Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Douai, 1re chambre - formation a 3, 22 juin 2006, 05DA01271

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 05DA01271
Numéro NOR : CETATEXT000007602830 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.douai;arret;2006-06-22;05da01271 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée le 30 septembre 2005 par télécopie et régularisé par la production de son original le 3 octobre 2005 au greffe de la Cour administrative d'appel de Douai, présentée pour M. et Mme X... , demeurant ..., par la SCP Savoye-Daval ; M. et Mme demandent à la Cour :

1°) d'annuler le jugement n° 0204613 du 7 juillet 2005 par lequel le Tribunal administratif de Lille a rejeté leur demande tendant à l'annulation de l'arrêté du 5 septembre 2005 par lequel le maire de la commune de Bouvines a refusé de leur délivrer un permis de construire en vue de régulariser l'aménagement d'un bâtiment existant ;

2°) d'annuler pour excès de pouvoir ledit arrêté ;

3°) de condamner la commune de Bouvines à lui verser une somme de 1 000 euros en application de l'article L. 761 ;1 du code de justice administrative ;

Ils soutiennent que c'est par erreur que le formulaire de demande de permis de construire précise que l'objet du permis de construire était relatif à un changement de destination d'anciens bâtiments agricoles ; que les bâtiments n'ont plus d'usage agricole depuis 1949, et, selon l'acte de vente, sont à usage d'habitation ; qu'ainsi, en refusant le permis de construire sollicité, le maire de la commune de Bouvines a commis une erreur de droit ;

Vu le jugement et la décision attaqués ;

Vu le mémoire en défense, enregistré le 9 décembre 2005, présenté pour la commune de Bouvines, par Me Y... ; elle conclut au rejet de la requête et à ce que M. et Mme soient condamnés à lui verser la somme de 1 500 euros en application de l'article L. 761 ;1 du code de justice administrative ; elle soutient qu'il ressort du formulaire de demande de permis de construire rempli par M. , que l'objet du permis de construire était relatif à un changement de destination d'anciens bâtiments agricoles ; qu'il ressort du procès-verbal d'infraction à la législation sur l'urbanisme dressé le 15 novembre 2001, que l'immeuble appartenant au requérant constituait autrefois un corps de ferme comprenant une maison d'habitation, un appentis et une étable ; qu'ainsi, les travaux, objets du refus de permis de construire, entraînaient un changement de destination des bâtiments à usage agricole en zone NAb, en méconnaissance des dispositions précitées de l'article NA 2 du plan d'occupation des sols ; que les travaux ne peuvent être regardés, au sens des dispositions de l'article NA 2, comme la création de pièces supplémentaires destinées à une amélioration justifiée des conditions d'habitabilité pour les occupants ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de l'urbanisme ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience,

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 8 juin 2006 à laquelle siégeaient Mme Christiane Tricot, président de chambre, M. Olivier Yeznikian, président-assesseur et

M. Alain Stéphan, premier conseiller :

- le rapport de M. Alain Stéphan, premier conseiller,

- les observations de Me A..., pour M. et Mme , et de Me Z..., pour la commune de Bouvines,

- et les conclusions de M. Jacques Lepers, commissaire du gouvernement ;

Considérant que, par l'arrêté attaqué du 5 septembre 2002, le maire de Bouvines a refusé de délivrer à M. un permis de construire en vue de régulariser des travaux d'aménagement exécutés sur un bâtiment existant ; que, par le jugement attaqué du 7 juillet 2005, le Tribunal administratif de Lille a rejeté la demande de M. tendant à l'annulation de cet arrêté ;

Considérant que le plan d'occupation des sols de la communauté urbaine de Lille, applicable à la date de l'arrêté attaqué, dispose que la zone NA est « une zone non équipée, réservée à l'urbanisation future de l'agglomération. » et qu'à l'intérieur de cette zone, la zone NAb est « réservée à l'implantation de logements, de services, d'équipements liés au logement et d'activités sans nuisances, de commerces et de bureaux. » ; qu'aux termes du 12 de l'article NA 2 du règlement du plan d'occupation des sols : « Le changement de destination de bâtiments à usage agricole existant depuis plus de quinze ans est autorisé en Nac (…) » ; qu'il résulte de ces dispositions que le changement de destination de bâtiments à usage agricole est interdit en zone NAb ; qu'il n'est pas contesté que l'immeuble sur lequel les travaux d'aménagement, objet du refus de permis de construire attaqué, ont été réalisés, appartiennent à la zone NAb ;

Considérant qu'il ressort du formulaire de demande de permis de construire rempli par M. , que l'objet du permis de construire était relatif à un changement de destination d'anciens bâtiments agricoles ; qu'il ressort des autres pièces du dossier, et notamment du procès-verbal d'infraction à la législation sur l'urbanisme dressé le 15 novembre 2001, que l'immeuble appartenant au requérant constituait, autrefois, un corps de ferme comprenant une maison d'habitation, un appentis et une étable ; que si M. et Mme produisent une attestation selon laquelle les bâtiments n'auraient plus d'usage agricole depuis 1949, et l'acte de vente de 1990 selon lequel ils seraient à usage d'habitation, ces documents ne permettent pas d'établir que les dépendances, anciennement affectées à un usage agricole, avaient perdu leur destination initiale ou reçu une nouvelle affectation à la date du refus de permis de construire attaqué ; qu'ainsi, les travaux objets dudit refus entraînaient un changement de destination des bâtiments à usage agricole en zone NAb, en méconnaissance des dispositions précitées de l'article NA 2 du plan d'occupation des sols ; que, par suite, en refusant le permis de construire sollicité, le maire de la commune de Bouvines n'a pas commis d'erreur de droit ;

Considérant qu'il résulte de l'ensemble de ce qui précède que M. et Mme ne sont pas fondés à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Lille a rejeté leur demande tendant à l'annulation de l'arrêté du 5 septembre 2005 par lequel le maire de la commune de Bouvines a refusé de leur délivrer un permis de construire en vue de régulariser l'aménagement d'un bâtiment existant ; que doivent être rejetées, par voie de conséquence, leurs conclusions tendant au bénéfice des dispositions de l'article L. 761 ;1 du code de justice administrative ; qu'en revanche, il y a lieu, sur le fondement de ces dernières dispositions, de mettre à la charge de M. et Mme le paiement à la commune de Bouvines de la somme de 1 500 euros au titre des frais que celle ;ci a exposés et non compris dans les dépens ;

DÉCIDE :

Article 1er : La requête de M. et Mme est rejetée.

Article 2 : M. et Mme verseront à la commune de Bouvines la somme de

1 500 euros au titre de l'article L. 761 ;1 du code de justice administrative.

Article 3 : Le présent arrêt sera notifié à M. et Mme X... et à la commune de Bouvines.

Copie sera transmise au préfet de la région Nord/Pas-de-Calais, préfet du Nord.

2

N°05DA01271


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : Mme Tricot
Rapporteur ?: M. Alain Stéphan
Rapporteur public ?: M. Lepers
Avocat(s) : SCP SAVOYE ET ASSOCIES

Origine de la décision

Formation : 1re chambre - formation a 3
Date de la décision : 22/06/2006

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.