Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 5eme chambre (formation a 3), 14 février 2005, 01BX00725

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 01BX00725
Numéro NOR : CETATEXT000007508604 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2005-02-14;01bx00725 ?

Texte :

Vu la requête enregistrée le 21 mars 2001 au greffe de la Cour, présentée par Mme Geneviève X demeurant ... ; Mme X demande à la Cour :

1°) d'annuler le jugement du Tribunal administratif de Bordeaux du 10 octobre 2000 qui a rejeté sa demande tendant à l'annulation pour excès de pouvoir de la décision du 22 janvier 1999 par laquelle le maire de Lesparre-Médoc a refusé de prononcer son licenciement ;

2°) d'annuler cette décision du 22 janvier 1999 ;

3°) de mettre en demeure le maire de Lesparre-Médoc, sous astreinte, de prendre une décision de licenciement ;

4°) de condamner la commune de Lesparre-Médoc à lui verser la somme de 4 000 F en application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

..........................................................................................................................................

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code général des collectivités territoriales ;

Vu la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 ;

Vu la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 ;

Vu le décret n° 91-298 du 20 mars 1991 ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 17 janvier 2005,

- le rapport de M. Zapata, rapporteur ;

- et les conclusions de M. Valeins, commissaire du gouvernement ;

-

Sur les conclusions dirigées contre la décision du maire de Lesparre-Médoc du 22 janvier 1999 :

Considérant qu'aux termes de l'article 24 de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 : La cessation définitive des fonctions qui entraîne radiation des cadres et perte de la qualité de fonctionnaire résulte : ... 3° Du licenciement... ; qu'aux termes de l'article 41 du décret du 20 mars 1991 portant dispositions statutaires applicables aux fonctionnaires territoriaux nommés dans des emplois permanents à temps non complet : Le fonctionnaire qui est définitivement inapte physiquement à l'exercice de ses fonctions à l'issue d'un congé de maladie, de grave maladie, d'accident du travail, de maternité, d'adoption ou de la période de disponibilité accordée au titre de l'article 40 ci-dessus et qui ne peut être reclassé en application du décret n° 85-1054 du 30 septembre 1985 est licencié ;

Considérant qu'il ressort des pièces du dossier que, par arrêté du 26 avril 1996, le maire de Lesparre-Médoc, après avis du comité médical, a prononcé la radiation des cadres de Mme X, agent titulaire spécialisé des écoles maternelles et des classes enfantines à temps non complet, pour inaptitude totale et définitive à exercer ses fonctions ; que cette mesure doit être regardée comme un licenciement au sens de l'article 41 précité du décret du 20 mars 1991 ; que, dès lors, le maire de Lesparre-Médoc n'a pas commis d'illégalité en rejetant, par la décision du 22 janvier 1999, la demande de Mme X tendant à ce que soit prise à son égard une décision de licenciement ;

Sur les conclusions dirigées contre la décision du maire de Lesparre-Médoc du 22 août 2001 et les conclusions à fin d'indemnisation :

Considérant que, devant le tribunal administratif, Mme X s'est bornée à demander l'annulation pour excès de pouvoir de la décision du 22 janvier 1999 ; que ses conclusions à fin d'annulation de la décision du maire de Lesparre-Médoc en date du 22 août 2001 et ses conclusions à fin d'indemnisation, qui sont présentées pour la première fois en appel, ne sont pas recevables ;

Sur les conclusions à fin d'injonction :

Considérant que le présent arrêt qui rejette la requête de Mme X n'appelle aucune mesure d'exécution ; que, dès lors, les conclusions tendant à ce que la Cour ordonne sous astreinte au maire de Lesparre-Médoc de prendre une décision de licenciement à l'égard de la requérante ne peuvent qu'être rejetées ;

Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que Mme X n'est pas fondée à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Bordeaux a rejeté sa demande ;

Sur l'application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant que les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que soit mise à la charge de la commune de Lesparre-Médoc, qui n'est pas la partie perdante dans la présente instance, la somme que Mme X demande en remboursement des frais exposés par elle et non compris dans les dépens ;

DECIDE :

Article 1er : La requête de Mme X est rejetée.

2

No 01BX00725


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. DE MALAFOSSE
Rapporteur ?: M. Francis ZAPATA
Rapporteur public ?: M. VALEINS

Origine de la décision

Formation : 5eme chambre (formation a 3)
Date de la décision : 14/02/2005

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.