Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 3eme chambre (formation a 3), 07 février 2006, 02BX01868

Imprimer

Sens de l'arrêt : Satisfaction totale
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Contentieux fiscal

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 02BX01868
Numéro NOR : CETATEXT000007512519 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2006-02-07;02bx01868 ?

Texte :

Vu le recours enregistré au greffe de la cour le 9 septembre 2002 du MINISTRE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L'INDUSTRIE ;

Le MINISTRE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L'INDUSTRIE demande à la cour :

1°) d'annuler le jugement du 30 mai 2002 par lequel le tribunal administratif de Toulouse a annulé la décision en date du 8 février 1999 par laquelle le chef du centre régional de Toulouse du service de la redevance a rejeté la demande d'exonération de Mme X pour la redevance audiovisuelle réclamée à cette dernière pour la période venant à échéance au 1er septembre 1998 et a prononcé la décharge de la redevance audiovisuelle réclamée pour la période venant à échéance au 1er septembre 2000 ;

2°) de prononcer le rétablissement de la redevance réclamée pour la période venant à échéance au 1er septembre 2000 ;

……………………………………………………………………………………………...

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le décret modifié n°92-304 du 30 mars 1992 relatif à l'assiette et au recouvrement de la redevance pour droit d'usage des appareils récepteurs de télévision ;

Vu le code de la sécurité sociale ;

Vu le code général des impôts et le livre des procédures fiscales ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 10 janvier 2006 :

- le rapport de M. Margelidon,

- et les conclusions de Mme Jayat, commissaire du gouvernement ;

Sur la recevabilité des conclusions de Mme X tendant à l'exonération de la redevance audiovisuelle venant à échéance aux 1er septembre 1999, 2001, 2002 et 2003 :

Considérant que lesdites conclusions de Mme X sont nouvelles en appel et, par suite, irrecevables ;

Au fond :

Considérant qu'aux termes de l'article 11 du décret du 30 mars 1992 modifié relatif à l'assiette et au recouvrement de la redevance pour droit d'usage des appareils récepteurs de télévision : Sont exonérés de la redevance applicable aux appareils récepteurs de télévision : ... b) Les mutilés et invalides civils ou militaires atteints d'une infirmité ou d'une invalidité au taux minimum de 80 % » sous réserve de satisfaire aux conditions de fortune et de revenu énoncées dans le même article ;

Considérant qu'à l'appui de sa demande d'exonération, Mme X a produit un certificat délivré par la caisse primaire d'assurance maladie de Bayonne du 30 avril 1998 lui reconnaissant, à compter du 30 mai 1998, une invalidité justifiant son classement en deuxième catégorie en application de l'article L.341-4 du code de la sécurité sociale ; que, toutefois, l'intéressée ne justifie pas par ce seul document, qui ne mentionne aucun taux d'invalidité, être atteinte d'une invalidité au taux minimum de 80 % à la date d'exigibilité des redevances 1998 et 2000 ; que si, devant la cour, l'intimée produit une décision de la commission technique d'orientation et de reclassement professionnel du 17 mai 2001 lui reconnaissant un taux d'incapacité de 80 % à compter du 1er mars 2001, elle ne justifie pas, cependant, satisfaire aux conditions précitées d'exonération de la redevance à la date d'exigibilité des redevances en litige, à savoir les 1er septembre 1998 et 2000 ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que le MINISTRE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L'INDUSTRIE est fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Toulouse a, d'une part, annulé la décision en date du 8 février 1999 par laquelle le chef du centre régional de Toulouse du service de la redevance a rejeté la demande d'exonération de Mme X pour la redevance audiovisuelle réclamée à cette dernière pour la période venant à échéance au 1er septembre 1998 et, d'autre part, prononcé la décharge de la redevance audiovisuelle réclamée pour la période venant à échéance au 1er septembre 2000 ;

DÉCIDE :

Article 1er : Les conclusions de Mme X devant le tribunal administratif de Toulouse tendant à l'annulation de la décision en date du 8 février 1999 par laquelle le chef du centre régional de Toulouse du service de la redevance a rejeté sa demande d'exonération pour la redevance audiovisuelle réclamée pour la période venant à échéance au 1er septembre 1998 ainsi que celles tendant à la décharge de la redevance audiovisuelle réclamée pour la période venant à échéance au 1er septembre 2000 sont rejetées.

Article 2 : Le jugement du tribunal administratif de Toulouse en date du 30 mai 2002 est réformé en ce qu'il a de contraire au présent arrêt.

Article 3 : Les conclusions présentées par Mme X devant la cour sont rejetées.

3

N° 02BX01868


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. MADEC
Rapporteur ?: M. Jean-Christophe MARGELIDON
Rapporteur public ?: Mme JAYAT

Origine de la décision

Formation : 3eme chambre (formation a 3)
Date de la décision : 07/02/2006

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.