Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Douai, 2e chambre - formation à 3, 02 octobre 2007, 06DA01606

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 06DA01606
Numéro NOR : CETATEXT000018624161 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.douai;arret;2007-10-02;06da01606 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée le 6 décembre 2006 au greffe de la Cour administrative d'appel de Douai, présentée pour M. et Mme Thierry X, demeurant ..., par Me Poppe ; M. et Mme X demandent à la Cour :

1°) d'annuler le jugement n° 0501399 du 28 septembre 2006 par lequel le Tribunal administratif de Lille a rejeté la demande de M. X tendant à la décharge des cotisations supplémentaires d'impôt sur le revenu auxquelles il a été assujetti au titre des années 1997 et 1998 ;

2°) de prononcer la décharge demandée ;


Ils soutiennent que le Tribunal n'a pas répondu à ses arguments ; que la notification de redressement en date du 6 septembre 1999 relative au revenu catégoriel n'est pas motivée ; qu'ils n'ont pas reçu la notification de redressement datée du 1er octobre 1999 relative au revenu global ; que l'administration n'établit pas le non-respect des obligations déclaratives en matière de bénéfices non commerciaux ;

Vu le jugement attaqué ;

Vu le mémoire en défense, enregistré le 31 mai 2007, présenté par le ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique ; le ministre conclut au rejet de la requête ; il soutient que la notification de redressement en date du 6 septembre 1999 était motivée ; que le moyen tiré de ce que les requérants n'auraient pas reçu la notification de redressement datée du 1er octobre 1999 et relative au revenu global manque en fait ; que le non-respect, par M. X, de ses obligations déclaratives en matière de bénéfices non commerciaux est établi ;
Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code général des impôts et le livre des procédures fiscales ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 18 septembre 2007 à laquelle siégeaient Mme Câm Vân Helmholtz, président de chambre, Mme Brigitte Phémolant,
président-assesseur et M. Patrick Minne, premier conseiller :

- le rapport de M. Patrick Minne, premier conseiller ;

- et les conclusions de M. Olivier Mesmin d'Estienne, commissaire du gouvernement ;


Considérant qu'à la suite d'un contrôle de l'activité de M. X, qui exerce la profession d'orthophoniste, l'administration a procédé à des redressements de ses bénéfices non commerciaux des années 1997 et 1998 par une notification de redressement du
6 septembre 1999 ; que, par une notification de redressement du 1er octobre 1999, le revenu global des mêmes années du foyer fiscal composé de M. et Mme X a été rehaussé en conséquence du redressement opéré sur le revenu catégoriel de M. X ;

Sur la régularité du jugement :

Considérant qu'il résulte des énonciations du jugement attaqué que le Tribunal, après une analyse des énonciations des notifications de redressements des 6 septembre 1999 et
1er octobre 1999, a indiqué que leur motivation permettait à M. X de faire connaître ses observations ; que, par suite, les requérants ne sont pas fondés à soutenir que les premiers juges n'ont pas répondu aux moyens de leur demande tirés de l'insuffisance de la motivation desdites notifications de redressements ;

Sur la régularité de la procédure d'imposition :

Considérant, en premier lieu, qu'aux termes de l'article L. 57 du livre des procédures fiscales, dans sa rédaction alors applicable : « L'administration adresse au contribuable une notification de redressement qui doit être motivée de manière à lui permettre de formuler des observations ou de faire connaître son acceptation. (…) » ;

Considérant qu'il résulte de l'instruction que la notification de redressement du
6 septembre 1999 concernant les bénéfices non commerciaux indique de manière claire la catégorie d'impôt concernée, la nature des redressements envisagés ainsi que les années d'imposition litigieuses ; que les motifs dudit redressement étaient indiqués de façon suffisamment explicite pour permettre aux contribuables, contrairement à ce qu'ils soutiennent, de présenter utilement leurs observations ;

Considérant, en second lieu, que l'administration établit, par la production de l'accusé de réception postal relatif à l'envoi de la notification de redressement du 1er octobre 1999 concernant le revenu global des contribuables, que le pli contenant cette notification de redressement, présentée le 6 octobre 1999 à l'adresse de leur domicile, leur a été distribué le même jour ; que, par suite, le moyen tiré de ce que M. et Mme X n'auraient pas reçu ladite notification de redressement manque en fait ;

Sur le bien-fondé de l'imposition :

Considérant qu'aux termes du II de l'article 44 octies du code général des impôts, dans sa rédaction applicable aux années faisant l'objet du présent litige : « Le bénéfice exonéré au titre d'un exercice ou d'une année d'imposition est celui déclaré selon les modalités prévues aux articles 50-0, 53 A, 96 à 100, 102 ter et 103, ou fixé conformément à l'article 50, ou évalué conformément aux articles 101, 101 bis et 102, diminué des produits bruts ci-après qui restent imposables dans les conditions de droit commun (…) » ;

Considérant que l'administration produit les copies des déclarations de bénéfices non commerciaux de M. X pour l'année 1997 et pour l'année 1998, revêtues de leur cachet de réception ; qu'il résulte de leur examen que la déclaration de l'année 1997 a été souscrite par M. X le 28 juillet 1998 après la réception, le 8 juin 1998, d'une mise en demeure de la souscrire et que la déclaration des bénéfices de l'année 1998 a été déposée le 18 mai 1999 ; que, M. et Mme X, qui ne contestent pas les mentions figurant sur les déclarations produites par l'administration, n'établissent pas que M. X a déposé, dans les délais prévus par les dispositions précitées de l'article 44 octies du code général des impôts, ses déclarations de bénéfices ; que, par suite, M. X ayant souscrit tardivement ses déclarations, l'administration était fondée à lui refuser le bénéfice des dispositions de l'article 44 octies du code général des impôts ;

Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que M. et Mme X ne sont pas fondés à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Lille a rejeté leur demande ;


DÉCIDE :

Article 1er : La requête de M. et Mme Thierry X est rejetée.

Article 2 : Le présent arrêt sera notifié à M. et Mme Thierry X et au ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique.

Copie sera adressée au directeur de contrôle fiscal Nord.

2
N°06DA01606


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : Mme Helmholtz
Rapporteur ?: M. Patrick Minne
Rapporteur public ?: M. Mesmin d'Estienne
Avocat(s) : POPPE

Origine de la décision

Formation : 2e chambre - formation à 3
Date de la décision : 02/10/2007

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.