Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 1ère chambre - formation à 3, 02 octobre 2008, 07BX00702

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 07BX00702
Numéro NOR : CETATEXT000019648946 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2008-10-02;07bx00702 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée au greffe de la cour le 30 mars 2007, sous le n° 07BX00702, présentée pour M. Camille X, demeurant ..., par Maître Rolfo, avocat ;

M. X demande à la cour :

1°) d'annuler le jugement n° 0401574 du 23 janvier 2007 par lequel le Tribunal administratif de Pau a rejeté sa demande tendant à la condamnation des Hôpitaux de Lannemezan à lui verser une somme de 20.000 euros en réparation du préjudice moral qu'il a subi du fait du suicide de son fils ;

2°) de condamner les Hôpitaux de Lannemezan à lui verser cette somme ;

3°) de condamner les Hôpitaux de Lannemezan à lui verser une somme de 2.000 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

..........................................................................................................

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 4 septembre 2008,

- le rapport de M. Lafon, conseiller ;

- et les conclusions de M. Zupan, commissaire du gouvernement ;

Considérant que M. Camille X interjette appel du jugement en date du 23 janvier 2007 par lequel le Tribunal administratif de Pau a rejeté sa demande tendant à la condamnation des Hôpitaux de Lannemezan à l'indemniser du préjudice moral subi à la suite du suicide de son fils, M. Régis X ;

Considérant qu'il résulte de l'instruction que M. Régis X, alors incarcéré à la maison d'arrêt de Tarbes, a fait l'objet d'une hospitalisation d'office aux Hôpitaux de Lannemezan à compter du 4 septembre 2003 pour préparer sa sortie prévue le 24 septembre 2003 ; que cette hospitalisation était motivée par un comportement agressif à l'égard des autres et notamment de sa mère ; que le dossier ne fait état d'aucune tendance suicidaire ; que si l'hospitalisation d'office a été prolongée le 1er octobre 2003 et le 29 décembre 2003, l'évolution favorable de l'état psychologique de M. Régis X a justifié d'une part, une autorisation de sorties d'essai dans l'enceinte de l'hôpital à partir du 16 janvier 2004 et d'autre part, la levée de la mesure d'hospitalisation à partir du 18 février 2004 ; que ce même jour, avant la transmission aux hôpitaux de Lannemezan de la décision levant la mesure d'hospitalisation d'office, M. Régis X a été raccompagné à 17 heures 30 dans sa chambre par une infirmière qui n'a relevé aucun élément qui aurait pu alerter le personnel soignant ; que son corps inanimé a été découvert à 18 heures 10 à la suite de l'alerte donnée par un autre patient ; qu'ainsi, dès lors que ni l'état de santé de M. Régis X ni le régime de l'hospitalisation d'office n'impliquaient la surveillance continue et permanente du patient, les Hôpitaux de Lannemezan doivent être regardés comme ayant pris des mesures suffisantes et adaptées compte tenu des antécédents et de l'état de santé de M. Régis X ; que, par suite, les Hôpitaux de Lannemezan n'ont commis aucune faute de nature à engager leur responsabilité ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que M. Camille X n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Pau a rejeté sa demande ;

Considérant que les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que les Hôpitaux de Lannemezan, qui ne sont pas dans la présente instance la partie perdante, soient condamnés à verser à M. X la somme qu'il réclame sur leur fondement ; que, dans les circonstances de l'espèce, il n'y a pas lieu d'accorder aux Hôpitaux de Lannemezan le bénéfice de ces mêmes dispositions ;

DECIDE :

Article 1er : La requête de M. Camille X est rejetée.

Article 2 : Les conclusions des Hôpitaux de Lannemezan tendant au bénéfice des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative sont rejetées.

2

No 07BX00702


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. LEDUCQ
Rapporteur ?: M. Nicolas LAFON
Rapporteur public ?: M. ZUPAN
Avocat(s) : ROLFO

Origine de la décision

Formation : 1ère chambre - formation à 3
Date de la décision : 02/10/2008

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.