Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Douai, 2e chambre - formation à 3, 26 février 2008, 07DA01451

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 07DA01451
Numéro NOR : CETATEXT000019589915 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.douai;arret;2008-02-26;07da01451 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée le 10 septembre 2007 au greffe de la Cour administrative d'appel de Douai, présentée pour la société à responsabilité limitée EUROPIMMO, dont le siège est 28 route de Saint Omer à Socx (59380), représentée par son gérant en exercice, par la

SCP Mériaux-de Foucher-Guey-Chrétien ; la société à responsabilité limitée EUROPIMMO demande à la Cour :

1°) d'annuler le jugement n° 0603175 du 20 juin 2007 par lequel le Tribunal administratif de Lille a rejeté sa demande tendant à la décharge de l'amende fiscale prévue par l'article 1763A du code général des impôts qui lui a été infligée au titre de l'année 2002 et à ce que les frais irrépétibles soient mis à la charge de l'Etat ;

2°) de prononcer la décharge demandée ;

Elle soutient que la pénalité prévue par l'article 1763 A dite « de distribution » ne peut se concevoir et se motiver que si les sommes en cause ont été désinvesties de la société au profit d'un bénéficiaire non connu ; qu'en l'espèce, il s'agit de sommes encaissées au compte bancaire de la société qui ne se traduisent par aucun désinvestissement et qui ne constituent pas des recettes compte tenu de leur nature ;

Vu le jugement attaqué ;

Vu le mémoire en défense, enregistré le 30 novembre 2007, présenté par le ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique, tendant au rejet de la requête ; il soutient que les moyens sont limités à la somme de 63 245 euros relative à des recettes encaissées sur le compte bancaire de la société auxquelles la requête se réfère ; qu'un dégrèvement de l'amende concernant ces sommes sera prononcé compte tenu de l'absence de désinvestissement pour l'entreprise ; que la société requérante ne présente aucun moyen concernant le surplus de l'amende relative à des travaux effectués au Royaume Uni ; que ces sommes qui n'ont pas été comptabilisées revêtent un caractère occulte et qu'à défaut de désignation de leur bénéficiaire, l'amende est due ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code général des impôts et le livre des procédures fiscales ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 5 février 2008 à laquelle siégeaient M. Antoine Mendras, président de chambre, Mme Brigitte Phémolant, président-assesseur et M. Christian Bauzerand, premier conseiller :

- le rapport de Mme Brigitte Phémolant, président-assesseur ;

- et les conclusions de M. Olivier Mesmin d'Estienne, commissaire du gouvernement ;

Sur l'étendue du litige :

Considérant que, par décision en date du 3 décembre 2007 postérieure à l'introduction de la requête, le directeur des services fiscaux du Nord-Lille a prononcé le dégrèvement de l'amende infligée à la société à responsabilité limitée EUROPIMMO en application de l'article 1763 A du code général des impôts au titre de l'année 2002, à concurrence d'une somme de

63 246 euros ; que les conclusions de la requête de la société à responsabilité limitée EUROPIMMO relatives à cette imposition sont, dans cette mesure, devenues sans objet ;

Sur le surplus des conclusions :

Considérant qu'aux termes de l'article 111 c du code général des impôts : « Sont notamment considérés comme revenus distribués : (...) c. Les rémunérations et avantages occultes » ; qu'aux termes de l'article 117 du même code : « Au cas où la masse des revenus distribués excède les distributions telles qu'elles résultent des déclarations de la personne morale visée à l'article 116, celle-ci est invitée à fournir à l'administration, dans un délai de trente jours, toutes indications complémentaires sur les bénéficiaires de l'excédent de distribution. En cas de refus ou à défaut de réponse dans ce délai, les sommes correspondantes donnent lieu à l'application de la pénalité prévue à l'article 1763 A » ; qu'aux termes de l'article 1763 A alors applicable du même code : « Les sociétés et les autres personnes morales passibles de l'impôt sur les sociétés qui versent ou distribuent, directement ou par l'intermédiaire de tiers, des revenus à des personnes dont, contrairement aux dispositions des articles 117 et 240, elles ne révèlent pas l'identité, sont soumises à une pénalité de 100 % des sommes versées ou distribuées » ;

Considérant qu'à la suite de la vérification de comptabilité dont la société à responsabilité limitée EUROPIMMO a fait l'objet au titre de l'année 2002, l'administration a réintégré dans les résultats de la société, qui n'avait pas procédé à la déclaration de ses résultats au titre de cette année dans le délai de trente jours suivant la mise en demeure qui lui avait été adressée, une somme de 8 898,96 euros correspondant à des travaux réalisés dans un hôtel au Royaume Uni, facturés à la société belge Houthoofd NV, qu'elle n'a pas comptabilisée ; que si la société à responsabilité limitée EUROPIMMO soutient que cette somme n'aurait pas été désinvestie et ne pouvait donner lieu à l'amende prévue par les dispositions précitées de l'article 1763 A, elle n'apporte aucun élément de nature à remettre en cause, ni même ne conteste, la qualification de revenu distribué, au sens de l'article 111 c de ladite somme ; que l'administration, qui compte tenu de cette base légale n'était pas tenue d'établir que cette somme avait été désinvestie, justifie le bien-fondé de l'amende qui a été assignée à la société en application de l'article 1763 A précité dès lors que cette dernière n'en n'avait pas désigné les bénéficiaires ;

Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que la société à responsabilité limitée EUROPIMMO n'est pas fondée à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Lille a rejeté sa demande ;

DÉCIDE :

Article 1er : A concurrence de la somme de 63 246 euros en ce qui concerne l'amende infligée à la société à responsabilité limitée EUROPIMMO en application de l'article 1763 A du code général des impôts au titre de l'année 2002, il n'y a pas lieu de statuer sur les conclusions de la requête de la société à responsabilité limitée EUROPIMMO.

Article 2 : Le surplus des conclusions de la requête est rejeté.

Article 3 : Le présent arrêt sera notifié à la société à responsabilité limitée EUROPIMMO et au ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique.

Copie sera transmise au directeur de contrôle fiscal Nord.

2

N°07DA01451


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Mendras
Rapporteur ?: Brigitte Phémolant
Rapporteur public ?: M. Mesmin d'Estienne
Avocat(s) : SCP DE FOUCHER-GUEY-CHRETIEN

Origine de la décision

Formation : 2e chambre - formation à 3
Date de la décision : 26/02/2008

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.