Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 1ère chambre - formation à 3, 22 janvier 2009, 07BX01687

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 07BX01687
Numéro NOR : CETATEXT000020212757 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2009-01-22;07bx01687 ?

Texte :

Vu la requête et le mémoire complémentaire, enregistrés au greffe de la cour le 3 août et le 10 décembre 2007 sous le n° 07BX01687, présentés pour la SOLIDARITE MUTUALISTE, dont le siège est 34 rue des Martyrs à Paris cedex, par la SCP Peignot et Garreau, avocats au Conseil d'Etat et à la Cour de cassation ;

La SOLIDARITE MUTUALISTE demande à la cour :

- d'annuler le jugement en date du 12 juin 2007 par lequel le Tribunal administratif de Saint-Pierre-et-Miquelon a rejeté sa demande tendant à l'annulation de la décision du 26 janvier 2005 par laquelle le directeur du centre hospitalier François Dunan a refusé de procéder à la révision de la facturation des journées d'hospitalisation pour les années 2001 à 2003 et de la décision implicite du ministre de la santé refusant de procéder à cette révision et d'établir la tarification des soins externes de courte durée ;

- d'annuler les décisions attaquées ;

- subsidiairement d'ordonner une expertise ;

- de condamner l'Etat et le centre hospitalier à lui verser une somme de 6.000 euros sur le fondement de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

.........................................................................................................

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de la sécurité sociale ;

Vu le code de la mutualité ;

Vu le code de la santé publique;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 11 décembre 2008,

- le rapport de Mme Balzamo, premier conseiller ;

- les observations de Me Etcheverry de la SCP Peignot-Garreau, avocat de la SOLIDARITE MUTUALISTE ;

- et les conclusions de M. Zupan, commissaire du gouvernement ;

Considérant que la SOLIDARITE MUTUALISTE fait appel du jugement du Tribunal administratif de Saint-Pierre-et-Miquelon, en date du 12 juin 2007, rejetant sa demande tendant à l'annulation de la décision du 26 janvier 2005 par laquelle le directeur du centre hospitalier François Dunan a refusé de procéder à la révision de la facturation des journées d'hospitalisation pour les années 2001 à 2003 et la décision implicite du ministre de la santé refusant de procéder à cette révision ;

Considérant qu'aux termes de l'article R. 411-6 du code de justice administrative : « A l'exception de la notification de la décision prévue aux articles R. 751-1 à R. 751-4, les actes de procédure sont accomplis à l'égard du mandataire ou du représentant unique mentionné à l'article R. 411-5 selon le cas. » ;

Considérant qu'il ressort des pièces du dossier de première instance que le tribunal administratif n'a pas convoqué à l'audience le mandataire de la SOLIDARITE MUTUALISTE ; que par suite, le jugement attaqué a été rendu à la suite d'une procédure irrégulière ; qu'il doit en conséquence être annulé ;

Considérant qu'il y a lieu d'évoquer et de statuer immédiatement sur la demande de la SOLIDARITE MUTUALISTE ;

Considérant que la SOLIDARITE MUTUALISTE soutient que le centre hospitalier François Dunan de Saint-Pierre-et-Miquelon facture, de manière systématique, à ses adhérents des journées complètes d'hospitalisation au lieu de soins externes ;

Considérant que le courrier adressé le 3 mars 2004 par le médecin conseil de la caisse de prévoyance sociale de Saint-Pierre-et-Miquelon se borne à préciser que, pour les mois de décembre 2003 et janvier 2004, seuls deux patients adhérents de la mutuelle justifiaient médicalement la facturation d'une journée complète d'hospitalisation ; qu'aucune précision n'est apportée par la mutuelle sur le nombre total de journées d'hospitalisation mises à sa charge pour la même période malgré la demande qui lui en avait été faite par le médecin conseil ; que, par ailleurs, le courrier du 3 novembre 2004 adressé par le médecin conseil à la mutuelle se borne à préciser que sur neuf dossiers d'hospitalisation d'une journée, en juillet, août et décembre 2003, l'hospitalisation d'un jour n'était justifiée que dans cinq cas ; que la mutuelle n'établit par aucun document que d'autres cas que les cinq qui ont été relevés lui auraient été facturés ; qu'enfin les factures produites par la SOLIDARITE MUTUALISTE pour deux de ses adhérents en octobre 2002 et novembre 2005 ne démontrent pas, à elles seules, que les hospitalisations d'un jour correspondantes n'étaient pas justifiées ; qu'en outre, le service médical de la caisse de prévoyance sociale n'a refusé aucune prise en charge des journées d'hospitalisation que la mutuelle conteste ; que, dès lors, la SOLIDARITE MUTUALISTE, qui n'établit pas se trouver dans l'impossibilité de justifier ses affirmations, n'apporte pas la preuve que le centre hospitalier facturerait indûment des journées d'hospitalisation à ses adhérents ;

Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède, et sans qu'il y ait lieu d'ordonner l'expertise sollicitée, que la SOLIDARITE MUTUALISTE n'est pas fondée à demander l'annulation de la décision du 26 janvier 2005 par laquelle le directeur du centre hospitalier François Dunan a refusé de procéder à la révision de la facturation à ses adhérents de journées d'hospitalisation pour les années 2001 à 2003 et la décision implicite du ministre de la santé refusant de procéder à cette révision et d'établir la tarification des soins externes de courte durée ;

Considérant que les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que l'Etat et le centre hospitalier François Dunan, qui ne sont pas les parties perdantes dans la présente instance, soient condamnés à verser à la SOLIDARITE MUTUALISTE la somme qu'elle demande au titre des frais exposés et non compris dans les dépens ; qu'il y a lieu en revanche de condamner la SOLIDARITE MUTUALISTE à verser la somme de 1.300 euros au centre hospitalier François Dunan sur le fondement des mêmes dispositions ;

DÉCIDE :

Article 1er : Le jugement du Tribunal administratif de Saint-Pierre-et-Miquelon du 12 juin 2007 est annulé.

Article 2 : La demande de la SOLIDARITE MUTUALISTE devant le tribunal et le surplus de ses conclusions devant la cour sont rejetés.

Article 3 : La SOLIDARITE MUTUALISTE versera une somme de 1.300 euros au centre hospitalier François Dunan au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative.

2

No 07BX01687


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. LEDUCQ
Rapporteur ?: Mme Evelyne BALZAMO
Rapporteur public ?: M. ZUPAN
Avocat(s) : SCP PEIGNOT, GARREAU

Origine de la décision

Formation : 1ère chambre - formation à 3
Date de la décision : 22/01/2009

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.