Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 4ème chambre (formation à 3), 20 octobre 2011, 10BX02648

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 10BX02648
Numéro NOR : CETATEXT000024802372 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2011-10-20;10bx02648 ?

Analyses :

Étrangers - Séjour des étrangers - Autorisation de séjour - Demande de titre de séjour.


Texte :

Vu la requête, enregistrée au greffe de la cour le 19 octobre 2010, présentée par le PREFET DE LA VIENNE ; le préfet demande à la cour :

1°) d'annuler le jugement n° 1001792 en date du 30 septembre 2010 par lequel le tribunal administratif de Poitiers a annulé son arrêté en date du 17 juin 2010 par lequel il a refusé de délivrer à M. Aboubacar A un titre de séjour, a assorti ce refus d'une obligation de quitter le territoire français en fixant le pays de destination et lui a enjoint de délivrer un titre de séjour à M. A sur le fondement des dispositions du 6° de l'article L. 313-11 du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile ;

2°) de rejeter la demande présentée par M. A devant le tribunal administratif de Poitiers ;

..........................................................................................................

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu la loi n° 91-647 du 10 juillet 1991 relative à l'aide juridique ;

Vu le code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile ;

Vu le code civil ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 22 septembre 2011 :

- le rapport de Mme Madelaigue, premier conseiller,

- et les conclusions de M. Normand, rapporteur public ;

Considérant que M. A, de double nationalité burkinabé et ivoirienne, né le 31 décembre 1987, est entré en France le 8 février 2008 sous couvert d'un visa de court séjour obtenu dans le cadre de son activité de joueur de tennis professionnel ; qu'il a fait la connaissance d'une personne, de nationalité française, avec laquelle il a eu une fille, née le 8 septembre 2009 ; que le 27 novembre 2009, il a sollicité un titre de séjour sur le fondement des dispositions du 6° de l'article L. 313-11 du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile en qualité de parent d'enfant Français ; que le PREFET DE LA VIENNE fait appel du jugement du 30 septembre 2010 par lequel le tribunal administratif de Poitiers a annulé son arrêté en date du 17 juin 2010 refusant de délivrer un titre de séjour à M. A, assorti d'une obligation de quitter le territoire français et fixant le pays de destination et lui a enjoint de délivrer un titre de séjour ;

Sans qu'il soit besoin de statuer sur la fin de non-recevoir opposée par M. A :

Considérant qu'aux termes de l'article L. 313-11 du code de l'entrée et du séjour des étrangers : Sauf si sa présence constitue une menace pour l'ordre public, la carte de séjour temporaire portant la mention vie privée et familiale est délivrée de plein droit : (...) 6° A l'étranger ne vivant pas en l'état de polygamie, qui est père ou mère d'un enfant français mineur résidant en France, à la condition qu'il établisse contribuer effectivement à l'entretien et à l'éducation de l'enfant dans les conditions prévues par l'article 371-2 du code civil depuis la naissance de celui-ci ou depuis au moins deux ans, sans que la condition prévue à l'article L. 311-7 soit exigée ; qu'aux termes de l'article 371-2 du code civil, dans sa rédaction applicable en l'espèce résultant de la loi n° 2002 - 305 du 4 mars 2002 : Chacun des parents contribue à l'entretien et à l'éducation des enfants à proportion de ses ressources, de celles de l'autre parent, ainsi que des besoins de l'enfant. Cette obligation ne cesse pas de plein droit lorsque l'enfant est majeur. ;

Considérant que M. A est père d'une enfant française, née le 8 septembre 2009 ; que par un jugement en date du 22 avril 2010, le juge aux affaires familiales du tribunal de grande instance de Poitiers a fait droit à sa demande d'autorité parentale conjointe sur cette enfant et organisé un droit de visite au point rencontre de Poitiers les deuxième et quatrième samedis du mois, de 15 h à 17 h, dans l'attente des résultats de l'enquête sociale ordonnée à la demande de la mère de l'enfant, notamment en vue de préciser si l'instauration d'un droit de visite et d'hébergement apparaît nécessaire, et d'indiquer les modalités concrètes de son exercice ; que ce même jugement a dispensé M. A du versement d'une contribution mensuelle à l'entretien de sa fille, compte tenu de son impécuniosité ; que si le PREFET DE LA VIENNE soutient que M. A ne s'est pas rendu au point de rencontre fixé par le juge aux affaires familiales, seule possibilité pour lui de participer à l'éducation de son enfant, M. A produit une attestation du président du stade poitevin de tennis en date du 22 juin 2010, indiquant qu'il y donnait des cours de 14 h à 19 h le samedi, du 15 octobre 2009 au 3 juillet 2010, soit aux horaires où devait s'exercer le droit de visite organisé par le juge ; qu'il produit également le relevé de l'exercice du droit de visite qui, bien qu'établi postérieurement à la décision attaquée, se rapporte à des faits antérieurs à cette décision et dont il ressort que ce droit de visite s'est néanmoins exercé régulièrement les 26 juin, 10 et 24 juillet 2010 ; que le rapport d'enquête sociale établi le 28 juin 2010 confirme que M. A, en dépit des tensions existantes avec la mère, s'est efforcé de participer à l'éducation de sa fille ; que, bien que dispensé d'une contribution mensuelle à l'entretien de l'enfant, M. A a effectué deux versements de 50 et 60 euros en février et mars 2010 et a acheté des articles de puériculture ; que compte tenu de l'ensemble de ces éléments, M. A doit être regardé comme contribuant effectivement à l'entretien et à l'éducation de son enfant dans les conditions prévues par l'article 371-2 du code civil ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que le PREFET DE LA VIENNE n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Poitiers a annulé son arrêté en date du 17 juin 2010 et l'a enjoint de délivrer à M. A une carte de séjour temporaire portant la mention vie privée et familiale ;

Sur l'application des dispositions combinées de l'article 37 de la loi du 10 juillet 1991 et de l'article L.761-1 du code de justice administrative :

Considérant qu'il y a lieu, dans les circonstances de l'espèce et sous réserve que le conseil de M. A renonce à percevoir la somme correspondant à la part contributive de l'Etat à la mission d'aide juridictionnelle qui lui a été confiée, de mettre à la charge de l'Etat la somme de 1 000 euros au titre des frais exposés par lui et non compris dans les dépens ;

DÉCIDE :

Article 1er : La requête du PREFET DE LA VIENNE est rejetée.

Article 2 : L'Etat versera au conseil de M. A la somme de 1 000 euros, au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative et de l'article 37 de la loi susvisée du 10 juillet 1991, sous réserve que ce dernier renonce à percevoir la somme correspondant à la part contributive de l'Etat.

''

''

''

''

3

N° 10BX02648


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : Mme RICHER
Rapporteur ?: Mme Florence MADELAIGUE
Rapporteur public ?: M. NORMAND
Avocat(s) : LOPES

Origine de la décision

Formation : 4ème chambre (formation à 3)
Date de la décision : 20/10/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.