Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 1ère chambre - formation à 3, 16 mai 2007, 04BX00885

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 04BX00885
Numéro NOR : CETATEXT000017994595 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2007-05-16;04bx00885 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée au greffe de la cour le 25 mai 2004, présentée pour M. et Mme Michel Y, demeurant ..., par la Scp d'avocats Pielberg-Butruille ;

M. et Mme Y demandent à la cour :

1°) d'annuler le jugement du 25 mars 2004 par lequel le Tribunal administratif de Poitiers a rejeté leur demande d'annulation du permis de construire délivré le 17 janvier 2003 par le maire de la commune de Nieul-sur-Mer à M. X ;

2°) d'annuler pour excès de pouvoir la décision attaquée et de condamner la commune de Nieul-sur-Mer à leur verser la somme de 1 500 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

…………………………………………………………………………………………….

Vu les autres pièces produites et jointes au dossier ;

Vu le code de l'urbanisme ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 05 avril 2007 :

- le rapport de M. Larroumec, rapporteur,

- et les conclusions de Mme Balzamo , commissaire du gouvernement ;

Considérant, en premier lieu, que si la commune de Nieul-sur-mer a produit l'arrêté en date du 20 mars 2001 par lequel le maire de la commune a donné délégation à M. Lambert, adjoint chargé de l'urbanisme, elle ne justifie pas avoir procédé à sa publicité ; que, par suite, la décision attaquée doit être regardée comme ayant été prise par une autorité incompétente ;

Considérant, en second lieu, qu'aux termes de l'article UE3 du plan d'occupation des sols alors applicable : « 1. Accès : (…) tout terrain enclavé est inconstructible à moins que son propriétaire n'obtienne un passage sur les fonds voisins constitués dans les conditions fixées par l'article 682 du code civillegifrance (….) » ; qu'il ressort des pièces du dossier que le terrain d'assiette du permis de construire attaqué ne possède aucun accès direct à la voie publique à laquelle il est relié par la parcelle ZD n° 244 ; que M.X, bénéficiaire du permis de construire attaqué, n'est titulaire d'aucun droit de passage sur cette parcelle ZD n° 244 ; que, par suite, le permis de construire attaqué méconnaît les dispositions de l'article UE3 du plan d'occupation des sols de la commune de Nieul-sur-mer ;

Considérant qu'il y a lieu pour la cour, en application de l'article L. 600-4-1 du code de l'urbanisme, de se prononcer sur les autres moyens soulevés par M. et Mme Y ; qu'aucun de ces moyens ne paraît, en l'état du dossier, susceptible de fonder l'annulation du permis de construire litigieux ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que M. et Mme Y sont fondés à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Poitiers a rejeté leur demande ;

Sur les frais exposés et non compris dans les dépens :

Considérant que les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que M. et Mme Y, qui ne sont pas dans la présente instance la partie perdante, soient condamnés à verser à M.X la somme qu'il réclame au titre des frais qu'il a exposés et non compris dans les dépens ; qu'il y a lieu, dans les circonstances de l'espèce, de condamner la commune de Nieul-sur-mer à verser à M. et Mme Y la somme de 1 300 euros au titre de ces dispositions ;

DECIDE :

Article 1er : Le jugement en date du 25 mars 2004 du Tribunal administratif de Poitiers et l'arrêté du maire de la commune de Nieul-sur-Mer en date du 17 janvier 2003 sont annulés.

Article 2 : La commune de Nieul-sur-Mer est condamnée à verser la somme de 1 300 euros à M. et Mme Y.

Article 3 : Les conclusions de M. tendant au bénéfice des dispositions de l'article de l'article L. 761-1 du code de justice administrative sont rejetées.

2

No 04BX00885


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. LEDUCQ
Rapporteur ?: M. Pierre LARROUMEC
Rapporteur public ?: Mme BALZAMO
Avocat(s) : SCP PIELBERG BUTRUILLE

Origine de la décision

Formation : 1ère chambre - formation à 3
Date de la décision : 16/05/2007

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.