Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 5eme chambre (formation a 3), 14 février 2005, 01BX00572

Imprimer

Sens de l'arrêt : Satisfaction totale
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 01BX00572
Numéro NOR : CETATEXT000007508596 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2005-02-14;01bx00572 ?

Texte :

Vu 1°) la requête, enregistrée le 7 mars 2001 au greffe de la Cour sous le n° 01BX00572, présentée par la COMMUNE de RAMONVILLE SAINT-AGNE (31524) qui demande à la Cour d'annuler le jugement du Tribunal administratif de Toulouse du 9 novembre 2000 qui a annulé, à la demande de Mme X, le permis de construire délivré le 16 juillet 1997 à Mme Y par le maire de ladite commune ;

..........................................................................................................................................

Vu 2°) la requête, enregistrée le 12 mars 2001 au greffe de la Cour sous le n° 01BX00594, présentée pour Mme Céline Y élisant domicile ..., qui demande à la Cour :

- d'annuler le jugement du Tribunal administratif de Toulouse du 9 novembre 2000 qui a annulé le permis de construire qui lui a été délivré le 16 juillet 1997 par le maire de Ramonville Saint-Agne ;

- de condamner Mme X à lui verser la somme de 10 000 F en application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

..........................................................................................................................................

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de l'urbanisme ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 6 décembre 2004,

- le rapport de M. Zapata, rapporteur ;

- les observations de Me Herrmann, avocat de Mlle Edmée X ;

- et les conclusions de M. Valeins, commissaire du gouvernement ;

Considérant que la requête de la COMMUNE de RAMONVILLE SAINT-AGNE et la requête de Mme Y sont dirigées contre un même jugement ; qu'il y a lieu de les joindre pour statuer par un seul arrêt ;

Sans qu'il soit besoin de statuer sur la régularité du jugement attaqué :

Sur la recevabilité des requêtes :

Considérant, d'une part, qu'en l'absence, dans le dossier, d'une quelconque pièce permettant de déterminer la date de notification aux appelantes du jugement attaqué, la fin de non-recevoir tirée de la tardiveté des requêtes ne peut qu'être écartée ;

Considérant, d'autre part, que la formalité de notification des recours prescrite par l'article R. 600-1 du code de l'urbanisme ne s'impose ni à l'autorité administrative qui a délivré le permis ni au bénéficiaire de l'autorisation qui font appel d'un jugement annulant ledit permis ; que, par suite, la fin de non-recevoir tirée de ce que la requête de la commune n'a pas fait l'objet d'une telle notification doit être écartée ;

Sur la légalité du permis de construire délivré le 16 juillet 1997 :

Considérant qu'aux termes de l'article UD 7 du règlement du plan d'occupation des sols de la COMMUNE de RAMONVILLE SAINT-AGNE : 1- Toute construction nouvelle doit être implantée à une distance des limites séparatives de l'unité foncière au moins égale à la moitié de sa hauteur et jamais inférieure à 4 mètres. Toutefois, dans le secteur UD d, cette distance sera ramenée à 3 mètres. 2 - Des implantations autres que celles définies ci-dessus sont possibles : ... 2.3 Sur limite séparative, à condition que la construction projetée ne dépasse pas une hauteur de 2,50 mètres mesurée à la sablière ou à défaut au dernier plafond, non compris une tolérance de 1 mètre pour pignons, cheminées, etc... ;

Considérant qu'il ressort des pièces du dossier que le permis de construire délivré le 16 juillet 1997 à Mme Y par le maire de RAMONVILLE SAINT-AGNE, en vue de l'extension de son habitation individuelle, autorise l'implantation de la construction en limite séparative de la parcelle appartenant à Mme X ; qu'à l'aplomb de cette limite séparative, où la mesure doit être faite en application des dispositions précitées du 2 de l'article UD 7 du règlement du plan d'occupation des sols, la hauteur du bâtiment projeté n'excède pas celle de 2,50 mètres autorisée par ces mêmes dispositions ; que, par suite, et alors même qu'un mur pignon, qui n'est pas situé en limite séparative, dépasserait cette hauteur, c'est à tort que, pour annuler le permis litigieux, le tribunal administratif s'est fondé sur la violation des dispositions du 2 de l'article UD 7 du règlement du plan d'occupation des sols ;

Considérant qu'il appartient à la cour administrative d'appel, saisie de l'ensemble du litige par l'effet dévolutif de l'appel, d'examiner les autres moyens soulevés par Mme X devant le Tribunal administratif de Toulouse ;

Considérant que les dispositions de l'article R. 421-2 du code de l'urbanisme n'imposent pas que le plan de masse annexé à la demande de permis de construire fasse apparaître la situation des constructions édifiées sur des parcelles voisines ;

Considérant que les photographies produites à l'appui de la demande de permis de construire, même si elles comportent des dates différentes, permettaient à l'autorité administrative d'instruire valablement cette demande ;

Considérant qu'il ressort des pièces du dossier qu'après déduction d'un abri de jardin à démolir d'une surface de 19 m², la surface hors oeuvre nette totale de la maison de Mme Y, en prenant en compte l'extension autorisée par le permis litigieux, s'établit à 165 m² ; que la parcelle sur laquelle est implantée cette maison est, à la date de délivrance du permis litigieux, d'une superficie de 1270 m² ; que, par suite, le permis litigieux n'a pas été délivré en violation de l'article UD 14 du règlement du plan d'occupation des sols qui fixe à 0,30, dans la zone considérée, le coefficient d'occupation des sols ;

Considérant qu'il ressort des plans des façades annexés à la demande de permis de construire que le pourcentage de la pente de la toiture de la construction autorisée est de 33 % et non de 38 % comme le soutient Mme X ; que le projet respecte ainsi l'article UD 11-3-3 du règlement du plan d'occupation des sols qui dispose que cette pente doit être comprise entre 30 et 35 % ;

Considérant que la construction autorisée est d'un style comparable à celui des habitations existantes et s'insère dans le tissu urbain pavillonnaire sans porter atteinte au caractère ou à l'intérêt des lieux avoisinants ; que, dès lors, le moyen tiré de la violation de l'article R. 111-21 du code de l'urbanisme doit être écarté ;

Considérant, enfin, que la méconnaissance des articles 675 à 680 du code civil relatifs aux vues sur la propriété des voisins ne peut être utilement invoquée à l'encontre du permis de construire, qui est délivré sous réserve des droits des tiers ;

Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que la COMMUNE de RAMONVILLE SAINT-AGNE et Mme Y sont fondées à demander l'annulation du jugement attaqué et le rejet de la demande présentée par Mme X devant le Tribunal administratif de Toulouse ;

Sur l'application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant que Mme Y n'étant pas la partie perdante dans la présente instance, les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce qu'elle soit condamnée à verser à Mme X une somme en remboursement des frais exposés par elle et non compris dans les dépens ;

Considérant que dans les circonstances de l'espèce, il n'y a pas lieu de condamner Mme X à verser une somme à Mme Y en remboursement des frais exposés par elle et non compris dans les dépens ;

DECIDE :

Article 1er : Le jugement du Tribunal administratif de Toulouse en date du 9 novembre 2000 est annulé.

Article 2 : La demande présentée par Mme X devant le Tribunal administratif de Toulouse est rejetée.

Article 3 : Les conclusions de Mme Y et de Mme X tendant à l'application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative sont rejetées.

2

No 01BX00572-01BX00594


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. DE MALAFOSSE
Rapporteur ?: M. Francis ZAPATA
Rapporteur public ?: M. VALEINS
Avocat(s) : DUCOMTE

Origine de la décision

Formation : 5eme chambre (formation a 3)
Date de la décision : 14/02/2005

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.