Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 1ère chambre - formation à 3, 18 octobre 2007, 05BX00827

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 05BX00827
Numéro NOR : CETATEXT000017995379 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2007-10-18;05bx00827 ?

Texte :

Vu la requête et le mémoire complémentaire, enregistrés au greffe de la Cour le 29 avril 2005 et le 20 juillet 2005 sous le n° 0500827, présentés pour l'UNIVERSITE PAUL SABATIER TOULOUSE III, 118 route de Narbonne à Toulouse cedex (31062), par Maître Thévenin, avocat ;

l'UNIVERSITE PAUL SABATIER TOULOUSE III demande à la cour :

1°) d'annuler le jugement n° 0004474 du 3 février 2005 par lequel le Tribunal administratif de Toulouse l'a condamnée à verser à Mme X une somme de 2 000 euros à titre de dommages et intérêts ;

2°) de condamner l'Etat à payer les sommes correspondant aux dommages et intérêts versés par elle à Mme X ;

……………………………………………………………………………………………

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code des pensions civiles et militaires de retraite ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 20 septembre 2007,

- le rapport de M. Lafon ;

- les observations de Me Thevenin, pour l'UNIVERSITE PAUL SABATIER TOULOUSE III

- et les conclusions de Mme Balzamo, commissaire du gouvernement ;

Considérant qu'il résulte de l'instruction que Mme X, titulaire du cadre des emplois territoriaux socio-éducatifs, a été placée en position de détachement du 14 septembre 1970 au 31 août 1994 auprès de l'UNIVERSITE PAUL SABATIER TOULOUSE III, puis a été intégrée, le 1er septembre 1994, dans le corps des assistantes de service social du ministère de l'éducation nationale ; qu'à l'occasion de sa demande de congé de fin d'activité, l'UNIVERSITE PAUL SABATIER TOULOUSE III lui a indiqué qu'elle était redevable d'une somme de 74 740,81 F correspondant au montant des cotisations de pension civile non prélevées sur son traitement depuis la date de son intégration dans la fonction publique de l'Etat ; qu'il est constant qu'une erreur de codage sur la fiche de liaison transmise par les services de l'UNIVERSITE PAUL SABATIER TOULOUSE III à la Trésorerie générale de la Haute-Garonne est à l'origine de l'absence de prélèvement ; que la faute ainsi commise, qui s'inscrivait dans le cadre d'une activité de suivi des dossiers des personnels, distincte de la gestion du traitement des fonctionnaires de l'Etat, de l'ordonnancement et de la liquidation des dépenses de l'Etat, est directement imputable à l'UNIVERSITE PAUL SABATIER TOULOUSE III ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que l'UNIVERSITE PAUL SABATIER TOULOUSE III n'est pas fondée à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Toulouse l'a condamnée à verser à Mme X une somme de 2 000 euros à titre de dommages et intérêts ;

Sur les frais exposés et non compris dans les dépens :

Considérant qu'il y a lieu, dans les circonstances de l'espèce, de condamner l'UNIVERSITE PAUL SABATIER TOULOUSE III à verser une somme de 1 000 euros à Mme X au titre des frais exposés et non compris dans les dépens ;

DECIDE :

Article 1er : La requête de l'UNIVERSITE PAUL SABATIER TOULOUSE III est rejetée.

Article 2 : L'UNIVERSITE PAUL SABATIER TOULOUSE III versera une somme de 1 000 euros à Mme Marie-Thérèse X au titre des frais exposés et non compris dans les dépens.

2

No 05BX00827


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. LEDUCQ
Rapporteur ?: M. Nicolas LAFON
Rapporteur public ?: Mme BALZAMO
Avocat(s) : THEVENIN

Origine de la décision

Formation : 1ère chambre - formation à 3
Date de la décision : 18/10/2007

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.