Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 1ere chambre - formation a 3, 29 juin 2006, 02BX01847

Imprimer

Sens de l'arrêt : Non-lieu
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 02BX01847
Numéro NOR : CETATEXT000007511235 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2006-06-29;02bx01847 ?

Texte :

Vu le recours, enregistré au greffe de la Cour le 30 août 2002 sous le n° 02BX01847 présenté par le MINISTRE DE LA SANTE, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPEES ; le ministre demande à la Cour :

1°) d'annuler le jugement du 17 mai 2002 par lequel le Tribunal administratif de Toulouse a annulé l'arrêté du 25 avril 2000 par lequel il a placé d'office M. Gilbert X en position de disponibilité à compter du 1er avril 2000 et lui a enjoint, sous astreinte, de procéder au versement des traitements dus à celui-ci à compter de cette date ainsi qu'à la reconstitution rétroactive de sa carrière et droits sociaux ;

2°) de rejeter les demandes présentées par M. Gilbert X devant le Tribunal administratif de Toulouse ;

.......................................................................................................................................…

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 1er juin 2006,

- le rapport de M. Etienvre ;

- les observations de M. X ;

- et les conclusions de M. Chemin, commissaire du gouvernement ;

Considérant que, par arrêté du 25 avril 2000, le ministre de l'emploi et de la solidarité a placé d'office M. Gilbert X en position de disponibilité pour une période de six mois à compter du 1er avril 2000 ; que, par jugement du 17 mai 2002, le Tribunal administratif de Toulouse a annulé, sur demande de M. X, ledit arrêté et enjoint, sous astreinte, au ministre des affaires sociales, du travail et de la solidarité de procéder au versement des traitements dus à M. X à compter du 1er avril 2000 et à la reconstitution rétroactive de sa carrière et ses droits sociaux à compter de cette date, selon les règles statutaires en vigueur ; que le MINISTRE DE LA SANTE, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPEES interjette appel de ce jugement ;

Considérant que, par arrêté du 13 avril 2001, le ministre de l'emploi et de la solidarité a procédé au retrait de l'arrêté du 25 avril 2000 ; que cet arrêté étant devenu définitif, la demande d'annulation de M. X était devenue sans objet à la date du jugement attaqué alors même que l'arrêté du 25 avril 2000 a été exécuté ; qu'il n'y avait, par conséquent, pas lieu de statuer sur celle-ci ; que les premiers juges ont, par suite, entaché d'irrégularité le jugement attaqué en statuant sur la demande d'annulation de l'arrêté du 25 avril 2000 présentée par M. X ; qu'il y a lieu d'annuler, dans cette mesure, le jugement attaqué, d'évoquer et décider qu'il n'y a pas lieu de statuer sur cette demande ; que, dès lors que la demande d'annulation de M. X était sans objet, c'est à tort que les premiers juges ont enjoint, sous astreinte, au ministre des affaires sociales, du travail et de la solidarité de procéder au versement des traitements dus à M. X à compter du 1er avril 2000 et à la reconstitution rétroactive de sa carrière et ses droits sociaux ; que le MINISTRE DE LA SANTE, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPEES est, dès lors, fondé à soutenir que c'est à tort que le tribunal a adressé ces injonctions à l'administration et assorti celles-ci d'une astreinte ;

Sur l'application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant que les dispositions de l'article L.761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que soit mise à la charge de l'Etat qui n'est pas, dans la présente instance, la partie perdante, la somme demandée par M. X au titre des frais exposés par lui et non compris dans les dépens ;

DECIDE :

Article 1er : Le jugement du Tribunal administratif de Toulouse en date du 17 mai 2002 est annulé.

Article 2 : Il n'y a pas lieu de statuer sur la demande présentée par M. X devant le Tribunal administratif de Toulouse tendant à l'annulation de l'arrêté du 25 avril 2000.

Article 3 : La demande afin d'injonction présentée par M. X devant le Tribunal administratif de Toulouse est rejetée.

Article 4 : Les conclusions de M. X tendant à l'application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative sont rejetées.

2

No 02BX01847


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. REY
Rapporteur ?: M. Franck ETIENVRE
Rapporteur public ?: M. CHEMIN
Avocat(s) : SCP CABINET DARRIBERE

Origine de la décision

Formation : 1ere chambre - formation a 3
Date de la décision : 29/06/2006

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.