Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 2eme chambre (formation a 3), 21 juin 2005, 01BX02191

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 01BX02191
Numéro NOR : CETATEXT000007509191 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2005-06-21;01bx02191 ?

Texte :

Vu la requête sommaire et le mémoire complémentaire, enregistrés les 7 septembre 2001 et 2 novembre 2001 au greffe de la Cour, présentés pour le CENTRE HOSPITALIER REGIONAL DE BORDEAUX, dont le siège est 12 rue Dubernat à Talence (33400), par Me Didier le Prado, avocat au Conseil d'Etat et à la Cour de cassation ;

Le CENTRE HOSPITALIER REGIONAL DE BORDEAUX demande à la Cour :

1° d'annuler le jugement N° 9802818 du 16 février 2001 par lequel le tribunal administratif de Bordeaux l'a condamné à verser aux époux X une provision de 80 000francs à valoir sur l'indemnité définitive à arrêter au 22 septembre 2007, une somme de 238 391,21 francs à la caisse primaire d'assurance maladie de la Gironde et a réservé ses droits jusqu'au 22 septembre 2007 et enfin, a mis les frais d'expertise à sa charge ;

2° de rejeter la demande présentée par les époux X devant le tribunal administratif de Bordeaux ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 24 mai 2005,

le rapport de M. Dudézert, président-assesseur ;

les observations de Me Galy pour M. et Mme X ;

et les conclusions de M. Péano, commissaire du gouvernement ;

Considérant que si le CENTRE HOSPITALIER REGIONAL DE BORDEAUX soutient que le jugement est insuffisamment motivé, il n'apporte pas, à l'appui de ses allégations de précisions suffisantes pour en apprécier la portée ; que ce moyen ne saurait, par suite, être accueilli ;

Considérant que, le 21 septembre 1989, Mme X s'est présentée à une consultation prénatale, au CENTRE HOSPITALIER REGIONAL DE BORDEAUX, en raison de douleurs abdominales ; que malgré un taux d'albumine élevé, une prise de poids excessive sur une courte durée et un oedème des membres inférieurs, elle n'a fait l'objet que d'un traitement épigastrique et a rejoint son domicile ; qu'à la suite d'une éclampsie survenue à son domicile et après avoir été transportée d'urgence au centre hospitalier, elle a accouché par césarienne d'un enfant prématuré ayant subi une souffrance foetale aiguë ; que le tribunal administratif de Bordeaux a reconnu la responsabilité du centre hospitalier pour une erreur de diagnostic commise à l'occasion de l'examen prénatal et a condamné l'hôpital à réparer 80 % des conséquences dommageables dues à cet accident, pour tenir compte de la perte de chance de l'enfant d'échapper à une naissance prématurée et aux conséquences d'une telle naissance ;

Considérant qu'il résulte de l'instruction et notamment du rapport de l'expert désigné par le tribunal administratif, que les symptômes présentés par Mme X lors de sa consultation au centre hospitalier régional de Bordeaux étaient suffisamment caractérisés, même en l'absence de tension artérielle élevée, pour alerter les médecins sur un risque d'éclampsie ; qu'en ne diagnostiquant pas ce risque et en ne retenant pas l'intéressée pour une surveillance appropriée, l'hôpital a commis une faute de nature à engager sa responsabilité ;

Considérant que, pour estimer que la responsabilité du CENTRE HOSPITALIER REGIONAL DE BORDEAUX n'était engagée, du fait de la faute de diagnostic qu'il a , ainsi qu'il vient d'être dit, retenue à bon droit, qu'à hauteur de 80% des préjudices subis par le jeune Loïc X, le tribunal administratif a relevé qu'un diagnostic et un traitement approprié à l'éclampsie de sa mère n'auraient pas éliminé tout risque de naissance prématurée accompagnée des graves séquelles dont demeure atteinte la victime ; qu'en se fondant, ainsi, sur une cause de nature purement hypothétique et susceptible de résulter d'un fait postérieur à la faute médicale de nature à engager la responsabilité du centre hospitalier, il a méconnu les principes qui gouvernent la responsabilité de la puissance publique ; que dès lors, le CHR de Bordeaux n'est pas fondé à soutenir que les premiers juges auraient dû fixer à une fraction inférieure à celle susmentionnée de 80% la part de responsabilité lui incombant ; que M. et Mme X demandent seulement que cette part soit fixée à 90%, laquelle n'est pas, pour les raisons indiquées ci-dessus, exagérée ; que, dans ces conditions, l'indemnité qui doit lui être accordée, calculée sur la base d'une évaluation non contestée des différentes chefs de préjudice, doit être fixée à la somme de 90 000 francs (13 720 euros) ;

Considérant que la caisse primaire d'assurance maladie de la Gironde justifie avoir exposé 284 191,53 francs (43 324,72 euros) au titre des frais médicaux, pharmaceutiques, d'appareillage et de transports ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que le CENTRE HOSPITALIER REGIONAL DE BORDEAUX n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Bordeaux l'a condamné à verser 80 000 francs à titre de provision aux époux X et à payer une somme de 238 391,21 francs à la caisse primaire d'assurance maladie de la Gironde ; que les époux X sont fondés à demander la majoration de cette indemnité accordée par le tribunal à hauteur de 90 000 francs (13 720 euros) ; que la caisse primaire d'assurance maladie est fondée à demander que la condamnation du CENTRE HOSPITALIER REGIONAL DE BORDEAUX soit portée à 284 191,53 francs (43 324,72 euros) ;

Considérant qu'il y a lieu, dans les circonstances de l'espèce, en application des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative, de condamner le centre hospitalier régional de Bordeaux à verser la somme de 914,69 euros aux époux X et la somme de 150 euros à la caisse primaire d'assurance maladie de la Gironde ;

DÉCIDE :

Article 1er : L'indemnité que le CENTRE HOSPITALIER REGIONAL DE BORDEAUX a été condamné à verser aux époux X est portée à 13 720 euros (90 000 francs).

Article 2 : L'indemnité que le CENTRE HOSPITALIER REGIONAL DE BORDEAUX a été condamné à verser à la caisse primaire d'assurance maladie de la Gironde est portée à 43 324,72 euros.

Article 3 : Le jugement du 16 février 2001 du tribunal administratif de Bordeaux est réformé en ce qu'il a de contraire au présent arrêt.

Article 4 : La requête du CENTRE HOSPITALIER REGIONAL DE BORDEAUX est rejetée.

Article 5 : Le CENTRE HOSPITALIER REGIONAL DE BORDEAUX versera aux époux X la somme de 914,69 euros et la somme de 150 euros à la caisse primaire d'assurance maladie de la Gironde au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative.

3

No 01BX02191


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. LEPLAT
Rapporteur ?: M. Jean-Marc DUDEZERT
Rapporteur public ?: M. PEANO
Avocat(s) : LE PRADO

Origine de la décision

Formation : 2eme chambre (formation a 3)
Date de la décision : 21/06/2005

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.