Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 2e chambre, 02 décembre 1996, 95BX00641

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 95BX00641
Numéro NOR : CETATEXT000007488033 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;1996-12-02;95bx00641 ?

Analyses :

TRAVAIL ET EMPLOI - LICENCIEMENTS - AUTORISATION ADMINISTRATIVE - SALARIES NON PROTEGES - LICENCIEMENT POUR MOTIF ECONOMIQUE.

TRAVAIL ET EMPLOI - POLITIQUES DE L'EMPLOI - INDEMNISATION DES TRAVAILLEURS PRIVES D'EMPLOI.


Texte :

Vu la requête enregistrée au greffe de la cour le 5 mai 1995, présentée par le CENTRE COMMUNAL D'ACTION SOCIALE (C.C.A.S.) DE VILLEBRUMIER, dont le siège est situé à la mairie de Villebrumier (Tarn et Garonne) ;
Le C.C.A.S. DE VILLEBRUMIER demande à la cour :
- d'annuler le jugement du 14 mars 1995 par lequel le tribunal administratif de Toulouse l'a condamné à verser à Melle X... le revenu de remplacement prévu par les articles L.351-1 et suivants du code du travail, après en avoir liquidé le montant ;
- de rejeter la demande de Melle X... ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code du travail ;
Vu le code de la famille et de l'aide sociale ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu la loi n 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Vu le décret n 92-245 du 17 mars 1992 ;
Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;
Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 4 novembre 1996 :
- le rapport de Melle ROCA, rapporteur ;
- et les conclusions de M. CIPRIANI, commissaire du gouvernement ;

Sans qu'il soit besoin de statuer sur la recevabilité de la requête :
Considérant qu'en vertu des dispositions combinées des articles L.351-1 et L.351-3 du code du travail, des allocations d'assurances sont attribuées aux travailleurs involontairement privés d'emploi, aptes au travail et recherchant un emploi, qui satisfont à des conditions d'âge et d'activité antérieure ; qu'aux termes de l'article L.351-12 du même code : "ont droit à l'allocation d'assurance dans les conditions prévues à l'article L.351-3 : ...2 les agents non titulaires des collectivités territoriales ... la charge et la gestion de cette indemnisation sont assurées par les employeurs mentionnés au présent article ..." ;
Considérant que Melle X..., née en 1971, a été recrutée à compter du 4 décembre 1992 en qualité d'agent de service hospitalier non titulaire et affectée à la maison d'accueil des personnes âgées dépendantes (M.A.P.A.D.) "Les Chênes Verts" qui est gérée par le CENTRE COMMUNAL D'ACTION SOCIALE (C.C.A.S.) DE VILLEBRUMIER ; que par un arrêté pris le 21 juillet 1993 et complété le 30 juillet suivant, le président du C.C.A.S. DE VILLEBRUMIER l'a licenciée à compter du 18 juillet 1993 en invoquant comme motif, contrairement à ce qui est soutenu dans la requête, une suppression d'emploi ; qu'ainsi Melle X..., qui soutient sans être contredite qu'elle était apte au travail et qu'elle recherchait un emploi après son licenciement, était dans la situation d'un travailleur involontairement privé d'emploi ; qu'il n'est pas contesté qu'elle satisfaisait aux autres conditions d'âge et d'activité antérieure exigées par les dispositions précitées du code du travail ; que la circonstance qu'elle a perçu jusqu'à la date du 18 juillet 1993 l'intégralité de sa rémunération alors qu'à la suite d'un précédent arrêté de licenciement qui sera retiré elle a été dispensée d'accomplir pendant une certaine période ses obligations de service, ne saurait avoir une incidence sur son droit au revenu de remplacement ; qu'il suit de là que le C.C.A.S. DE VILLEBRUMIER n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Toulouse l'a condamné en sa qualité d'employeur à verser à Melle X... le revenu de remplacement prévu par les articles L. 351-1 et suivants du code du travail ;
Sur les conclusions à fin de dommages et intérêts présentées par Melle X... :
Considérant que ces conclusions, présentées pour la première fois en appel, ne sont pas recevables ;
Article 1er : La requête du CENTRE COMMUNAL D'ACTION SOCIALE DE VILLEBRUMIER et les conclusions incidentes à fin de dommages et intérêts présentées par Melle X... sont rejetées.

Références :

Code du travail L351-1, L351-3, L351-12


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Melle ROCA
Rapporteur public ?: M. CIPRIANI

Origine de la décision

Formation : 2e chambre
Date de la décision : 02/12/1996

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.