Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 2ème chambre (formation à 3), 31 décembre 2002, 99BX01634

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 99BX01634
Numéro NOR : CETATEXT000018076155 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2002-12-31;99bx01634 ?

Texte :

Vu la requête enregistrée au greffe de la cour administrative d'appel de Bordeaux le 13 juillet 1999 présentée par M. Abed X, demeurant ... ; M. X demande que la cour administrative d'appel annule le jugement en date du 13 avril 1999 par lequel le tribunal administratif de Toulouse a rejeté sa demande tendant à l'annulation de la décision implicite par laquelle le préfet de Haute-Garonne a rejeté sa demande d'aide à l'acquisition de sa résidence principale, en sa qualité d'ancien membre des formations supplétives en Algérie ;

.........................................................................................................................................

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu la loi n° 94 ;488 du 11 juin 1994 relative aux anciens membres des formations supplétives et assimilées ou victimes de la captivité en Algérie ;

Vu le décret n° 94 ;648 du 22 juillet 1994 portant application de la loi du 11 juin 1994 susvisée ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Classement CNIJ : 38-04-02-03 C+

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 10 décembre 2002 :

- le rapport de Mme Péneau ;

- les observations de M. X ;

- les conclusions de M. Rey, commissaire du gouvernement ;

Considérant qu'aux termes de l'article 7 de la loi du 11 juin 1994 relative aux rapatriés anciens membres des formations supplétives et assimilées ou victimes de la captivité en Algérie : Les personnes remplissant les conditions énoncées à l'article 6 peuvent bénéficier d'une aide spécifique de l'Etat à l'acquisition de la résidence principale ; qu'il résulte des dispositions combinées des articles 4 et 5 du décret du 22 juillet 1994 que les personnes propriétaires de leur résidence principale sont exclues du bénéfice de l'aide à l'acquisition prévue par l'article 7 précité de la loi ;

Considérant qu'il est constant que M. et Mme X étaient, antérieurement à l'intervention de la loi du 11 juin 1994, propriétaires de leur résidence principale, sise 3 vieux chemin de Muret, à Villeneuve Tolosane ; que si, à la suite du changement de régime matrimonial de M. et Mme X et d'un acte de partage intervenus en novembre 1993, ledit logement a été juridiquement attribué à Mme X, cette circonstance n'est pas de nature à ouvrir à M. X un droit à l'obtention de l'aide à l'acquisition prévue à l'article 7 précité de la loi du 11 juin 1994 aux fins d'édifier un nouveau logement ; que la circonstance qu'il ait, postérieurement à la décision attaquée, changé de résidence est, en tout état de cause, sans influence sur la légalité de cette décision ; que par suite, et quelle que soit sa bonne foi, M. X n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Toulouse a rejeté sa demande d'annulation de la décision en date du 22 octobre 1996 du préfet de Haute ;Garonne lui refusant l'octroi de l'aide spécifique au logement ;

D É C I D E :

Article 1er : La requête présentée par M. Abed X est rejetée.

99BX01634 ; 2 -


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Mme Valérie PÉNEAU
Rapporteur public ?: REY

Origine de la décision

Formation : 2ème chambre (formation à 3)
Date de la décision : 31/12/2002

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.