Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Douai, 3e chambre, 06 décembre 2000, 98DA00351

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 98DA00351
Numéro NOR : CETATEXT000007594358 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.douai;arret;2000-12-06;98da00351 ?

Analyses :

ENSEIGNEMENT - QUESTIONS PROPRES AUX DIFFERENTES CATEGORIES D'ENSEIGNEMENT - ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET GRANDES ECOLES - STATUT DES ETUDIANTS.


Texte :

Vu l'ordonnance en date du 30 août 1999 par laquelle le président de la cour administrative d'appel de Nancy a, en application du décret n 99-435 du 28 mai 1999 portant création de la cour administrative d'appel de Douai et modifiant les articles R5, R7 et R8 du code des tribunaux et cours administratives d'appel, transmis à la cour administrative d'appel de Douai la requête présentée pour Mme Blandine X..., demeurant ... par Me Y..., avocat ;
Vu ladite requête, enregistrée au greffe de la cour administrative d'appel de Nancy le 16 février 1998 par laquelle Mme Blandine X... demande à la Cour :
1 ) d'annuler le jugement du 2 décembre 1997 par lequel le tribunal administratif de Lille a rejeté sa demande tendant à la condamnation de l'Etat à lui verser l'allocation de première année d'institut universitaire de formation des maîtres ou toute autre indemnité équivalente ;
2 ) de condamner l'Etat à lui payer ladite allocation ou indemnité majorée de l'intérêt au taux légal, lui-même capitalisé ;
3 ) de condamner l'Etat à lui payer la somme de 2 500 F en application de l'article L. 8-1 du code des tribunaux administratifs et cours administratives d'appel ; Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code des tribunaux administratifs et cours administratives d'appel ;
Vu le décret n 91-586 du 24 juin 1991 portant création d'allocations d'année préparatoire à l'institut universitaire de formation des maîtres et d'allocations d'institut de formation des maîtres ;
Vu la loi n 97-1127 du 31 décembre 1997 ;
Vu le décret n 99- 435 du 28 mai 1999 ;
Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience,
Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 22 novembre 2000
- le rapport de Mme Brenne, premier conseiller,
- et les conclusions de M. Evrard, commissaire du gouvernement ;

Sur l'intervention de l'union professionnelle régionale du syndicat général de l'éducation nationale :
Considérant que l'union professionnelle régionale du syndicat général de l'éducation nationale ne justifie pas d'un intérêt à agir distinct de celui de Mme Blandine X... ; que son intervention n'est dès lors pas admise ;
Sur les conclusions de Mme Blandine X... :
Considérant que Mme Blandine X... fait appel du jugement en date du 2 décembre 1997 du tribunal administratif de Lille en tant que le tribunal lui a refusé le bénéfice de l'allocation de première année d'institut universitaire de formation des maîtres ;
Considérant qu'aux termes de l'article 14 du décret du 24 juin 1991 : " Les décisions d'attribution des allocations d'institut universitaire de formation des maîtres sont prises par le recteur d'académie, en fonction des critères portant sur le mérite et l'expérience professionnelle acquise, selon la procédure déterminée à l'article 13 ci-dessus " ;
Considérant qu'il résulte de l'instruction que l'application à tous les candidats des critères réglementaires du mérite et de l'expérience professionnelle ne plaçait pas Mme Blandine X..., sur la liste des étudiants pouvant prétendre au bénéfice de l'allocation d'institut de formation des maîtres, en rang utile pour se voir attribuer cette allocation ; qu'elle ne saurait utilement se prévaloir de la situation réservée à d'autres candidats qui en ont illégalement bénéficié ;
Considérant qu'il résulte de ce qui précède que Mme Blandine X... n'est pas fondée à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Lille a rejeté les conclusions de sa requête tendant à ce que l'Etat soit condamné à lui verser l'allocation d'institut universitaire de formation des maîtres ou une indemnité de montant équivalent ;
Sur l'application des dispositions de l'article L. 8-1 du code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel :
Considérant que les dispositions susvisées font obstacle à ce que l'Etat, qui n'est pas, dans la présente instance, la partie perdante soit condamné à verser à Mme Blandine X... la somme qu'elle demande au titre des frais exposés par elle et non compris dans les dépens ;
Article 1er : L'intervention de l'union professionnelle régionale du syndicat général de l'éducation nationale n'est pas admise.
Article 2 : La requête de Mme Blandine X... est rejetée.
Article 3 : La présente décision sera notifiée au ministre de l'éducation nationale et à Mme Blandine X.... Copie sera adressée au recteur de l'académie du Nord.

Références :

Code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel L8-1
Décret 91-586 1991-06-24 art. 14


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Mme Brenne
Rapporteur public ?: M. Evrard

Origine de la décision

Formation : 3e chambre
Date de la décision : 06/12/2000

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.