Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 4eme chambre (formation a 3), 16 mars 2006, 02BX00603

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Contentieux fiscal

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 02BX00603
Numéro NOR : CETATEXT000007510940 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2006-03-16;02bx00603 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée le 4 avril 2002, présentée pour M. Pascal X, élisant domicile chez Me Moreau, 30 avenue des Mondaults à Floirac (33270) ; M. X demande à la Cour :

1°) d'annuler le jugement n° 99/2682 du 20 décembre 2001 par lequel le Tribunal administratif de Bordeaux a rejeté sa demande en décharge de la contribution sociale généralisée et de la contribution au remboursement de la dette sociale auxquelles il a été assujetti à raison de ses revenus patrimoniaux de l'année 1997 ;

2°) de prononcer la décharge demandée ;

3°) de condamner l'Etat à lui verser la somme de 1 600 euros au titre de l'article L. 761 ;1 du code de justice administrative ;

…………………………………………………………………………………………….

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code général des impôts et le livre des procédures fiscales ;

Vu le code de la sécurité sociale ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 2 mars 2006 :

- le rapport de M. Vié, rapporteur ;

- les observations de Mme Moncagny de Saint-Aignan, pour le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie ;

- et les conclusions de M. Doré, commissaire du gouvernement ;

Sur la régularité du jugement attaqué :

Considérant qu'aux termes de l'article 1600-0 C du code général des impôts, dans sa rédaction applicable à l'année d'imposition en litige : « I. Les personnes physiques fiscalement domiciliées en France au sens de l'article 4 B sont assujetties, à compter de l'imposition des revenus de l'année 1990, à une contribution sur les revenus du patrimoine assise sur le montant net retenu pour l'établissement de l'impôt sur le revenu : a. Des revenus fonciers ; b. Des rentes viagères constituées à titre onéreux ; c. Des revenus de capitaux mobiliers ; d. Des plus-values mentionnées aux articles 150 A et 150 A bis ; e. Des plus-values, gains en capital et profits réalisés sur les marchés à terme d'instruments financiers et de marchandises, ainsi que sur les marchés d'options négociables soumis à l'impôt sur le revenu à un taux proportionnel … ; f. Des revenus des locations meublées non professionnelles ; g. De tous autres revenus mentionnés à l'article 92 et qui n'ont pas été assujettis à la contribution en application de l'article L. 163-3 du code de sécurité sociale » ; qu'en vertu de l'article 1600-0 G du même code : « I. Les personnes physiques désignées à l'article L. 136-1 du code de la sécurité sociale sont assujetties à une contribution perçue à compter de 1996 et assise sur les revenus du patrimoine définis au I de l'article L. 136-6 du même code » ; que selon l'article L. 136-1 du code de la sécurité sociale alors applicable : « Il est institué une contribution sociale sur les revenus d'activité et sur les revenus de remplacement à laquelle sont assujettis : 1º Les personnes physiques considérées comme domiciliées en France pour l'établissement de l'impôt sur le revenu … » ; que l'article 4 B du code général des impôts précise que : « Sont considérées comme ayant leur domicile fiscal en France au sens de l'article 4 A : … c) celles qui ont en France le centre de leurs intérêts économiques » ;

Considérant que le Tribunal administratif de Bordeaux, saisi du moyen tiré de ce que M. X résidait en Espagne, présenté au soutien de ses conclusions en décharge de la contribution sociale généralisée et de la contribution au remboursement de la dette sociale à laquelle ce dernier avait été assujetti à raison de ses revenus patrimoniaux de l'année 1997, a estimé, pour rejeter la contestation, que le contribuable avait en France le centre de ses intérêts économiques ; que, ce faisant, les premiers juges se sont bornés à examiner, comme ils y étaient tenus et sans méconnaître le caractère contradictoire de la procédure, dans quelle mesure la condition d'assujettissement à ces contributions, prévue par l'article 1600-0 C du code général des impôts et tenant à l'existence d'un domicile fiscal en France, était satisfaite ;

Sur les conclusions en décharge :

Considérant qu'il résulte de l'instruction que M. X a perçu en France, en 1997, des revenus de capitaux mobiliers en sa qualité d'associé de sociétés dont le siège est situé en Gironde d'un montant total de 50 682 euros ; que s'il justifie avoir exercé une activité professionnelle en Espagne en 1997, pour laquelle il a perçu une rémunération de près de 29 000 euros, il n'établit pas, eu égard à l'importance relative des revenus de source française, avoir eu à l'étranger le centre de ses intérêts économiques ; qu'il a ainsi été regardé à bon droit comme ayant conservé, en 1997, son domicile fiscal en France au sens de l'article 4 B précité du code général des impôts ; qu'en conséquence, il était imposable à la contribution sociale généralisée et à la contribution au remboursement de la dette sociale à raison de ses revenus patrimoniaux ;

Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que M. X n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Bordeaux a rejeté sa demande ;

Sur l'application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant que les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que l'Etat, qui n'est pas, dans la présente instance, la partie perdante, soit condamné à payer à M. X une somme au titre des frais exposés par lui et non compris dans les dépens ;

DÉCIDE :

Article 1er : La requête de M. X est rejetée.

3

N° 02BX00603


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : Mme ERSTEIN
Rapporteur ?: M. Jean-Marc VIE
Rapporteur public ?: M. DORE
Avocat(s) : MOREAU

Origine de la décision

Formation : 4eme chambre (formation a 3)
Date de la décision : 16/03/2006

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.