Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 1ère chambre - formation à 3, 31 mai 2007, 04BX01125

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 04BX01125
Numéro NOR : CETATEXT000017994607 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2007-05-31;04bx01125 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée au greffe de la cour le 6 juillet 2004 sous le n° 04BX01125, présentée pour M. Roger X, demeurant ..., par Maître Guy Dedieu, avocat ; M. X demande à la cour :

1°) d'annuler le jugement du 1er avril 2004 par lequel le Tribunal administratif de Toulouse a d'une part, rejeté sa demande tendant à l'annulation des décisions du 30 juin et du 16 août 2000 et d'autre part, sa demande d'indemnisation, à hauteur de 120 000 francs, du préjudice subi ;

2°) d'annuler les décisions attaquées ;

3°) de condamner la commune de Moulis à lui verser une indemnité de 18 293,88 euros ;

4°) de condamner la commune de Moulis à lui verser une somme de 1 500 euros en application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

…………………………………………………………………………………………….

Vu les autres pièces produites et jointes au dossier ;

Vu le code de la voirie routière ;

Vu le code civil ;

Vu le code de l'urbanisme ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 3 mai 2007 :

- le rapport de M. Etienvre, rapporteur,

- et les conclusions de Mme Balzamo, commissaire du gouvernement ;

Considérant que le 30 juin 2000, le maire de la commune de Moulis s'est opposé à la déclaration déposée par M. Roger X en vue de clore le terrain placé en prolongement de la parcelle cadastrée section A 670 en bordure de la route départementale 633 ; qu'il a autorisé, par arrêté du 16 août 2000, M. X à réaliser des travaux de clôture sur un emplacement ne comprenant pas ce terrain ; que, par jugement du 1er avril 2004, dont M. X interjette appel, le Tribunal administratif de Toulouse a rejeté la demande d'annulation de ces décisions présentée par M. X ainsi que sa demande d'indemnisation ; que la commune de Moulis demande, par la voie de l'appel incident, la condamnation de M. X à lui verser une indemnité de 3 000 euros à titre de dommages et intérêts pour procédure abusive ;

Sur l'appel principal :

Sur les conclusions d'excès de pouvoir :

Considérant qu'aux termes de l'article R. 422-3 du code de l'urbanisme applicable aux déclarations de clôture conformément aux dispositions de l'article R. 441-3 du même code : « … une déclaration de travaux est présentée par le propriétaire du terrain, son mandataire ou la personne ayant qualité pour exécuter les travaux » ;

Considérant qu'il ressort des pièces du dossier que, par jugement du 13 octobre 2004, le Tribunal de grande instance de Foix a débouté les époux X de leur action en revendication de propriété du terrain que ceux-ci souhaitent clore ; que le maire de la commune de Moulis n'a, dès lors, entaché ses décisions d'aucune erreur en s'opposant le 16 juin 2000 à la déclaration de M. X et en autorisant le 16 août 2000 les travaux envisagés par celui-ci dans les conditions où elle a été accordée ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que M. X n'est pas fondé à se plaindre de ce que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Toulouse a rejeté sa demande d'annulation des décisions des 30 juin et 16 août 2000 ;

Sur les conclusions indemnitaires :

Considérant que M. X n'établit pas que les décisions des 30 juin et 16 août 2000 soient entachées d'illégalité ; que ses conclusions tendant à l'indemnisation des préjudices qui résulteraient de la faute qu'aurait commise la commune en prenant ces décisions ne peuvent, par suite, qu'être rejetées ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que M. X n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Toulouse a rejeté sa demande indemnitaire ;

Sur le recours incident de la commune de Moulis :

Considérant qu'il n'y a pas lieu, dans les circonstances de l'espèce, de faire droit à la demande de la commune de Moulis tendant à la condamnation de M. X à lui verser des dommages intérêts pour appel abusif ;

Sur les frais exposés et non compris dans les dépens :

Considérant que les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que soit mise à la charge de la commune de Moulis, qui n'est pas, dans la présente instance, la partie perdante, la somme demandée par M. X au titre des frais exposés et non compris dans les dépens ;

Considérant qu'il n'y a lieu, dans les circonstances de l'espèce, d'accorder ni à la commune de Moulis ni au département de l'Ariège le bénéfice des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

DECIDE :

Article 1er : La requête de M. Roger X est rejetée.

Article 2 : Les conclusions de la commune de Moulis sont rejetées.

Article 3 : Les conclusions du département de l'Ariège tendant au bénéfice des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative sont rejetées.

3

No 04BX01125


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. LEDUCQ
Rapporteur ?: M. Franck ETIENVRE
Rapporteur public ?: Mme BALZAMO
Avocat(s) : DEDIEU

Origine de la décision

Formation : 1ère chambre - formation à 3
Date de la décision : 31/05/2007

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.