Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 1ere chambre - formation a 3, 18 novembre 2004, 00BX01509

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 00BX01509
Numéro NOR : CETATEXT000007503492 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2004-11-18;00bx01509 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée le 7 juillet 2000 au greffe de la Cour, présentée pour la SOCIETE SEVIGNE, dont le siège est ... Martel à Millau Cedex (12102), représentée par son président directeur général en exercice, par Me Xavier Carcy ;

LA SOCIETE SEVIGNE demande à la Cour :

1°) d'annuler le jugement du 30 mars 2000 par lequel le tribunal administratif de Toulouse a rejeté sa demande tendant à ce que la commune de Castelnau Pégayrols soit condamnée à lui verser la somme de 95.488,50 F en réparation du préjudice subi par le renversement d'un bulldozer ;

2°) de condamner la commune de Castelnau Pégayrols à lui verser cette somme, ainsi que les intérêts au taux légal à compter du 29 juillet 1997 ;

3°) de condamner la commune de Castelnau Pégayrols à lui verser la somme de 15.000 F au titre des frais exposés non compris dans les dépens ;

.............................................................................................................

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu la loi du 28 pluviôse an VIII ;

Vu le code de la route ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 21 octobre 2004 :

- le rapport de Mme Le Gars, conseiller,

- les observations de Me Taburiau X... pour Me Xavier Carcy, avocat de la SA SEVIGNE et de la SOCIETE MUTUELLE D'ASSURANCE DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS (SMABTP) ;

- et les conclusions de M. Bec, commissaire du gouvernement ;

Considérant qu'un bulldozer de la société SA SEVIGNE, transporté par un porte char s'est écrasé en contrebas de la voie communale n° 10 de la commune de Castelnau Pégayrols à la suite de l'effondrement de la chaussée ;

Considérant qu'aux termes de l'article R. 312-4 du code de la route : II. Le poids total roulant autorisé d'un véhicule articulé d'un ensemble composé d'un véhicule à moteur et d'une remorque d'un train double ne doit pas dépasser : ...2° 40 tonnes, si l'ensemble considéré comporte plus de quatre essieux ;

Considérant qu'il ressort des pièces du dossier que l'engin porte char pesait plus de cinquante tonnes ; qu'il excédait ainsi le poids maximal autorisé ; qu'ainsi, et en tout état de cause, la commune de Castelnau Pégayrols ne peut être regardée comme ayant manqué à son obligation d'entretien de la voie communale en ne limitant pas l'accès de la voie communale n° 10 aux engins excédant le poids total autorisé ; que la SA SEVIGNE a commis une faute en ne respectant pas les dispositions du code routier relatives aux charges maximales autorisées et doit être tenue pour seule responsable de l'accident survenu ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que la SA SEVIGNE n'est pas fondée à soutenir que c'est à tort que le tribunal administratif de Toulouse a rejeté sa demande tendant à la condamnation de la commune de Castelnau Pégayrols ;

Sur l'application des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant que les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que la commune de Castelnau Pégayrols, qui n'est pas la partie perdante, soit condamnée à verser une somme à ce titre ; que les conclusions présentées par la SA SEVIGNE doivent être rejetées ;

Considérant qu'il y a lieu, dans les circonstances de l'espèce, de condamner la SA SEVIGNE à verser à la commune de Castelnau Pégayrols et au Groupama d'Oc Assurances la somme de 750 euros à ce titre ;

DECIDE :

Article 1er : La requête de la SA SEVIGNE est rejetée.

Article 2 : La SA SEVIGNE versera à la commune de Castelnau Pégayrols et au Groupama d'Oc Assurances la somme de 750 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative

2

00BX01509


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. CHOISSELET
Rapporteur ?: Mme Anne-Catherine LE GARS
Rapporteur public ?: M. BEC
Avocat(s) : CARCY

Origine de la décision

Formation : 1ere chambre - formation a 3
Date de la décision : 18/11/2004

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.