Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 1ère chambre - formation à 3, 03 avril 2008, 06BX01675

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 06BX01675
Numéro NOR : CETATEXT000018744448 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2008-04-03;06bx01675 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée au greffe de la cour le 1er août 2006 sous le n° 06BX01675, présentée pour la SARL L. et P. PUBLICITE EXTERIEURE dont le siège est Central Forum à Bayonne (64100) par Me Bonfils, avocat :

La SARL L. et P. PUBLICITE EXTERIEURE demande à la cour :

1°) d'annuler le jugement du 4 juillet 2006 du Tribunal administratif Pau qui a rejeté sa demande tendant à l'annulation des arrêtés n° 186 et n° 187 du 10 mars 2005 par lesquels le maire d'Anglet l'a mise en demeure de déposer deux panneaux publicitaires situés rue de Lembeye dans un délai de 15 jours à compter de leur notification sous astreinte de 85,80 euros par jour de retard et par dispositif en infraction ;

2°) d'annuler les décisions attaquées et de condamner l'Etat à lui verser la somme de 1.500 euros au titre de l'article L.761-1 du code de justice administrative ;

…………………………………………………………………………………………….

Vu les autres pièces produites et jointes au dossier ;

Vu le code de l'environnement ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 6 mars 2008,

- le rapport de M. Larroumec, président-assesseur ;
- et les conclusions de Mme Balzamo, commissaire du gouvernement ;


Considérant que par jugement du 4 juillet 2006, le Tribunal administratif de Pau a rejeté la demande de la SOCIETE L. et P. PUBLICITE EXTERIEURE tendant à l'annulation des arrêtés n° 186 et n° 187 du 10 mars 2005 par lesquels le maire d'Anglet l'a mise en demeure de déposer deux panneaux publicitaires situés rue de Lembeye dans un délai de 15 jours à compter de leur notification sous astreinte de 85,80 euros par jour de retard et par dispositif ; que la SOCIETE L. et P. PUBLICITE EXTERIEURE interjette appel de ce jugement ;

Considérant qu'aux termes de l'article L. 581-19 du code de l'environnement : « Les pré-enseignes sont soumises aux dispositions qui régissent la publicité… Un décret en Conseil d'Etat détermine les cas et les conditions dans lesquelles l'installation de pré-enseignes peut déroger aux dispositions visées au premier alinéa du présent article lorsqu'il s'agit de signaler les activités soit particulièrement utiles pour les personnes en déplacement ou liées à des services publics ou d'urgence, soit s'exerçant en retrait de la voie publique, soit en relation avec la fabrication ou la vente de produits du terroir par des entreprises locales» ; qu'aux termes de l'arrêté du maire d'Anglet du 5 avril 1993 portant création d'une zone de publicité restreinte : « Chapitre I Publicité PUB1 Anglet : La publicité est interdite : … d) dans les sites suivants : A moins de 50 m de part et d' autre de l'alignement du boulevard du BAB… Chapitre III Pré-enseignes : … Les pré-enseignes sont soumises aux dispositions qui régissent la publicité à l'exception des dispositions de localisation… » ; qu'il ressort des pièces du dossier que les dispositifs litigieux, en raison des informations qu'ils délivrent sur l'itinéraire à suivre pour se rendre à des grandes surfaces commerciales, doivent être regardés non comme des pré-enseignes soumises aux dispositions du chapitre 3 du règlement local de publicité de la commune d'Anglet mais comme des dispositifs publicitaires soumis à l'ensemble des dispositions du chapitre 1, relatif à la publicité, du même règlement ;

Considérant qu'il ressort des pièces du dossier, notamment des procès-verbaux produits, que les dispositifs litigieux sont implantés à moins de cinquante mètres de l'alignement du boulevard du BAB ; qu'en outre, ces dispositifs ne sont pas au nombre de ceux énumérés par l'article L. 581-19 du code de l'environnement dont les conditions d'implantation peuvent déroger aux dispositions qui régissent la publicité ; que, par suite, la SOCIETE L. et P. PUBLICITE EXTERIEURE n'est pas fondée à soutenir que les arrêtés attaqués, qui pouvaient être pris sur le seul motif tiré de la méconnaissance de l'article Chapitre I Publicité PUB 1 Anglet d) de l'arrêté municipal du 5 avril 1993, sont entachés d'erreur de droit ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que la SOCIETE L. et P. PUBLICITE EXTERIEURE n'est pas fondée à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, qui a répondu à tous les moyens soulevés, le Tribunal administratif de Pau a rejeté ses demandes tendant à l'annulation des arrêtés litigieux du 10 mars 2005 du maire de la commune d'Anglet ;


Considérant que les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que l'Etat, qui n'est pas la partie perdante dans la présente instance, soit condamné à verser à la SOCIETE L. et P. PUBLICITE EXTERIEURE la somme qu'elle demande au titre des frais de procès non compris dans les dépens ; qu'il n'y a pas lieu, dans les circonstances de l'affaire, de condamner la SOCIETE L. et P. PUBLICITE EXTERIEURE à verser à la commune d'Anglet la somme qu'elle demande sur le même fondement ;

DECIDE :



Article 1er : La requête de la SOCIETE L. et P. PUBLICITE EXTERIEURE est rejetée.

Article 2 : Les conclusions de la commune d'Anglet tendant au bénéfice des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative sont rejetées.

2
No 06BX01675


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. LEDUCQ
Rapporteur ?: M. Pierre LARROUMEC
Rapporteur public ?: Mme BALZAMO
Avocat(s) : BONFILS

Origine de la décision

Formation : 1ère chambre - formation à 3
Date de la décision : 03/04/2008

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.