Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 5ème chambre (formation à 3), 08 mars 2010, 09BX02228

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 09BX02228
Numéro NOR : CETATEXT000021995839 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2010-03-08;09bx02228 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée le 15 septembre 2009, sous le n° 09BX02228, présentée pour Mme Chantal X, demeurant ... ; Mme X demande à la cour :

1°) d'annuler le jugement du 15 juillet 2009 du tribunal administratif de Bordeaux en ce qu'il a rejeté ses demandes tendant d'une part à l'annulation de la décision implicite par laquelle le président du conseil général de la Gironde a rejeté sa demande du 1er février 2007 tendant à l'indemnisation de son préjudice résultant du défaut de reconnaissance de sa qualité d'agent non titulaire ainsi que de la décision expresse du 9 juillet 2007 de cette même autorité en tant qu'elle ne lui accorde qu'une indemnisation partielle, d'autre part, à ce que soit ordonnée avant dire droit une mesure d'expertise aux fins d'évaluation du préjudice subi, et, à défaut de cette expertise, à la condamnation du département de la Gironde à lui verser la somme de 131 548 euros en réparation de son préjudice matériel et la somme de 75 000 euros en réparation de son préjudice moral ;

2°) d'annuler les décisions du président du conseil général de la Gironde, d'ordonner avant dire droit une mesure d'expertise, à la charge du département, aux fins d'évaluation du préjudice financier subi, et, à défaut de cette expertise, de condamner le département de la Gironde, d'une part, à lui verser en réparation de son préjudice matériel et de carrière, la somme de 142 201 euros majorée des intérêts à compter de la demande, ceux-ci devant être capitalisés, d'autre part, à payer les cotisations sociales et à lui remettre les bulletins de salaires correspondants ;

3°) de mettre à la charge du département de la Gironde la somme de 2 500 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

.....................................................................................................................

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu l'ordonnance reportant au 20 janvier 2010 la clôture de l'instruction ;

Vu la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 ;

Vu le décret n° 88-145 du 15 février 1988 ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 8 février 2010 :

- le rapport de Mme Boulard, président assesseur ;

- les observations de Me Cesso, avocat de Mme X ;

- les observations de Mme Tardif, représentant le département de la Gironde ;

- les conclusions de Mme Dupuy, rapporteur public ;

La parole ayant à nouveau été donnée aux parties ;

Considérant que Mme X, recrutée comme vacataire depuis le 1er novembre 1991 par le département de la Gironde pour exercer des fonctions de psychosociologue, avait demandé en vain au président du conseil général de ce département de lui reconnaître le bénéfice des dispositions du décret n° 88-145 du 15 février 1988 modifié relatif aux agents non titulaires de la fonction publique territoriale pour la période au cours de laquelle elle était restée contractuelle ; que l'intéressée ayant saisi le tribunal administratif de Bordeaux d'un recours pour excès de pouvoir dirigé contre les refus opposés à sa demande, le tribunal l'a déboutée par un jugement que la présente cour a annulé, par son arrêt n° 02BX01108 du 23 juin 2005, de même qu'elle a annulé les refus contestés ; que cette annulation a été prononcée par la cour au motif que Mme X, engagée par un contrat à durée indéterminée pour exercer de façon permanente les fonctions de psychosociologue, ne pouvait être regardée comme un agent vacataire mais devait être tenue pour un agent non titulaire relevant des dispositions du décret du 15 février 1988 ; que, par lettre du 1er février 2007, Mme X a demandé au président du conseil général de la Gironde de procéder, en exécution de l'arrêt du 23 juin 2005, à la requalification de son engagement en lui reconnaissant sa qualité d'agent non titulaire et de tirer les conséquences notamment financières de cette requalification ; que, le 31 mai 2007, elle a saisi le tribunal administratif de conclusions dirigées contre le refus implicitement opposé à sa demande du 1er février 2007, puis, le 10 septembre 2007, de conclusions dirigées contre la décision expresse du 9 juillet 2007 du président du conseil général de la Gironde en tant qu'elle faisait une estimation insuffisante des sommes qui lui étaient dues ; qu'elle a accompagné ces conclusions à fin d'annulation de conclusions tendant au paiement d'une somme de 131 548 euros en réparation du préjudice matériel subi et de reconstitution de carrière et d'une somme de 75 000 euros en réparation de son préjudice moral ; qu'après avoir joint les demandes de Mme X, le tribunal administratif de Bordeaux a, par jugement du 15 juillet 2009, condamné le département de la Gironde à lui verser la somme de 2 000 euros en réparation de son préjudice moral et rejeté le surplus de ces demandes ; que, Mme X fait appel de ce jugement en précisant qu'elle ne conteste pas l'indemnité allouée au titre de son préjudice moral ;

Considérant que la lettre précitée du président du conseil général de la Gironde en date du 9 juillet 2007 informe la requérante, d'une part, de ce que ses services procèdent à la requalification de son engagement sur le fondement du décret du 15 février 1988, d'autre part, de ce qu'une somme nette de 28 928,83 euros lui sera versée, correspondant à une somme de 34 753,86 euros brut au titre des rappels de rémunération, congés annuels, jours fériés , diminuée de la somme de 781,96 euros relative aux charges salariales dues à l'IRCANTEC ainsi que de la somme de 5 043,07 euros relative aux charges salariales dues à l'URSSAF pour la période du 1er novembre 1991 au 30 avril 2004 ; que, par arrêté du 9 juillet 2007 le président du conseil général de la Gironde a confirmé la reconnaissance à Mme X de sa qualité d'agent non titulaire exerçant les fonctions de contractuel psychologue et ordonné le versement des sommes correspondant à cette requalification pour la période du 1er novembre 1991 au 30 avril 2004 ; que cet acte, qui omettait la période allant du 1er mai 2004 au 31 mai 2005, a été modifié par un arrêté du 15 octobre 2007, qui a révisé la situation de Mme X au titre de l'ensemble de la période du 1er novembre 1991 au 31 mai 2005 et ordonné le paiement des sommes correspondantes, ce qui a conduit à l'attribution d'une somme supplémentaire brute de 9 967,73 euros ; que le litige ne subsistant qu'au regard des conséquences financières à tirer de la requalification de l'engagement de Mme X au cours de la période où elle est restée contractuelle, laquelle requalification a été formalisée par l'arrêté précité du 9 juillet 2007 modifié le 15 octobre suivant, son appel, qui tend au paiement de sommes supérieures à celles attribuées par le département à la suite de la révision de sa situation au titre de la même période, doit être regardé comme étant formé pour le tout en plein contentieux ; que cet appel, présenté par une requête accompagnée du jugement attaqué, est, contrairement à ce que soutient le département, recevable au regard des dispositions combinées des articles R. 412-1 et R. 811-13 du code de justice administrative ;

Sur la régularité du jugement :

Considérant que le tribunal, qui n'était pas tenu de répondre à tous les arguments dont la requérante a étayé ses moyens présentés à l'appui de ses prétentions pécuniaires, a suffisamment répondu à ces moyens ; que la motivation du jugement, indépendamment de sa pertinence, ne révèle pas que le tribunal, saisi, comme le relève l'intéressée, d'autres demandes d'agents du département initialement recrutés en tant que vacataires comme elle, se serait abstenu de procéder à l'examen individuel des pièces de son propre dossier ;

Sur le bien-fondé des prétentions de la requérante :

Considérant que pour déterminer les droits pécuniaires de Mme X, le département a comparé, pour chaque année de la période en cause, les rémunérations effectivement perçues par elle en tant que vacataire et celles que, selon ses calculs, elle aurait dû percevoir en tant qu'agent non titulaire relevant du décret précité du 15 février 1988 ; qu'il a ajouté à ces dernières rémunérations les primes qu'il a regardées comme dues aux agents non titulaires ainsi qu'une indemnité pour congés et jours fériés ; que la requérante conteste la majeure partie des éléments de ce calcul ;

Considérant que le département soutient avoir fait évoluer le traitement de la requérante en fonction de la progression du point d'indice applicable aux agents de la fonction publique territoriale, mais ni les tableaux qu'il produit ni ses écritures ne permettent d'identifier la façon dont a été prise en compte cette progression du point d'indice au regard de la majoration procédant, pour la période en cause, des modifications apportées au décret n° 85-1148 du 24 octobre 1985 relatif à la détermination du traitement des personnels civils et militaires de l'Etat et des personnels des collectivités territoriales ; que, pour ce qui est des indemnités représentatives des congés annuels, les tableaux fournis ne permettent pas de contrôler, pour chaque année, le nombre de jours effectivement pris en compte à ce titre ; que ces tableaux, et pas davantage les écritures du département, n'explicitent le mode de rétribution des jours de congé annuel non plus que le mode de rétribution des jours dits du président et des jours fériés ; qu'il y a lieu, avant de statuer sur le bien-fondé des prétentions de la requérante, d'ordonner un supplément d'instruction et d'inviter le département à présenter tout complément d'information et toute précision utile sur ces points ;

Considérant qu'il convient également d'inviter, avant dire droit, le département à compléter la production des documents attestant, pour l'ensemble de la période en litige, des régularisations opérées, à raison des sommes allouées à la requérante, auprès de l'union de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d'allocations familiales (URSSAF) de la Gironde et de l'institution de retraite complémentaire des agents non titulaires de l'Etat et des collectivités publiques (IRCANTEC) ;

DECIDE :

Article 1er : Avant de statuer sur les conclusions de la requête, il est procédé à un supplément d'instruction tendant à la production par le département de la Gironde des éléments mentionnés dans les motifs du présent arrêt.

Article 2 : Il est imparti au département de la Gironde un délai d'un mois à compter de la notification de la présente décision pour faire parvenir au greffe de la cour les éléments visés à l'article 1er ci-dessus.

''

''

''

''

4

No 09BX02228


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. DE MALAFOSSE
Rapporteur ?: Mme Dominique BOULARD
Rapporteur public ?: Mme DUPUY
Avocat(s) : SCP GAUTIER FONROUGE

Origine de la décision

Formation : 5ème chambre (formation à 3)
Date de la décision : 08/03/2010

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.