Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 1ère chambre - formation à 3, 13 novembre 2008, 07BX01663

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 07BX01663
Numéro NOR : CETATEXT000019801712 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2008-11-13;07bx01663 ?

Texte :

Vu I°) la requête, enregistrée au greffe de la cour le 1er août 2007 sous le n° 07BX01663, présentée pour la COMMUNE DE GAILLAN EN MEDOC, représentée par son maire, par Me Pagnoux, avocat ;

La COMMUNE DE GAILLAN EN MEDOC demande à la cour :

1°) d'annuler le jugement en date du 7 juin 2007 par lequel le Tribunal administratif de Bordeaux a annulé, à la demande de M. et Mme X, le permis de construire accordé à M. et Mme Y pour la construction d'un bâtiment à usage de « stockage de matériel » ;

2°) de rejeter la demande présentée par M. et Mme X devant le Tribunal administratif de Bordeaux et de les condamner à lui verser la somme de 2.000 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

..........................................................................................................

Vu II°) la requête, enregistrée au greffe de la cour le 3 août 2007 sous le n° 07BX01686, présentée pour M. et Mme Jean-Pierre Y demeurant 69 rue Marcou à Lesparre-Médoc ( 33340 ) par Me Ruffié ;

M. et Mme Y demandent à la cour :

1°) d'annuler le jugement en date du 7 juin 2007 par lequel le Tribunal administratif de Bordeaux a annulé, à la demande de M. et Mme X, le permis de construire accordé à M. et Mme Y pour la construction d'un bâtiment à usage de « stockage de matériel » ;

2°) de rejeter la demande présentée par M. et Mme X devant le Tribunal administratif de Bordeaux et de les condamner à leur verser la somme de 2.000 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

..........................................................................................................

Vu les autres pièces produites et jointes aux dossiers ;

Vu la loi n° 2000-321 du 12 avril 2000 ;

Vu le code de l'urbanisme ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 16 octobre 2008,

- le rapport de M. Larroumec, président assesseur ;

- les observations de Me Pagnoux, avocat de la COMMUNE DE GAILLAN EN MEDOC ;

- les observations de Me Chopinaud, substituant Me Ruffie du cabinet Lexia, avocat de M. et Mme Y ;

- les observations Me Laveissière, avocat de M. et Mme X ;

- et les conclusions de M. Zupan, commissaire du gouvernement ;

Considérant que les requêtes enregistrées au greffe de la cour sous les numéros 07BX01663 et 07BX01685 sont dirigées contre le même jugement ; qu'il y a lieu de les joindre pour y statuer par un même arrêt ;

Sur la recevabilité de la demande :

Considérant qu'il ne ressort pas des pièces du dossier que le permis de construire en date du 29 novembre 2004 délivré à M. et Mme Y pour l'édification d'un bâtiment à usage de « stockage de matériel » ait fait l'objet d'un affichage en mairie et sur le terrain ; qu'ainsi, en vertu des dispositions de l'article R. 490-7 du code de l'urbanisme alors applicable, le délai de recours contentieux à l'encontre dudit permis n'avait pas commencé à courir à l'égard de M. et Mme X ; que par suite, leur demande d'annulation de ce permis de construire, enregistrée au greffe du Tribunal administratif de Bordeaux le 23 mai 2005, n'était pas tardive ;

Sur la légalité du permis de construire du 29 novembre 2004 :

Considérant qu'aux termes de l'article NC 1 du règlement du plan d'occupation des sols de la commune de GAILLAN EN MEDOC : « Ne sont admises que les occupations et utilisations des sols suivantes : 1- Les constructions à usage d'habitation directement liées et nécessaires à l'activité des exploitations agricoles ou sylvicoles de la zone (...) 2- Les bâtiments d'exploitation agricole ou sylvicole. » ; que si la demande de permis de construire déposée par M. et Mme Y en vue de régulariser une construction fait état à la rubrique 37 d'un hangar de « stockage de matériel », sans plus de précisions, l'administration a instruit cette demande en considérant que le hangar avait une destination agricole comme cela était d'ailleurs mentionné dans les plans du projet joint à la demande ; que la seule circonstance que le bâtiment abritait, à la date de la délivrance de l'autorisation, un « mobil-home » qui faisait l'objet d'une tolérance provisoire de la commune et dont il n'est pas établi qu'il était occupé à cette date, n'est pas de nature à donner une destination d'habitation audit bâtiment ; que par suite, c'est à tort que le Tribunal administratif de Bordeaux a considéré que le permis de construire litigieux concernait la régularisation d'une construction à usage d'habitation dont il n'était pas établi qu'elle serait liée et nécessaire à une quelconque exploitation agricole ou sylvicole et a annulé pour ce motif le permis de construire ;

Considérant, toutefois, qu'il appartient à la cour, saisi de l'ensemble du litige par l'effet dévolutif de l'appel, d'examiner les autres moyens soulevés par M. et Mme X ;

Considérant qu'aux termes de l'article 4 de la loi du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs relations avec l'administration : « Toute décision prise par l'une des autorités administratives mentionnées à l'article 1er comporte, outre la signature de son auteur, la mention, en caractères lisibles, du prénom, du nom et de la qualité de celui-ci » ; qu'il ressort des pièces du dossier que l'arrêté en date du 29 novembre 2004 du maire de la COMMUNE DE GAILLAN EN MEDOC accordant un permis de construire à M. et Mme Y s'il comporte la qualité du signataire, n'indique ni son nom ni son prénom ; que, dès lors, cette décision est entachée d'une irrégularité substantielle et, par suite, d'illégalité ;

Considérant que, pour l'application de l'article L. 600-4-1 du code de l'urbanisme, en l'état du dossier soumis à la cour, aucun autre moyen n'est susceptible d'entraîner l'annulation du permis de construire en date du 29 novembre 2004 ;

Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que ni la COMMUNE DE GAILLAN EN MEDOC ni M. et Mme Y ne sont fondés à se plaindre de ce que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Bordeaux a annulé le permis de construire en date du 29 novembre 2004 ;

Sur les frais exposés et non compris les dépens :

Considérant que les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que M. et Mme X, qui ne sont pas la partie perdante dans la présente instance, soient condamnés à payer à la COMMUNE DE GAILLAN EN MEDOC et à M. et Mme Y la somme que ceux-ci réclament au titre des frais exposés par eux et non compris dans les dépens ; qu'il n'y a pas lieu, dans les circonstances de l'espèce, d'accorder à M. et Mme X le bénéfice des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

DECIDE :

Article 1er : Les requêtes de la COMMUNE DE GAILLAN EN MEDOC et de M. et Mme Y sont rejetées.

Article 2 : Les conclusions de M. et Mme X tendant au bénéfice de l'article L. 761-1 du code de justice administrative sont rejetées.

2

Nos 07BX01663 - 07BX01686


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. LEDUCQ
Rapporteur ?: M. Pierre LARROUMEC
Rapporteur public ?: M. ZUPAN
Avocat(s) : LAVEISSIERE

Origine de la décision

Formation : 1ère chambre - formation à 3
Date de la décision : 13/11/2008

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.