIMILEES - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE - PROCEDURE DE TAXATION - PROCEDURE DE REDRESSEMENT.


Texte :

Vu la requête, enregistrée le 2 mars 1990 sous le n° 90BX00126 au greffe de la Cour présentée pour la S.A. VICARD dont le siège social est situé ..., représentée par son Président-Directeur général en exercice ; la S.A. VICARD demande à la Cour :
1°) d'annuler le jugement en date du 29 décembre 1989 par lequel le Tribunal administratif de Poitiers a rejeté sa demande en décharge du complément de taxe sur la valeur ajoutée et des pénalités y afférentes auquel elle a été assujettie au titre de la période du 1er janvier 1981 au 30 septembre 1985 ;
2°) de prononcer la décharge de cette imposition ;
3°) d'ordonner que jusqu'à ce qu'il ait été statué sur le pourvoi, il soit sursis à l'exécution du jugement et de l'avis de mise en recouvrement correspondant ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code général des impôts et le livre des procédures fiscales ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;
Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 19 novembre 1991 :
- le rapport de M. LALAUZE, conseiller ; - les observations de Me BERGERES, avocat de la SARL VICARD ; - et les conclusions de M. CIPRIANI, commissaire du gouvernement ;

Considérant que, le 22 avril 1985, les agents de la brigade d'intervention inter-régionale de la direction nationale des enquêtes fiscales, agissant à la demande du directeur de la concurrence et de la consommation, sur le fondement des dispositions de l'ordonnance n° 45-1484 du 30 juin 1945, ont effectué une perquisition des locaux commerciaux de la S.A. VICARD à Barbezieux (Charente) à l'issue de laquelle ont été saisis divers documents ; qu'un avis de vérification de comptabilité portant sur la période du 1er janvier 1981 au 30 septembre 1985 a été adressé le 7 novembre 1985 à cette société ; que cette dernière se pourvoit contre le jugement en date du 29 décembre 1989 par lequel le Tribunal administratif de Poitiers a rejeté sa demande en décharge du complément de taxe sur la valeur ajoutée et des pénalités y afférentes, consécutif à cette vérification et auquel elle a été assujettie au titre de la période en cause ;
Considérant que la S.A. VICARD conteste la régularité des impositions litigieuses en soutenant qu'elles ont eu pour origine la perquisition susmentionnée, qui, diligentée à des fins fiscales, a constitué un détournement de procédure ;
Considérant, en premier lieu qu'il résulte de l'instruction que, si le procès-verbal établi près de 5 mois après la perquisition relève des faits constitutifs d'infractions aux dispositions des ordonnances n° 45-1483 et 45-1484 du 30 juin 1945, la preuve n'est pas apportée au dossier que ces infractions aient donné lieu à des poursuites pénales ni même que le procès-verbal ait été communiqué au parquet ; que, par ailleurs, l'administration ne produit devant le juge de l'impôt aucun élément de nature à justifier la perquisition effectuée sur le fondement de l'ordonnance n° 45-1484 du 30 juin 1945 ; qu'il s'ensuit que l'administration a, en réalité, utilisé à des fins fiscales la procédure prévue pour la recherche et la répression d'infractions économiques ; qu'elle a ainsi commis un détournement de procédure ;
Considérant, en second lieu que le ministre soutient que les redressements contestés ont pour seule origine les constatations faites par le service, lors de la vérification de comptabilité, à la suite de la remise par le dirigeant de la S.A. VICARD d'un carnet retraçant les comptes d'une "caisse noire" ; qu'il résulte cependant de l'instruction que l'existence de cette "caisse noire" a été révélée à l'administration par l'examen du procès-verbal de perquisition dont elle a eu connaissance en vertu du droit de communication qu'elle tient de l'article 83 du livre des procédures fiscales ; que, contrairement aux allégations de l'administration, les redressements litigieux ont été assis sur les renseignements fournis par les documents saisis ; que par suite les impositions contestées procédent directement de la perquisition entachée d'un détournement de procédure ;
Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède et, sans qu'il soit besoin d'examiner les autres moyens de la requête, que la S.A. VICARD est fondée à soutenir que c'est à tort que par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Poitiers a rejeté sa demande ;
Article 1er : Le jugement en date du 29 décembre 1989 du Tribunal administratif de Poitiers est annulé.
Article 2 : Il est accordé décharge à la société S.A. VICARD du complément de taxe sur la valeur ajoutée et des pénalités y afférentes mis à sa charge au titre de la période du 1er janvier 1981 au 30 septembre 1985.

Références :

CGI 83
Ordonnance 45-1483 1945-06-30
Ordonnance 45-1484 1945-06-30


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: LALAUZE
Rapporteur public ?: CIPRIANI

Origine de la décision

Date de la décision : 17/12/1991

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.