Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Douai, 2e chambre - formation à 3 (bis), 03 juin 2008, 07DA01686

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 07DA01686
Numéro NOR : CETATEXT000019703638 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.douai;arret;2008-06-03;07da01686 ?

Texte :

Vu la requête, parvenue par télécopie le 6 novembre 2007 au greffe de la Cour administrative d'appel de Douai et régularisée le 7 novembre 2007 par la production de l'original, présentée pour M. Patrick X, demeurant ..., par Me Mbarga ; M. X demande à la Cour :

1°) d'annuler le jugement n° 0704475 du 16 octobre 2007 par lequel le Tribunal administratif de Lille a rejeté sa demande tendant à l'annulation de l'arrêté du 7 juin 2007 du préfet du Pas-de-Calais lui refusant la délivrance d'un titre de séjour et l'obligeant à quitter le territoire français ;

2°) d'annuler pour excès de pouvoir ladite décision ;

3°) de mettre à la charge de l'Etat la somme de 2 000 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

Il soutient que le préfet était tenu de saisir la commission du titre de séjour en application des dispositions de l'article L. 312-2 du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile ; qu'étant demandeur d'asile débouté, aucun visa de long séjour ne pouvait être exigé ;

Vu le jugement et l'arrêté attaqués ;

Vu l'ordonnance du 13 novembre 2007 fixant la clôture de l'instruction au

14 janvier 2008 à 16 h 30 ;

Vu le mémoire en défense, enregistré le 10 janvier 2008, présenté par le préfet du

Pas-de-Calais ; il conclut au rejet de la requête ; il soutient que le requérant, qui n'a formé qu'une demande de titre en qualité de conjoint de ressortissant français, devait être muni d'un visa de long séjour ; que cette condition faisant défaut, la commission du titre de séjour n'avait pas à être saisie et la carte de séjour pouvait être refusée ; qu'il ne peut même pas se prévaloir des dispositions de l'article L. 211-2-1° du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile relatif à la délivrance des visas de long séjour faute de communauté de vie suffisamment longue à la date de la décision attaquée ; qu'il laisse à la Cour le soin d'apprécier le caractère abusif de la requête ;

Vu l'ordonnance du 10 janvier 2008 portant réouverture de l'instruction ;

Vu le mémoire, enregistré le 17 janvier 2008, présenté pour M. X ; il conclut aux mêmes fins que sa requête, par les mêmes moyens ;

Vu la décision du 18 mars 2008 du bureau d'aide juridictionnelle près le Tribunal de grande instance de Douai rejetant la demande d'aide juridictionnelle formée par M. X ;

Vu le mémoire, enregistré le 26 mai 2008, présenté par le préfet du Pas-de-Calais ; il conclut au non-lieu à statuer ; il soutient que M. X a obtenu un récépissé de carte de séjour en qualité de père d'un enfant français ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile ;

Vu la loi n° 91-647 du 10 juillet 1991, modifiée, relative à l'aide juridique et le décret

n° 91-1266 du 19 décembre 1991, modifié ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 20 mai 2008 à laquelle siégeaient

M. Antoine Mendras, président de chambre, Mme Brigitte Phémolant, président-assesseur et

M. Patrick Minne, premier conseiller :

- le rapport de M. Patrick Minne, premier conseiller ;

- et les conclusions de M. Olivier Mesmin d'Estienne, commissaire du gouvernement ;

Considérant qu'il ressort des pièces du dossier que M. X, ressortissant camerounais, a formé une demande de carte de séjour temporaire en qualité de conjoint d'une ressortissante française qu'il a épousée le 7 avril 2007 ; que, pour demander l'annulation de l'arrêté du 7 juin 2007 par lequel le préfet du Pas-de-Calais a rejeté cette demande et l'a obligé à quitter le territoire français, l'intéressé se borne à soutenir devant la Cour, comme il l'a fait devant les premiers juges, qu'il n'était pas soumis à l'obligation de produire le visa de long séjour prévu par l'article L. 311-7 du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile et que la commission du titre de séjour prévue par l'article L. 312-1 du même code devait être saisie préalablement à la décision de refus en litige ; qu'il y a lieu, par adoption des motifs du jugement attaqué, de rejeter l'ensemble de ces moyens ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que M. X n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Lille a rejeté sa demande ;

Sur les conclusions tendant à l'application des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant que les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que soit mise à la charge de l'Etat qui n'a pas, dans la présente instance, la qualité de partie perdante, la somme que M. X demande au titre des frais exposés par lui et non compris dans les dépens ;

DÉCIDE :

Article 1er : La requête de M. X est rejetée.

Article 2 : Le présent arrêt sera notifié à M. Patrick X et au ministre de l'immigration, de l'intégration, de l'identité nationale et du développement solidaire.

Copie sera transmise au préfet du Pas-de-Calais.

N°07DA01686 2


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Mendras
Rapporteur ?: M. Patrick Minne
Rapporteur public ?: M. Mesmin d'Estienne
Avocat(s) : MBARGA

Origine de la décision

Formation : 2e chambre - formation à 3 (bis)
Date de la décision : 03/06/2008

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.