Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 3eme chambre (formation a 3), 31 mai 2005, 01BX02538

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 01BX02538
Numéro NOR : CETATEXT000007509918 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2005-05-31;01bx02538 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée le 21 novembre 2001, présentée pour Mme Bernadette X, demeurant ..., par la SCP Gout-Dias ;

Mme X demande à la cour :

1°) d'annuler le jugement N° 9900062 du 27 septembre 2001 par lequel le tribunal administratif de Limoges a rejeté sa demande tendant à ce que la SA Sade soit condamnée à réparer le préjudice qu'elle a subi en raison de l'accident survenu le 26 novembre 1996 et à ce qu'il soit ordonné avant-dire droit une mesure d'expertise aux fins d'évaluer son préjudice corporel ;

2°) de condamner la SA Sade à réparer l'intégralité du préjudice corporel subi par Mme X au vu du rapport d'expertise qu'il conviendra d'ordonner par jugement avant-dire droit ;

3°) de condamner la SA Sade aux entiers dépens ;

.........................................................................................................

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 19 avril 2005 :

- le rapport de M. Margelidon,

- les observations de Me Plas, représentant GDF

- et les conclusions de Mme Boulard, commissaire du gouvernement ;

Considérant que saisi par Mme X aux fins de condamnation de la SA Sade, laquelle procédait à des travaux sur la voie publique pour le compte de Gaz de France, le tribunal administratif de Limoges, par jugement en date du 27 septembre 2001, a rejeté sa demande au motif, d'une part, qu'elle ne pouvait être regardée comme ayant la qualité de tiers par rapport à l'ouvrage public, d'autre part, que l'entrepreneur devait être regardé comme rapportant la preuve de l'entretien normal de la voie publique ; que Mme X fait appel de ce jugement ;

Considérant que les travaux en cause avaient le caractère de travaux publics exécutés sur la voie publique ; que la circonstance que lesdits travaux aient été effectués pour le compte de Gaz de France afin de lui permettre d'intervenir sur des canalisations souterraines, qui sont incorporées à la voirie, ne saurait les faire regarder comme étrangers à la voie publique ; que, par suite, la responsabilité de la SA Sade ne saurait être engagée que si peut être retenu à son encontre un défaut d'entretien normal de l'ouvrage public à l'égard duquel la requérante avait la qualité d'usager ;

Considérant qu'il résulte de l'instruction et, notamment, du constat d'accident signé par la requérante et la SA Sade le 5 décembre 1996 que Mme X est tombée le 26 novembre 1996 à 7h45 alors qu'elle circulait à pied devant son domicile du 22, rue Marbot à Tulle en trébuchant sur une plaque en acier strié mise en place par la SA Sade et destinée à recouvrir une excavation pratiquée par ses soins sur la voie publique ;

Considérant qu'il ne résulte pas de l'instruction que la plaque de métal à l'origine de la chute de Mme X ait présenté une défectuosité qui excédait par sa nature ou son importance, celles que les usagers de la voie publique doivent normalement s'attendre à rencontrer ; qu'au surplus, il est constant que les travaux ayant lieu devant son domicile la requérante ne pouvait ignorer l'existence du chantier en cours ; qu'enfin sa chute n'est pas imputable à une éventuelle absence de signalisation du chantier ; qu'ainsi la SA Sade doit être regardée comme rapportant la preuve de l'entretien normal de l'ouvrage public ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que Mme X n'est pas fondée à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Limoges a rejeté sa demande tendant à la condamnation de la SA Sade ;

Sur les conclusions de la Caisse Primaire d'Assurance Maladie de la Corrèze :

Considérant que, par voie de conséquence, les conclusions de la Caisse Primaire d'Assurance Maladie de la Corrèze tendant à ce que la SA Sade soit condamnée à lui verser la somme établie provisoirement à 2 782,21 euros au titre des prestations de soins servies à la requérante, ne peuvent qu'être rejetées ;

Sur l'appel en garantie :

Considérant que, par voie de conséquence, il n'y pas lieu de statuer sur l'appel en garantie formulé par la SA Sade à l'encontre de Gaz de France ;

Sur les conclusions présentées au titre de l'article L.761-1 du code de justice administrative :

Considérant que, dans les circonstances de l'espèce, il n'y a pas lieu de condamner Mme X à verser tant à la SA Sade qu'à Gaz de France les sommes qu'ils demandent au titre des frais exposés par eux et non compris dans les dépens ; que, par ailleurs, dans les circonstances de l'espèce, il n'y a pas lieu de condamner Gaz de France à verser à la SA Sade la somme que celle-ci demande sur ce même fondement ;

DECIDE :

Article 1er : La requête de Mme X est rejetée.

Article 2 : Les conclusions de la Caisse Primaire d'Assurance Maladie de la Corrèze sont rejetées.

Article 3 : Il n'y pas lieu de statuer sur l'appel en garantie de la SA Sade à l'encontre de Gaz de France.

Article 4 : Le surplus des conclusions de la SA Sade et de Gaz de France sont rejetées.

3

N° 01BX02538


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. MADEC
Rapporteur ?: M. Jean-Christophe MARGELIDON
Rapporteur public ?: Mme BOULARD
Avocat(s) : CABINET D'AVOCATS GOUT-DIAS

Origine de la décision

Formation : 3eme chambre (formation a 3)
Date de la décision : 31/05/2005

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.