Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 5eme chambre (formation a 3), 27 février 2006, 02BX01194

Imprimer

Sens de l'arrêt : Maintien de l'imposition
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Contentieux fiscal

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 02BX01194
Numéro NOR : CETATEXT000007511760 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2006-02-27;02bx01194 ?

Texte :

Vu la requête enregistrée au greffe de la cour le 21 juin 2002, présentée pour M. Laurent X, demeurant ... ;

M. X demande à la Cour :

1°) d'annuler le jugement en date du 30 avril 2002 par lequel le Tribunal administratif de Pau a rejeté sa demande tendant à la décharge de la cotisation supplémentaire d'impôt sur le revenu à laquelle il a été assujetti au titre de l'année 1993 ;

2°) de lui accorder la décharge de l'imposition contestée ;

……………………………………………………………………………………………………

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu à l'audience publique du 30 janvier 2006 :

- le rapport de Mme Demurger ;

- et les conclusions de M. Pouzoulet, commissaire du gouvernement ;

En ce qui concerne le bien-fondé de l'imposition :

Considérant qu'aux termes du 2° de l'article 109-1 du code général des impôts : « Sont considérés comme revenus distribués toutes les sommes ou valeurs mises à la disposition des associés, actionnaires ou porteurs de parts et non prélevées sur les bénéfices… » ;

Considérant que, sur le fondement de ces dispositions, l'administration a imposé la somme de 332 080 F qui avait été inscrite, à la clôture de l'exercice 1993, par la société X au profit de M. X sur le compte courant ouvert au nom de ce dernier dans les écritures comptables de la société ; que M. X, recruté par cette société à compter du 1er septembre 1991 pour occuper les fonctions de directeur et qui a été licencié par décision du 25 août 1992, soutient que cette somme doit être regardée, à tout le moins partiellement, comme représentative de dommages et intérêts destinés à réparer le préjudice résultant de son licenciement, qu'il qualifie d'abusif ;

Considérant qu'il résulte de l'instruction que la somme que la société X a décidé de verser à M. X a d'abord été qualifiée par le conseil d'administration de rémunération de prestations de conseil et d'assistance, alors qu'il est constant que M. X n'a pas fourni de telles prestations ; que, par la suite, le président du conseil d'administration a « confirmé » à l'intéressé que la société lui accorderait une indemnité annuelle jusqu'à ce qu'il retrouve un emploi ; que si le requérant invoque le caractère abusif de son éviction, il ne fournit aucun élément permettant d'apprécier les circonstances exactes dans lesquelles il a été mis fin à ses fonctions de directeur de la société X ; qu'il n'est pas contesté, en outre, que la société n'était pas tenue de lui verser une indemnité de licenciement ; que, par suite, la somme litigieuse, qui n'a pas eu pour contrepartie des prestations accomplies au profit de la société et qui ne saurait être regardée comme ayant constitué le versement à l'intéressé de dommages et intérêts dus en raison d'un licenciement abusif, a le caractère d'un revenu distribué, imposable sur le fondement des dispositions précitées du 2° de l'article 109-1 du code général des impôts dès lors que M. X était, ainsi que le fait valoir l'administration sans être démentie, actionnaire de la société X en 1993, année d'imposition ; qu'enfin, la somme effectivement mise à la disposition de l'intéressé, par voie d'inscription à son compte, s'étant élevée au titre de l'année 1993, seule en litige, à 332 080 F, l'administration a retenu à juste titre ce montant comme base d'imposition, quand bien même il inclurait à tort la taxe sur la valeur ajoutée et aurait été corrigé à ce titre, en 1995, dans les écritures comptables de la société ;

En ce qui concerne les pénalités :

Considérant, d'une part, que la notification de redressement, qui comportait la motivation des pénalités prévues en cas de mauvaise foi, était revêtue du visa d'un inspecteur principal ; qu'il a été ainsi satisfait aux dispositions de l'article L. 80 E du livre des procédures fiscales ; que, par suite, le moyen tiré de ce que la réponse aux observations du contribuable n'était pas revêtue du visa d'un inspecteur principal doit être écarté ;

Considérant, d'autre part, que M. X n'a pas déclaré la somme dont s'agit ni d'ailleurs celle qu'il avait également perçue de la même société en 1992 ; qu'eu égard au fait que cette somme a été effectivement mise à la disposition du contribuable et ne constitue pas, ainsi qu'il vient d'être dit, des dommages et intérêts non imposables, l'administration doit être regardée comme établissant le bien-fondé des pénalités de mauvaise foi dont a été assortie l'imposition en litige ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que M. X n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Pau a rejeté sa demande tendant à la décharge de la cotisation supplémentaire d'impôt sur le revenu à laquelle il a été assujetti au titre de l'année 1993 ;

DECIDE :

Article 1er : La requête de M. X est rejetée.

3

No 02BX01194


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. DE MALAFOSSE
Rapporteur ?: Mme Florence DEMURGER
Rapporteur public ?: M. POUZOULET
Avocat(s) : GERBEAUD

Origine de la décision

Formation : 5eme chambre (formation a 3)
Date de la décision : 27/02/2006

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.