Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Douai, 2e chambre - formation a 3, 08 mars 2005, 00DA00752

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 00DA00752
Numéro NOR : CETATEXT000007601913 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.douai;arret;2005-03-08;00da00752 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée le 30 juin 2000 au greffe de la cour administrative d'appel de Douai, présentée pour la société civile immobilière SAINT-FILLEUL, dont le siège est

..., représentée par Me Sarrazin ; la société

SAINT-FILLEUL demande à la Cour :

1°) d'annuler le jugement nos 9602035-9800901-0057 en date du 28 avril 2000 par lequel le Tribunal administratif de Rouen a rejeté sa demande tendant à la décharge des cotisations supplémentaires à la taxe foncière sur les propriétés bâties auxquelles elle a été assujettie au titre des années 1996 à 1998, dans les rôles de la commune de Rouen ;

2°) de prononcer la décharge demandée ;

Elle soutient que les modalités de détermination de la valeur locative de l'ensemble immobilier ne peuvent être différentes de celles retenues en matière de taxe professionnelle à l'égard de sa locataire, la SA Hurtebize, à la suite d'une réclamation de cette dernière ; que le calcul de la surface pondérée effectué par l'administration est erroné tant pour les bureaux que pour les entrepôts ; que l'administration n'a pas procédé aux ajustements nécessaires ;

Vu le jugement attaqué ;

Vu le mémoire en défense, enregistré le 8 décembre 2000, présenté par le directeur de contrôle fiscal Nord ; le directeur de contrôle fiscal Nord demande à la Cour de rejeter la requête ; à cette fin, il soutient que la restitution d'une somme consignée par la trésorerie est sans incidence sur cette dernière ; que les coefficients de pondération des surfaces de bureaux procèdent à juste titre de ceux des locaux-types n° 170 et 479 ; qu'en ce qui concerne les ajustements, l'état d'entretien du local-type est moins bon que celui de l'entrepôt en litige ;

Vu le mémoire en réplique, enregistré le 10 septembre 2004, présentée pour la société civile immobilière SAINT-FILLEUL ; la société reprend les conclusions de sa requête et les mêmes moyens ; elle soutient en outre que, dans sa décision en date du 2 juin 2003, relative à l'année 2002, le directeur des services fiscaux a ramené la superficie pondérée de la maison à usage de bureau de 354 m2 à 237 m2 ;

Vu le nouveau mémoire en défense, enregistré le 27 octobre 2004, présenté par le directeur de contrôle fiscal Nord ; le directeur de contrôle fiscal Nord demande à la Cour de rejeter la requête par les mêmes moyens que ceux déjà soulevés ; en outre, il fait valoir qu'il a ramené la superficie pondérée de la maison à usage de bureau de 354 m2 à 237 m2 ;

Vu la décision, en date du 30 décembre 2004, par laquelle le directeur de services fiscaux de Haute-Normandie a prononcé le dégrèvement, à concurrence d'une somme de

18 477,98 francs pour les années 1996 et 1997, de 8 297,59 francs pour l'année 1998 des cotisations supplémentaires à la taxe professionnelle auxquelles la société SAINT-FILLEUL a été assujettie ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code général des impôts et le livre des procédures fiscales ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 22 février 2005 à laquelle siégeaient M. Gipoulon, président de chambre, Mme Signerin-Icre, président-assesseur et

M. Soyez, premier conseiller :

- le rapport de M. Soyez, premier conseiller ;

- et les conclusions de M. Paganel, commissaire du gouvernement ;

Sur l'étendue du litige :

Considérant que, par décision en date du 30 décembre 2004, postérieure à l'introduction de la requête, le directeur des services fiscaux a prononcé le dégrèvement, à concurrence d'une somme de 2 817 euros (18 477,98 francs) pour les années 1996 et 1997 et de 1 265 euros (8 297,59 francs) pour l'année 1998 des cotisations supplémentaires à la taxe professionnelle auxquelles la société SAINT-FILLEUL a été assujettie ; que, par suite les conclusions de la requête de la société SAINT-FILLEUL, sont, dans cette mesure, devenue sans objet ;

Considérant qu'après visite par un géomètre du cadastre des locaux dont la société SAINT-FILLEUL est propriétaire, le service a modifié les bases d'imposition de cette dernière à la taxe foncière sur les propriétés bâties, en se référant alors, pour la maison à usage de bureaux, au local-type n° 170 sis rue de Buffon ; qu'il a, par ailleurs, substitué, pour déterminer la valeur locative des entrepôts attenants, le local n° 479 correspondant à un entrepôt de la rue des Murs Saint-Yon à celui n° 135 initialement retenu, de la rue Ango à Rouen ; que, tout en affectant d'un coefficient de pondération de 0,33 les locaux divers de la maison à usage de bureaux, les premiers juges ont confirmé la valeur locative qui a ainsi été ramenée à 58 620 francs au 1er janvier 1970 ;

Sur le bien-fondé de l'imposition :

Considérant qu'aux termes de l'article 1494 du code général des impôts : La valeur locative des biens passibles de la taxe foncière sur les propriétés bâties... est déterminée conformément aux règles différentes par les articles 1494 à 1508 pour chaque propriété ou fraction de propriété normalement destinée à une utilisation distincte ; que selon l'article 1498 dudit code, la valeur locative des immeubles commerciaux ... est déterminée au moyen de l'un des moyens indiqués ci-après... 2° a) Pour les biens loués à ces conditions de prix anormales ou occupés par leur propriétaires, occupés a un tiers à un autre titre que la location, vacants ou concédés à titre gratuit, la valeur locative est déterminée par comparaison. Les termes de comparaison sont choisis dans la commune... b) la valeur locative de termes de comparaison est arrêtée : ... Soit dans le cas contraire, par comparaison avec des immeubles similaires situés dans la commune... ;

Considérant que si la société SAINT-FILLEUL excipe, à l'appui de ses conclusions tendant à la révision de la valeur locative de l'ensemble immobilier loué à la SA Hurtebize, d'une décision par laquelle lui a été restitué un excédent de taxe professionnelle pour l'année 1996, le service fait valoir sans être contredit que cette restitution d'une somme consignée par le Trésor public ne fait suite à aucune réclamation relative à l'évaluation de ses bases foncières ; qu'il s'ensuit qu'elle ne saurait être interprétée comme une position prise par le service sur la valeur locative sur laquelle est assise la taxe en litige ;

En ce qui concerne l'immeuble à usage d'habitation :

Considérant que la société SAINT-FILLEUL n'invoque à l'appui de ses conclusions tendant à la révision de la valeur locative de cet immeuble que des moyens déjà présentés devant le Tribunal administratif de Rouen ; que ces moyens doivent être écartés par adoption des motifs retenus par les premiers juges ;

En ce qui concerne les entrepôts :

Considérant qu'il résulte de l'instruction que si les coefficients de pondération de 1 et 1,3 admis par les premiers juges sont supérieurs à ceux initialement retenus par le fisc, ces derniers correspondaient au local-type n° 135 auquel a été substitué le local-type n° 479 ; que cette substitution ne saurait établir par elle-même que la valeur locative de ces entrepôts est erronée ;

Considérant que le service fait observer sans être contredit que les entrepôts en litige ont été déclarés par la SA Hurtebize en assez bon état en 1991 , alors que celui du local de référence mentionné ci-dessus est ordinaire ; que, dès lors, il ne résulte pas de l'instruction qu'il y ait lieu de procéder à un ajustement de la valeur locative retenue ;

Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que la société SAINT-FILLEUL n'est pas fondée à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, les premiers juges ont rejeté sa demande ;

DÉCIDE :

Article 1er : A concurrence d'une somme de 2 817 euros (18 477,98 francs) pour les années 1996 et 1997 et de 1 265 euros (8 297,59 francs) pour l'année 1998, il n'y a pas lieu à statuer sur les conclusions de la requête de la SCI SAINT-FILLEUL.

Article 2 : Le surplus de la requête de la SCI SAINT-FILLEUL est rejeté.

Article 3 : Le présent arrêt sera notifié à la société civile immobilière

SAINT-FILLEUL, et au ministre de l'économie, des finances et de l'industrie.

Copie sera transmise au directeur de contrôle fiscal Nord.

Délibéré après l'audience du 22 février 2005 à laquelle siégeaient :

- M. Gipoulon, président de chambre,

- Mme Signerin-Icre, président-assesseur,

- M. Soyez, premier conseiller,

Lu en audience publique le 8 mars 2005.

Le rapporteur,

Signé : J.E. SOYEZ

Le président de chambre,

Signé : J.F. GIPOULON

Le greffier,

Signé : G. VANDENBERGHE

La République mande et ordonne au ministre de l'économie, des finances et de l'industrie en ce qui le concerne ou à tous huissiers de justice à ce requis en ce qui concerne les voies de droit commun, contre les parties privées, de pourvoir à l'exécution du présent arrêt.

Pour expédition conforme

Le Greffier

G. VANDENBERGHE

2

N°00DA00752


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Gipoulon
Rapporteur ?: M. Jean-Eric Soyez
Rapporteur public ?: M. Paganel
Avocat(s) : SOCIETE D'AVOCATS MAZARS ET ASSOCIES

Origine de la décision

Formation : 2e chambre - formation a 3
Date de la décision : 08/03/2005

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.