Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 5eme chambre (formation a 3), 27 février 2006, 02BX02601

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 02BX02601
Numéro NOR : CETATEXT000007512389 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2006-02-27;02bx02601 ?

Texte :

Vu, enregistrée au greffe de la Cour le 16 décembre 2002, la requête présentée pour M. Alain X, demeurant ... ;

M. X demande à la Cour :

1°) d'annuler le jugement du 17 octobre 2002 par lequel le Tribunal administratif de Limoges a rejeté sa demande tendant à l'annulation de l'arrêté du 16 octobre 1998 du président du conseil d'administration du Service départemental d'incendie et de secours de la Creuse qui modifie à compter du 1er septembre 1998 le régime indemnitaire qui lui est applicable ;

2°) d'annuler cet arrêté ;

3°) de condamner le Service départemental d'incendie et de secours de la Creuse à lui verser la somme de 2 000 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

…………………………………………………………………………………………………….

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 30 janvier 2006 :

- le rapport de Mme Viard ;

- et les conclusions de M. Pouzoulet, commissaire du gouvernement ;

Considérant que M. X, lieutenant hors classe de sapeurs-pompiers professionnels, qui occupait précédemment les fonctions de chef du centre d'incendie et de secours principal de Bourganeuf, a été affecté le 15 mai 1998 à l'état-major, au bureau sécurité ;incendie ; qu'à cette occasion, par un arrêté du 16 octobre 1998 définissant le régime indemnitaire applicable à l'intéressé, le président du conseil d'administration du Service départemental d'incendie et de secours de la Creuse a ramené de 22 à 19 % le taux de l'indemnité de responsabilité dont il bénéficiait ; que M. X fait appel du jugement par lequel le Tribunal administratif de Limoges a rejeté sa demande tendant à l'annulation de cet arrêté ;

Considérant qu'aux termes de l'article 6-4 du décret n° 90-850 du 25 septembre 1990 portant dispositions communes aux sapeurs-pompiers professionnels, modifié par le décret n° 98 ;442 du 5 juin 1998 : « Une indemnité de responsabilité, variable en fonction du grade et de l'emploi, peut être attribuée aux sapeurs-pompiers professionnels. Lorsqu'ils occupent plusieurs emplois, un seul de ceux-ci peut être pris en compte pour le calcul de cette indemnité. L'indemnité de responsabilité, non soumise à retenue pour pension, est calculée en pourcentage du traitement indiciaire brut moyen du grade concerné. Les conditions d'octroi, liées aux responsabilités particulières qui sont confiées aux sapeurs-pompiers professionnels, ainsi que les taux maxima de cette indemnité figurent dans le tableau I joint en annexe au présent décret. Les taux maxima de l'indemnité pour les emplois non cités dans ce tableau sont fixés par référence à l'emploi cité le plus proche de la responsabilité réellement exercée, sous réserve que l'intéressé détienne la qualification requise » ;

Considérant, en premier lieu, que l'arrêté litigieux vise les décrets du 25 septembre 1990 et du 5 juin 1998 et précise que l'indemnité de responsabilité accordée à l'intéressé est celle, au taux de 19 %, correspondant à la responsabilité de « chef de garde » ; qu'il est ainsi, en tout état de cause, suffisamment motivé ;

Considérant, en second lieu, qu'il ne ressort pas des pièces du dossier que les fonctions exercées par M. X lui ouvraient droit à une indemnité de responsabilité à un taux supérieur à celui de 19 % accordé par l'arrêté contesté ;

Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que M. X n'est pas fondé à se plaindre de ce que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Limoges a rejeté sa demande ;

Sur l'application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant que les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que le Service départemental d'incendie et de secours de la Creuse qui n'est pas, dans la présente instance, la partie perdante, soit condamné à verser à M. X la somme qu'il demande au titre des frais exposés par lui et non compris dans les dépens ; que, dans les circonstances de l'espèce, il n'y a pas lieu de condamner M. X à verser au Service départemental d'incendie et de secours de la Creuse la somme qu'il demande en application des mêmes dispositions ;

D E C I D E :

Article 1er : La requête de M. X est rejetée.

Article 2 : Les conclusions du Service départemental d'incendie et de secours de la Creuse présentées au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative sont rejetées.

2

No 02BX02601


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. DE MALAFOSSE
Rapporteur ?: Mme Marie-Pierre VIARD
Rapporteur public ?: M. POUZOULET
Avocat(s) : CLERC

Origine de la décision

Formation : 5eme chambre (formation a 3)
Date de la décision : 27/02/2006

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.