Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 4ème chambre (formation à 3), 18 juillet 2011, 09BX01421

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 09BX01421
Numéro NOR : CETATEXT000024447639 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2011-07-18;09bx01421 ?

Analyses :

Communautés européennes et Union européenne - Litiges relatifs au versement d'aides communautaires.


Texte :

Vu la requête, enregistrée le 22 juin 2009, présentée pour l'ETABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL DES PRODUITS DE L'AGRICULTURE ET DE LA MER (FranceAgriMer) venant aux droits de l'OFFICE NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DES FRUITS, DES LEGUMES, DES VINS ET DE L'HORTICULTURE venant lui-même aux droits de l'OFFICE NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DES FRUITS, DES LEGUMES ET DE L'HORTICULTURE, dont le siège est au 12 rue Henri Rol-Tanguy à Montreuil-sous-Bois Cedex (93555), par Me Pigassou ; l'ETABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL DES PRODUITS DE L'AGRICULTURE ET DE LA MER (FranceAgriMer) demande à la cour :

1°) d'annuler le jugement n° 0402208 du 21 avril 2009 par lequel le Tribunal administratif de Toulouse a, à la demande de la société Ladybird, annulé le titre de recettes émis le 2 avril 2004 pour un montant de 107 358 euros ;

2°) de rejeter la demande de la société Ladybird ;

3°) subsidiairement, de saisir la Cour de justice des communautés européennes de deux questions préjudicielles ;

4°) de condamner la société Ladybird à lui verser la somme de 1 500 euros sur le fondement de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

..........................................................................................................

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le règlement (CEE) n° 4045/89 du Conseil, du 21 décembre 1989, relatif aux contrôles, par les États membres, des opérations faisant partie du système de financement par le Fonds européen d'orientation et de garantie agricole, section garantie , et abrogeant la directive 77/435/CEE ;

Vu le règlement (CE Euratom) du Conseil n° 2988/95 du 18 décembre 1995 relatif à la protection des intérêts financiers de la Communauté ;

Vu le règlement (CE) du Conseil n° 2200/96 du 28 octobre 1996 relatif aux programmes opérationnels, aux fonds opérationnels et à l'aide financière communautaire des organisations de producteurs dans le secteur des fruits et légumes ;

Vu le règlement (CE) de la Commission n° 411/97 du 3 mars 1997 portant modalités d'application du règlement (CE) du Conseil n° 2200/96 en ce qui concerne les programmes opérationnels, les fonds opérationnels et l'aide financière communautaire ;

Vu le code rural ;

Vu l'ordonnance n° 2009-325 du 25 mars 2009 relative à la création de l'Agence de services et de paiement et de l'Etablissement national des produits de l'agriculture et de la mer ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu à l'audience publique du 16 juin 2011 :

- le rapport de Mme Madelaigue, premier conseiller ;

- les observations de Me Carteret, pour la société Ladybird ;

- les conclusions de M. Normand, rapporteur public ;

La parole ayant à nouveau été donnée aux parties :

Considérant que la société Ladybird, reconnue en qualité d'organisation de producteurs, a déposé un programme opérationnel pour la période du 1er janvier au 31 décembre 1998 et a reçu une aide financière du Fonds européen d'orientation et de garantie agricole (FEOGA), section garantie, versée par l'OFFICE NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DES FRUITS, DES LEGUMES ET DE L'HORTICULTURE (ONIFLHOR), d'un montant de 704 222,65 francs, soit 107 358,05 euros ; qu'un contrôle de la direction générale des douanes et droits indirects, réalisé du 22 mars au 25 juillet 2001, a révélé des irrégularités dans l'exécution du programme ; que par un titre de recettes émis le 2 avril 2004 à l'encontre de la société Ladybird, il a été réclamé le remboursement de l'aide à concurrence de 107 358 euros ; que l'ETABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL DES PRODUITS DE L'AGRICULTURE ET DE LA MER, venant aux droits de l'OFFICE NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DES FRUITS, DES LEGUMES, DES VINS ET DE L'HORTICULTURE venant lui-même aux droits de l'ONIFLHOR relève appel du jugement en date du 21 avril 2009 par lequel le Tribunal administratif de Toulouse a annulé le titre de recettes ;

Sans qu'il soit besoin de statuer sur la fin de non-recevoir opposée par la société Ladybird :

Considérant qu'aux termes de l'article 2 paragraphe 4 du règlement communautaire n° 4045/89 du conseil du 21 décembre 1989 dans sa rédaction issue du règlement 3094/94 du 12 décembre 1994 : 1. Les Etats membres procèdent à des contrôles des documents commerciaux des entreprises (...) 4- La période de contrôle se situe entre le 1er juillet et le 30 juin de l'année suivante. Le contrôle porte sur une période d'au moins douze mois s'achevant au cours de la période précédente ; il peut être étendu pour les périodes à déterminer par l'Etat membre, précédant ou suivant la période de douze mois ; qu'aux termes de l'article 3 du règlement communautaire n° 2988/95 du 18 décembre 1995 : 1. Le délai de prescription des poursuites est de quatre ans à partir de la réalisation de l'irrégularité (...). Toutefois, les réglementations sectorielles peuvent prévoir un délai inférieur qui ne saurait aller en deçà de trois ans. (...) 3. Les Etats membres conservent la possibilité d'appliquer un délai plus long que celui prévu respectivement au paragraphe 1 et au paragraphe 2. ;

Considérant, en premier lieu, que les dispositions précitées du règlement n° 4045/89 du conseil du 21 décembre 1989 n'autorisent pas les Etats membres à modifier la période au cours de laquelle les contrôles des documents commerciaux des entreprises peuvent être engagés, laquelle se situe nécessairement entre le 1er juillet et le 30 juin de l'année suivante, la période vérifiée devant s'achever au cours des douze mois qui précède celle où les opérations de contrôle sont engagées ; que ces dispositions leur confèrent seulement la possibilité d'étendre la période vérifiée fixée réglementairement à douze mois au moins ; qu'il s'ensuit que le moyen tiré de ce que ces dispositions n'imposeraient pas l'adoption par un Etat membre d'un texte national postérieur et spécifique pour étendre les périodes de contrôle doit être écarté comme inopérant ;

Considérant, en deuxième lieu, qu'il ne résulte pas davantage d'une disposition législative ou réglementaire que les autorités françaises, usant de la faculté ouverte par le règlement communautaire n° 4045/89 du Conseil du 21 décembre 1989, auraient décidé d'étendre la période vérifiée à celle précédant ou suivant la période de douze mois, mentionnée au paragraphe 4 de l'article 2 dudit règlement ;

Considérant, en troisième lieu, qu'il ne résulte pas des dispositions du règlement n° 4045/89 du Conseil européen du 21 décembre 1989 ni d'aucune autre disposition que l'article 2 précité se serait borné à créer des obligations à l'intention des seuls Etats membres et que ces règles ne pourraient être invoquées par les particuliers qui font l'objet des contrôles ;

Considérant, en quatrième lieu, que le paragraphe 4 de l'article 2 du règlement n° 4045/89 du Conseil du 21 décembre 1989 vise clairement les règles d'engagement des contrôles alors que l'article 3 du règlement 2988/95 du Conseil du 18 décembre 1995 précité fixe le délai dans lequel les poursuites pour le recouvrement des créances peuvent être utilement engagées ; qu'ainsi, outre que les règles qui s'appliquent au contrôle et issues du règlement communautaire n° 4045/89 sont distinctes de celles de l'article 3 énoncées dans le règlement 2988/95, leur objet est différent puisque les unes tendent à constater l'existence d'une dette et les autres à la recouvrer et que le point de départ des délais de contrôle, qui se calcule au plus tard à partir de la fin de la période soumise à contrôle, est différent du point de départ du délai de poursuite qui est la réalisation de l'irrégularité ; que, par suite, tant les textes que l'économie mêmes des procédures s'opposent à ce que le régime de prescription applicable aux poursuites puisse être étendu aux règles applicables aux contrôles ; que, dès lors, l'ETABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL DES PRODUITS DE L'AGRICULTURE ET DE LA MER ne peut justifier de la régularité du contrôle effectué en se prévalant des dispositions de l'article 3 du règlement 2988/95 ainsi que de l'interprétation que leur a donnée la Cour de justice des communautés européennes, lesquelles sont uniquement relatives à la prescription des poursuites ;

Considérant, en cinquième lieu, que les prescriptions qui s'évincent de l'article 2 du règlement n° 4045/89 du Conseil du 21 décembre 1989 ne sont pas en contradiction avec les dispositions de l'article 3 du même règlement prescrivant aux entreprises de conserver au moins trois ans leurs documents commerciaux dès lors que le règlement définit seulement un délai de reprise durant lequel les groupes de producteurs peuvent faire l'objet d'un contrôle sur l'emploi des aides et ne fait pas obstacle à d'autres contrôles qui pourraient par ailleurs être exercés sur les documents commerciaux ;

Considérant, en sixième lieu, que la circonstance que le règlement communautaire n° 4045/89 ne prévoit pas de sanction en cas de non-respect par les Etats membres de la période au cours de laquelle ils procèdent aux contrôles des documents commerciaux des entreprises est sans incidence sur le caractère substantiel de l'irrégularité découlant d'un contrôle réalisé après l'expiration de la période réglementairement prévue ;

Considérant, en dernier lieu, que le titre de recettes en litige a été émis à la suite d'un contrôle effectué entre les mois de mars et juillet 2001 qui a porté sur le programme opérationnel réalisé par la société Ladybird, pour la période s'achevant le 31 décembre 1998 ; que ledit contrôle engagé au cours de la période de douze mois comprise entre le 1er juillet 2000 et le 30 juin 2001 ne pouvait porter que sur un programme opérationnel s'achevant dans les douze mois précédents, soit entre le 1er juillet 1999 et le 30 juin 2000 en application de l'article 2 du règlement communautaire du 21 décembre 1989 précité ; qu'ainsi, le contrôle réalisé à compter du mois de mars 2001 est intervenu au-delà du délai prescrit par ces mêmes dispositions ;

Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède et sans qu'il soit besoin de saisir la Cour de justice de l'union européenne de questions préjudicielles que l'ETABLISSEMENT NATIONAL DES PRODUITS DE L'AGRICULTURE ET DE LA MER n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que le Tribunal administratif de Toulouse a annulé le titre exécutoire en litige ;

Sur les conclusions tendant à l'application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant d'une part, que les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que soit mise à la charge de la société Ladybird, qui n'est pas, dans la présente instance, la partie perdante, le versement à l'ETABLISSEMENT NATIONAL DES PRODUITS DE L'AGRICULTURE ET DE LA MER venant aux droits de l'ONIFLHOR de la somme qu'il demande au titre des frais exposés et non compris dans les dépens ;

Considérant d'autre part, qu'il y a lieu de faire droit aux conclusions de la société Ladybird et de mettre à la charge de l'ETABLISSEMENT NATIONAL DES PRODUITS DE L'AGRICULTURE ET DE LA MER la somme de 1 500 euros sur le fondement des mêmes dispositions ;

DÉCIDE :

Article 1er : La requête présentée par l'ETABLISSEMENT NATIONAL DES PRODUITS DE L'AGRICULTURE ET DE LA MER est rejetée.

Article 2 : L'ETABLISSEMENT NATIONAL DES PRODUITS DE L'AGRICULTURE ET DE LA MER versera une somme de 1 500 euros à la société Ladybird en application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative.

''

''

''

''

2

N° 09BX01421


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : Mme VIARD
Rapporteur ?: Mme Florence MADELAIGUE
Rapporteur public ?: M. NORMAND
Avocat(s) : PIGASSOU

Origine de la décision

Formation : 4ème chambre (formation à 3)
Date de la décision : 18/07/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.