Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 2eme chambre (formation a 3), 09 novembre 2004, 01BX01499

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 01BX01499
Numéro NOR : CETATEXT000007507958 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2004-11-09;01bx01499 ?

Texte :

Vu le recours, enregistré au greffe de la Cour le 14 juin 2001, présenté par le MINISTRE DE LA DEFENSE ;

Le MINISTRE DE LA DEFENSE demande à la Cour :

1° de réformer le jugement du 28 mars 2001 par lequel le tribunal administratif de Saint-Denis de la Réunion a condamné la société Grands travaux de l'Océan Indien (GTOI) à lui payer la somme de 278 787 F toutes taxes comprises, qu'il estime insuffisante, en réparation des désordres affectant les constructions réalisées à la caserne Vérines, à Saint-Denis de la Réunion ;

2° de condamner la société Grands travaux de l'Océan Indien à lui verser la somme de 594 875 F hors taxes, augmentée de la taxe sur la valeur ajoutée y afférente, en réparation desdits désordres ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code civil ;

Vu le code des marchés publics ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 12 octobre 2004,

le rapport de M. Bayle, premier conseiller ;

et les conclusions de M. Péano, commissaire du gouvernement ;

Considérant que, par un marché du 1er avril 1987, le MINISTRE DE LA DEFENSE a confié à un groupement d'entreprises représenté par la société Grands travaux de l'Océan Indien (GTOI) la construction, en deux phases, de logements, de bureaux et de parcs de stationnement à la caserne de Gendarmerie Vérines, à Saint-Denis de la Réunion ; que les réserves qui avaient été émises à la réception des travaux ont été levées, pour la première phase, le 27 avril 1990 et pour la seconde, le 28 octobre 1991 ; qu'à la suite de l'apparition de fissures intérieures et extérieures sur les constructions, le MINISTRE DE LA DEFENSE a demandé au tribunal administratif de Saint-Denis de la Réunion, sur le fondement de la responsabilité décennale, la condamnation de la société GTOI à lui payer la somme de 934 185, 04 F toutes taxes comprises en réparation des désordres ; qu'au vu du rapport de l'expertise ordonnée par le président de ce tribunal à la demande du ministre, remis le 18 novembre 1996, les premiers juges ont condamné, par le jugement attaqué du 28 mars 2001, la société GTOI à payer à l'Etat la somme de 192 600 F hors taxes au titre des fissures intérieures et celle de 62 000 F hors taxes pour les fissures extérieures, soit un total toutes taxes comprises de 278 787 F ; que le ministre demande que la réparation des fissures intérieures soit portée à la somme de 532 875 F hors taxes, augmentée de la taxe sur la valeur ajoutée correspondante ;

Considérant que, pour évaluer à la somme de 192 600 F hors taxes les dommages affectant l'intérieur des bâtiments et de nature à rendre les immeubles impropres à leur destination, l'expert a pris en compte le devis que la société Grands travaux de l'Océan Indien avait établi le 13 mai 1996 ; qu'il résulte de l'instruction que le devis dont s'agit a été proposé à la suite de relevés contradictoires des désordres litigieux ; que le ministre ne démontre pas, ni même d'ailleurs n'allègue, que ce document ne couvrirait pas certains dommages ; que, dès lors, la circonstance que l'expert s'est borné à visiter les bureaux et les logements présentant des fissurations caractéristiques n'a pu avoir pour effet une estimation partielle des désordres entrant dans le champ de la garantie décennale ;

Considérant que, si le MINISTRE DE LA DEFENSE se prévaut du devis que la société GTOI a établi le 8 décembre 1998, postérieurement à l'expertise, les dommages affectant un bâtiment doivent être évalués à la date à laquelle leur cause ayant pris fin et leur étendue étant connue, il peut être procédé aux travaux destinés à les réparer, soit au plus tard à la date à laquelle l'expert a constaté et a évalué les désordres ; qu'en outre, il ressort de ce document que cette dernière évaluation couvre la totalité des désordres sans distinguer, contrairement à la précédente, ceux qui entrent dans le champ de la garantie décennale de ceux de nature esthétique ; que, par suite, les premiers juges ont écarté à bon droit ce second devis ;

Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que le MINISTRE DE LA DEFENSE n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal de Saint-Denis de la Réunion a fixé à la somme de 192 600 F hors taxes le montant de la réparation due par la société GTOI au titre des dommages intérieurs des constructions ;

Considérant que, dans les circonstances de l'espèce, il y a lieu de condamner l'Etat à payer à la société GTOI une somme de 1 300 euros sur le fondement de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

DECIDE :

Article 1er : Le recours de la MINISTRE DE LA DEFENSE est rejeté.

Article 2 : L'Etat versera à la société Grands travaux de l'Océan Indien une somme de 1 300 euros en application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative.

2

No 01BX01499


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. LEPLAT
Rapporteur ?: M. Jean-Michel BAYLE
Rapporteur public ?: M. PEANO
Avocat(s) : CANALE - GAUTHIER - ANTELME

Origine de la décision

Formation : 2eme chambre (formation a 3)
Date de la décision : 09/11/2004

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.