Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 2e chambre, 24 février 1994, 92BX00171

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 92BX00171
Numéro NOR : CETATEXT000007481172 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;1994-02-24;92bx00171 ?

Analyses :

ETABLISSEMENTS PUBLICS - REGIME JURIDIQUE - PERSONNEL - STATUT - LICENCIEMENT.

FONCTIONNAIRES ET AGENTS PUBLICS - AGENTS CONTRACTUELS ET TEMPORAIRES - FIN DU CONTRAT - LICENCIEMENT.

TRAVAIL ET EMPLOI - POLITIQUES DE L'EMPLOI - INDEMNISATION DES TRAVAILLEURS PRIVES D'EMPLOI.


Texte :

Vu la requête, enregistrée au greffe de la cour le 9 mars 1992, présentée pour la COMMUNE DE VILLENEUVE-MINERVOIS (Aude) ;
La COMMUNE DE VILLENEUVE-MINERVOIS demande à la cour :
1°) d'annuler le jugement du 29 novembre 1991 par lequel le tribunal administratif de Montpellier l'a condamnée à verser à M. X... les allocations chômage suite à son licenciement le 31 octobre 1986 ;
2°) de rejeter la demande de M. X... ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu le code du travail ;
Vu la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;
Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 27 janvier 1994 :
- le rapport de M. DESRAME, conseiller ;
- et les conclusions de M. LABORDE, commissaire du gouvernement ;

Sur les droits de M. X... au revenu de remplacement :
Considérant qu'en vertu des dispositions de l'article L. 351-3 du code du travail, dans sa rédaction issue de l'ordonnance n° 84-198 du 21 mars 1984 ratifiée par la loi du 9 juillet 1984, des allocations d'assurance, qui comprennent une allocation de base et une allocation de fin de droits, sont attribuées aux travailleurs involontairement privés d'emploi qui satisfont à des conditions d'âge et d'activité antérieure ; que, selon l'article L. 351-8 du même code, les mesures d'application de ce régime d'assurance font l'objet d'un accord conclu et agréé dans les conditions prévues aux articles L. 352-1 et L. 352-2 ; qu'aux termes de l'article L. 351-12 : "Ont droit aux allocations d'assurance dans les conditions prévues à l'article L. 351-3 : 1° Les agents ( ...) des collectivités locales ( ...). Le service de cette indemnisation est assuré par les employeurs mentionnés au présent article ( ...)" ; qu'il résulte de l'ensemble de ces dispositions que le régime des allocations auxquelles ont droit les agents des collectivités locales involontairement privés d'emploi est défini par les stipulations de l'accord prévu à l'article L.351-8 précité, dès lors qu'un tel accord est intervenu et a été agréé, nonobstant la circonstance que la commune employeur ne cotise pas à un régime d'assurance chômage ;
Considérant que, par arrêté du 11 décembre 1985, le ministre chargé de l'emploi a agréé la convention du 19 novembre 1985 relative à l'assurance-chômage, créant un régime national interprofessionnel d'assurance-chômage, et le règlement annexé à cette convention, l'une et l'autre en vigueur à la date de la décision contestée ; qu'en vertu des dispositions de l'article 1er, paragraphe 2, du règlement précité, les salariés arrivés en fin de contrat à durée déterminée sont reconnus bénéficiaires du régime d'assurance-chômage, au même titre et dans les mêmes conditions que les salariés dont le contrat de travail est rompu ; qu'aux termes de l'article 2 du même règlement : "Ont droit à l'allocation de base les salariés dont le contrat de travail est rompu s'ils justifient ... des périodes d'affiliation suivantes :
a) 91 jours d'affiliation ou 507 heures de travail au cours des 12 mois qui précèdent la fin du contrat de travail ... ;
b) 182 jours d'affiliation ou 1014 heures de travail au cours des 12 mois qui précèdent la fin du contrat de travail ;
c) soit 365 jours d'affiliation ou 2028 heures de travail au cours des 24 mois qui précèdent la fin du contrat de travail ...;
d) 730 jours d'affiliation ou 4056 heures de travail au cours des 36 mois qui précèdent la fin du contrat de travail" ;
qu'enfin aux termes de l'article 6 du même règlement : " ... les heures de formation visées au livre IX du code du travail sont assimilées à des heures de travail ou, à raison de 5,6 heures, à des jours d'affiliation dans la limite des deux tiers du nombre de jours ou d'heures fixés à l'article 2 ..." ;

Considérant qu'il résulte de l'instruction que M. X..., avant de s'inscrire comme demandeur d'emploi, a travaillé pour le compte de la COMMUNE DE VILLENEUVE-MINERVOIS du 8 septembre 1986 au 31 octobre 1986 ; qu'avant cela il a effectué des stages de formation du 25 octobre 1985 au 6 juin 1986 et du 16 juin 1986 au 21 août 1986, lesquels doivent être assimilés à des jours de travail, à concurrence des 2/3 de leur durée ; qu'ainsi à la date où son contrat de travail a pris fin, M. X... justifiait des périodes d'affiliation exigées par les dispositions du code du travail et du règlement de la convention du 19 novembre 1985 rappelées ci-dessus ;
Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que la commune de VILLENEUVE-MINERVOIS, dernier employeur de M. X..., n'est pas fondée à soutenir que c'est à tort que par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Montpellier l'a condamnée à verser à M. X... les allocations chômage ;
Sur la demande de dommages-intérêts :
Considérant que M. X... ne justifie pas d'un préjudice particulier ; que sa demande de dommages et intérêts doit être rejetée ;
Sur l'application des dispositions de l'article L.8-1 du code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel :
Considérant que, dans les circonstances de l'espèce, il y a lieu de condamner la commune de VILLENEUVE-MINERVOIS à payer la somme de 3.000 F à M. X... à ce titre ;
Article 1er : La requête de la COMMUNE DE VILLENEUVE-MINERVOIS est rejetée.
Article 2 : La COMMUNE DE VILLENEUVE-MINERVOIS est condamnée à payer à M. X... la somme de 3.000 F au titre des dispositions de l'article L.8-1 du code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel.
Article 3 : Le surplus des conclusions de la requête est rejeté.

Références :

Arrêté 1985-12-11 art. 1
Code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel L8-1
Code du travail L351-3, L351-8
Loi 84-575 1984-07-09
Ordonnance 84-198 1984-03-21


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. DESRAME
Rapporteur public ?: M.LABORDE

Origine de la décision

Formation : 2e chambre
Date de la décision : 24/02/1994

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.