Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 6ème chambre (formation à 3), 04 mars 2008, 06BX01140

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 06BX01140
Numéro NOR : CETATEXT000018934875 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2008-03-04;06bx01140 ?

Texte :

Vu la requête enregistrée au greffe de la cour le 30 mai 2006, présentée pour M. Antoine X demeurant ..., par Me Thalamas, avocat au barreau de Toulouse ;

M. X demande à la cour :

1°) d'annuler le jugement en date du 23 mars 2006, par lequel le tribunal administratif de Toulouse a rejeté sa demande tendant à l'annulation des décisions des 5 mars et 30 septembre 2004, par lesquelles le maire de Labastide Saint-Georges a refusé de lui délivrer un permis de construire ;

2°) d'annuler lesdites décisions ;

3°) de condamner la commune de Labastide Saint-Georges à lui payer une somme de 2 500 € sur le fondement de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vu les autres pièces produites et jointes au dossier ;

Vu le code de l'urbanisme ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;
Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 5 février 2008 :
- le rapport de M. Dronneau, président-assesseur ;
- les observations de Me Maylie, avocat de M. X ;
- et les conclusions de M. Valeins, commissaire du gouvernement ;


Considérant que, par décision du 5 mars 2004, le maire de la commune de Labastide Saint-Georges a rejeté la demande de permis de construire, présentée le 8 décembre 2003 par M. X en vue de la réalisation d'une maison d'habitation individuelle ; que le recours gracieux de l'intéressé en date du 4 mai 2004 contre ce refus a été rejeté le 8 juin 2004 ; que, par décision du 30 septembre 2004, le maire de la commune de Labastide Saint-Georges a annulé et remplacé la décision du 5 mars 2004 par un nouveau rejet de la demande de M. X ; que l'intéressé relève appel du jugement du 23 mars 2006, par lequel le tribunal administratif de Toulouse a jugé qu'il n'y avait pas lieu de statuer sur ses conclusions dirigées contre la première des décisions et rejeté sa demande d'annulation de la décision du 30 septembre 2004 ;

Considérant, d'une part, qu'aux termes de l'article NC1 du plan local d'urbanisme de la commune de Labastide Saint-Georges, en vigueur à la date de la décision attaquée : « (...) 2. Ne sont admises que les occupations et utilisations du sol ci-après : 2.1. : (...) Les constructions à usage d'habitation liées et utiles à l'exploitation agricole de même que les gîtes ruraux, à condition qu'ils soient implantés sur le territoire de l'exploitation, dans un rayon de 50 m autour des bâtiments qui constituent le siège (...) » ; que si M. X a entendu construire une maison d'habitation sur un terrain situé en zone NC du plan local d'urbanisme de la commune de Labastide Saint-Georges, à proximité du siège de l'exploitation agricole de ses beaux-parents où il vivait jusqu'à présent, il ne ressort pas des pièces du dossier que ce projet soit utile et nécessaire à l'exploitation agricole ; que, par suite, le maire de la commune de Labastide Saint-Georges a pu légalement, par la décision du 30 septembre 2004, rejeter pour ce motif la demande de M. X ; que le détournement de pouvoir allégué n'est pas établi ; que la circonstance que, postérieurement à la décision attaquée, la commune de Labastide Saint-Georges aurait délivré un permis de construire en zone NC à un pétitionnaire qui n'est pas agriculteur est sans incidence sur la légalité de ladite décision ;

Considérant, d'autre part, que si M. X demande également l'annulation des décisions des 5 mars et 8 juin 2004, il ne fait valoir devant la cour aucun moyen de nature à établir que ce serait à tort que, par ledit jugement, le tribunal administratif de Toulouse a constaté qu'il n'y avait pas lieu de statuer sur ses conclusions dirigées contre ces décisions ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que M. X n'est pas fondé à se plaindre de ce que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Toulouse a rejeté sa demande ;


Sur l'application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant que les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que la commune de Labastide Saint-Georges soit condamnée à payer à M. X la somme qu'il demande au titre des frais exposés par lui et non compris dans les dépens ;


DECIDE :

Article 1er : La requête de M. X est rejetée.

2
No 06BX01140


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. ZAPATA
Rapporteur ?: M. Michel DRONNEAU
Rapporteur public ?: M. VALEINS
Avocat(s) : THALAMAS

Origine de la décision

Formation : 6ème chambre (formation à 3)
Date de la décision : 04/03/2008

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.